Centres de la petite enfance à Montréal et à Laval

Des travailleuses du CPE Jardin charmant ont piqueté tôt lors de leur première de deux journées consécutives de grève.
18 avril 2018

Grève de 1350 travailleuses CPE les 18 et 19 avril

On espère bien qu’avec cette grève de nos membres, l’association patronale va enfin comprendre qu’on n’acceptera jamais leurs reculs et qu’il est temps de régler.

Devant la lenteur extrême des négociations et les nombreux reculs que cherche à imposer l’Association patronale des CPE (APCPE) représentant les directions de 61 CPE à Montréal et à Laval, 1350 travailleuses ont décidé de déclencher une grève de deux jours, les 18 et 19 avril. Pour marquer leur ras-le-bol face aux demandes patronales, dont certaines sont qualifiées de « méprisantes », ces travailleuses ont manifesté aujourd’hui à Montréal pour réclamer l’accélération des pourparlers dans le but de conclure rapidement leurs conventions collectives, échues depuis le 31 mars 2015.

« Nous n’avons jamais vécu une négociation aussi longue et ardue que celle qui a cours actuellement, déclare madame Carole Leroux, présidente du Syndicat des travailleuses des CPE de Montréal et Laval (STCPEML–CSN). Ces deux journées, prises sur une banque de cinq jours de grève, lancent un message clair à l’APCPE : nous voulons une entente à la hauteur de ce qui a été conclu dans plusieurs autres CPE que nous représentons à Montréal et Laval, mais aussi dans plus de 300 CPE FSSS–CSN au Québec. Ces travailleuses sont sans contrat de travail depuis plus de trois ans, c’est inacceptable! Il faut des avancées significatives. Et ça presse! »

Rappelons que le 6 novembre dernier, une entente nationale est intervenue entre le gouvernement et plusieurs associations patronales sur plusieurs matières, dont les salaires, le régime de retraite, l’assurance collective, les ratios éducatrice/enfants, la planification pédagogique, les congés. Or, l’Association patronale nationale des CPE, à laquelle l’APCPE est affiliée, s’est retirée de la table nationale en février 2016 pour tenter de régionaliser le processus et les matières de négociation. Depuis, le syndicat constate que les négociations sont devenues très ardues.

« On s’enfarge littéralement dans des virgules et dans des détails qui n’en finissent plus depuis des semaines, lance Nathalie Fontaine, vice-présidente de la négociation du syndicat. De plus, les demandes de reculs dans nos conditions de travail sont tellement importantes que nous ne voyons pas de lueur en vue d’une entente possible à court et même à moyen terme, à moins que la partie patronale revoie ses demandes de reculs à la baisse et qu’il démontre du respect envers les travailleuses. On espère bien qu’avec cette pression de nos membres, l’APCPE va enfin comprendre qu’on n’acceptera jamais leurs reculs et qu’il est temps de régler. »

Après plus d’une vingtaine de séances qui ont débuté à l’automne dernier, les enjeux portent notamment sur les questions d’organisation du travail, dont les horaires de travail, la liste de rappel, le rôle et le travail d’équipe, l’application de l’ancienneté, de même que la transparence des états financiers : tous des éléments qui ne coûtent rien aux employeurs.

« Les directions des CPE membres de l’APCPE doivent se rendre à l’évidence : il n’est surtout pas question pour ces travailleuses d’accepter une entente qui ne satisfait pas nos membres, affirme pour sa part Jeff Begley, président de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN). La patience a ses limites. L’APCPE doit dès maintenant saisir la balle au bond. »

Pour Dominique Daigneault, présidente du Conseil central du Montréal métropolitain : « Il est invraisemblable de voir une association patronale mépriser des femmes qui se dévouent corps et âme depuis des années auprès des enfants, en leur demandant de sacrifier leur environnement et leurs conditions de travail. Au Conseil central du Montréal métropolitain, nous allons continuer à les appuyer pour qu’elles obtiennent ce que plus de 9000 autres travailleuses de CPE membres de la CSN ont obtenu : une entente respectueuse et conforme à leurs attentes. »

À propos des CPE et de la CSN
Le Syndicat des travailleuses des CPE de Montréal et Laval–CSN, représente près de 2500 travailleuses. Il est affilié à la Fédération de la santé et des services sociaux–CSN, qui regroupe quelque 11 000 travailleuses en CPE, de même qu’au Conseil central du Montréal métropolitain, qui compte près de 100 000 membres dans la région. Pour sa part, la CSN compte plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux.

← Précédent Il y aura grève 18 avril 2018
Suivant → Les syndicats de la FSSS–CSN en action contre la surcharge de travail 18 avril 2018
Partager
Région
  • Montréal métropolitain
Source
Confédération des syndicats nationaux (CSN)
Pour information
François Forget
514 212-7383

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/greve-de-1350-travailleuses-csn-les-18-et-19-avril/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.