Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Faire entendre la voix environnementale

Du même SUJET

Les sages-femmes adoptent une entente collective de quatre ans

Les sages-femmes adoptent une entente collective de quatre ans

Les membres du Regroupement Les sages-femmes du Québec ont entériné mercredi l’accord de principe intervenu le…
La FIM-CSN demande à Glencore de sortir de son mutisme

La FIM-CSN demande à Glencore de sortir de son mutisme

La Fédération de l’industrie manufacturière (FIM-CSN) estime que Glencore doit tout faire pour protéger la santé…
« Trop peu, trop tard », dénoncent les syndicats du réseau

« Trop peu, trop tard », dénoncent les syndicats du réseau

Bien qu’elles accueillent favorablement l’annonce du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) de…
La dernière offre patronale rejetée massivement

La dernière offre patronale rejetée massivement

Réunis en assemblée générale ce dimanche, les travailleuses et les travailleurs de Rolls-Royce Canada (RRC) ont…
Un nouveau syndicat découvre la « manière CSN »

Un nouveau syndicat découvre la « manière CSN »

Nouvellement syndiqués à la CSN, les membres de l’Union des travailleuses et travailleurs de Locweld–CSN étaient…
Les employé-es de bureau du cimetière Notre-Dame-des-Neiges font la grève

Les employé-es de bureau du cimetière Notre-Dame-des-Neiges font la grève

Le Syndicat des employé-es de bureau du cimetière Notre-Dame-des-Neiges–CSN a exercé son droit de grève ce…

Manifestons le 29 novembre

Faire entendre la voix environnementale

Pourquoi les citoyens et citoyennes préoccupés par l’environnement et le développement durable ainsi que les organisations associées au mouvement environnemental devraient participer à cette activité initiée par des organisations syndicales et communautaires ? Voici l’éditorial du président du Conseil régional de l’environnement de Montréal, Gilles Dubois.

Le 29 novembre prochain deux manifestions se tiendront à Montréal et à Québec sur le thème Refusons l’austérité. Pourquoi les citoyens et citoyennes préoccupés par l’environnement et le développement durable ainsi que les organisations associées au mouvement environnemental devraient participer à cette activité initiée par des organisations syndicales et communautaires ?

Il est beaucoup question dans les médias de l’impact des compressions budgétaires dans les organismes de concertation régionale (CRÉ) et local (CDEC), dans les CPE, les organismes communautaires sans oublier les services publics, notamment de la de santé et l’éducation. Mais qu’en est-il des enjeux environnementaux ? Ils sont traités à partir de dossiers spécifiques : transport du pétrole (oléoduc, bateau), développement des ressources naturelles du nord, développement autoroutier, disparition des milieux naturels et atteinte à la biodiversité.

Du point de vue du mouvement environnemental, protection de l’environnement et développement durable sont intimement liés. C’est à partir de cette perspective que nous pouvons lire les intentions du gouvernement. Nous sommes face à une vision du développement du siècle dernier : autoroute, exploitation à tout va des ressources naturelles non renouvelables, gaspillage, l’économie avant l’environnement. Pour la région de Montréal, l’exemple le plus percutant est le transport avec le soutien massif et jamais remis en question du développement autoroutier alors que son maintien fait défaut et que les transports collectifs crient famine. Citons pour illustrer le projet de prolongement de l’autoroute 19 à coup de centaines de millions de dollars, alors que l’on coupe dans les services en transport collectif faute de financement adéquat et que le SRB Pie IX fait toujours attendre les quelque 70 000 futurs usagers .

Mais quelles sont les intentions du gouvernement sur l’avenir des programmes et le budget en environnement ? Il y a très peu d’information à ce sujet, à l’exception du fait que certains organismes en environnement n’ont pas encore reçu de financement pour l’année en cours.

Dans ce contexte, il est important de rappeler au gouvernement :

• Qu’il existe des solutions de rechange : sources d’énergie renouvelables efficaces et créatrices de richesse (emplois et revenus pour l’état). L’économie verte n’est pas un projet futuriste, mais bien réel et en pleine expansion.

• Que l’internalisation des coûts environnementaux est garante de plus d’équité et de préservation de nos richesses collectives

• Que la recherche de l’équilibre budgétaire ne doit pas être faite sur le dos des personnes les plus vulnérables

• Que l’accessibilité pour tous à des services de santé, à l’éducation, à la culture, au travail, au logement, au loisir, à un revenu décent, est le fruit d’un consensus social basé sur l’équité, la solidarité et l’intégration sociale

• Que les programmes gouvernementaux se sont développés en jonction avec la mobilisation de la société civile dans les régions, les quartiers créant ainsi des alliances inédites entre des organismes communautaires, des entreprises, des municipalités et des institutions publiques.

Pour que la protection de l’environnement demeure une valeur centrale au Québec, nous devons avancer avec ceux et celles qui croient à un véritable dialogue social. La manifestation du 29 novembre est un pas. Il y en aura encore beaucoup d’autres à poser pour faire entendre une voix pour une société vraiment durable.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket