Élections 2018

20 septembre 2018

Pour des états généraux sur l’industrie de la construction

Lorsque les travailleuses et travailleurs revendiquent leurs droits en déclenchant une grève, les lois spéciales ne tardent pas à tomber. Quand est-ce que les personnes élues démontreront autant d’empressement pour régler les problèmes de fond? - Pierre Brassard, président de la CSN-Construction

Avant le déclenchement des élections, la CSN–Construction a fait parvenir une série de questions aux candidats et elle constate avec déception qu’aucun des partis n’a montré de l’intérêt envers le plus gros secteur économique au Québec. Elle sort donc publiquement aujourd’hui pour leur demander de se commettre sur les questions qui leur sont posées; elle réclame également qu’ils s’engagent fermement à tenir des états généraux sur l’industrie de la construction afin de se pencher sur des problèmes qui perdurent depuis trop longtemps.

« Le secteur de la construction réunit 175 000 travailleuses et travailleurs au Québec et représente 12,1 % du PIB québécois, souligne le président de la CSN–Construction, Pierre Brassard. Depuis de nombreuses années, nous demandons la révision de la loi R20 afin d’assainir les relations de travail dans l’industrie. Nous nous attendions à plus de considération de la part des candidates et candidats aux élections. »

Le président de la CSN–Construction rappelle également que les organisations syndicales dans l’industrie exhortent depuis longtemps le gouvernement à instaurer des mesures anti-briseurs de grève et à appliquer la rétroactivité. « Les dispositions anti-briseurs de grève viennent équilibrer le rapport de force et favorisent la paix industrielle dans un secteur. De telles mesures s’imposent pour réduire la durée d’un conflit tout en respectant le droit fondamental de négocier des travailleurs, explique-t-il. Les employeurs ont beau jeu d’étirer la négociation. Car une fois l’entente signée, ils ne sont pas tenus de payer rétroactivement le salaire négocié. Cette situation, jumelée à la possibilité d’utiliser des travailleurs de remplacement durant un conflit, leur donne le gros bout du bâton. Nous demandons aux partis de se prononcer sur un tel déséquilibre. »

« Une véritable réflexion s’impose sur le processus actuel de négociation et de ratification des ententes, plaide également Pierre Brassard. Par souci démocratique, l’ensemble des travailleuses et travailleurs devraient avoir la même documentation et pouvoir voter au même moment. Or, certains groupes de travailleurs ne sont même pas convoqués en assemblée lorsque des ententes de principe sont conclues. Ils n’ont donc pas la chance de se prononcer sur leur contenu. Des mécanismes doivent être mis en place pour régler ces manquements démocratiques. »

Pierre Brassard conclut finalement à l’urgence de tenir des états généraux dans la construction. « Lorsque les travailleuses et travailleurs revendiquent leurs droits en déclenchant une grève, les lois spéciales ne tardent pas à tomber. Quand est-ce que les personnes élues démontreront autant d’empressement pour régler les problèmes de fond? Elles doivent dès maintenant montrer que le sort des 175 000 travailleurs et travailleuses de l’industrie leur tient à cœur. Ça passe par des réponses à nos questions et par un engagement ferme pour des états généraux », conclut-il.

 

← Précédent Que restera-t-il de nous dans quatre ans ? 17 septembre 2018
Suivant → La responsable des services de sage-femme entre en poste dans la Baie-des-Chaleurs 20 septembre 2018

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/la-csn-construction-demande-des-etats-generaux-sur-lindustrie-de-la-construction/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.