Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Pour des états généraux sur l’industrie de la construction

Du même SUJET

Les employé-es de la CDPDJ en grève pour une troisième journée

Les employé-es de la CDPDJ en grève pour une troisième journée

Les employé-es de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse…
Première à l'aide juridique: Des avocates et avocats du public et du privé unissent leurs voix et font la grève

Première à l'aide juridique: Des avocates et avocats du public et du privé unissent leurs voix et font la grève

Pour la première fois, des avocates et avocats de l’aide juridique du public et du privé…
Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…
Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Le syndicat du préhospitalier de Montréal et de Laval interpelle le gouvernement Legault quant à la…
Vote de moyen de pression à l’unanimité

Vote de moyen de pression à l’unanimité

Insatisfaits du climat de travail et du manque d’ouverture de l’employeur, les chauffeurs d’autobus urbain du…
SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

Les membres du Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN ont profité d’une autre journée…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Élections 2018

Construction foreman on the job site

Pour des états généraux sur l’industrie de la construction

Avant le déclenchement des élections, la CSN–Construction a fait parvenir une série de questions aux candidats et elle constate avec déception qu’aucun des partis n’a montré de l’intérêt envers le plus gros secteur économique au Québec. Elle sort donc publiquement aujourd’hui pour leur demander de se commettre sur les questions qui leur sont posées; elle réclame également qu’ils s’engagent fermement à tenir des états généraux sur l’industrie de la construction afin de se pencher sur des problèmes qui perdurent depuis trop longtemps.

« Le secteur de la construction réunit 175 000 travailleuses et travailleurs au Québec et représente 12,1 % du PIB québécois, souligne le président de la CSN–Construction, Pierre Brassard. Depuis de nombreuses années, nous demandons la révision de la loi R20 afin d’assainir les relations de travail dans l’industrie. Nous nous attendions à plus de considération de la part des candidates et candidats aux élections. »

Le président de la CSN–Construction rappelle également que les organisations syndicales dans l’industrie exhortent depuis longtemps le gouvernement à instaurer des mesures anti-briseurs de grève et à appliquer la rétroactivité. « Les dispositions anti-briseurs de grève viennent équilibrer le rapport de force et favorisent la paix industrielle dans un secteur. De telles mesures s’imposent pour réduire la durée d’un conflit tout en respectant le droit fondamental de négocier des travailleurs, explique-t-il. Les employeurs ont beau jeu d’étirer la négociation. Car une fois l’entente signée, ils ne sont pas tenus de payer rétroactivement le salaire négocié. Cette situation, jumelée à la possibilité d’utiliser des travailleurs de remplacement durant un conflit, leur donne le gros bout du bâton. Nous demandons aux partis de se prononcer sur un tel déséquilibre. »

« Une véritable réflexion s’impose sur le processus actuel de négociation et de ratification des ententes, plaide également Pierre Brassard. Par souci démocratique, l’ensemble des travailleuses et travailleurs devraient avoir la même documentation et pouvoir voter au même moment. Or, certains groupes de travailleurs ne sont même pas convoqués en assemblée lorsque des ententes de principe sont conclues. Ils n’ont donc pas la chance de se prononcer sur leur contenu. Des mécanismes doivent être mis en place pour régler ces manquements démocratiques. »

Pierre Brassard conclut finalement à l’urgence de tenir des états généraux dans la construction. « Lorsque les travailleuses et travailleurs revendiquent leurs droits en déclenchant une grève, les lois spéciales ne tardent pas à tomber. Quand est-ce que les personnes élues démontreront autant d’empressement pour régler les problèmes de fond? Elles doivent dès maintenant montrer que le sort des 175 000 travailleurs et travailleuses de l’industrie leur tient à cœur. Ça passe par des réponses à nos questions et par un engagement ferme pour des états généraux », conclut-il.

 

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket