Santé et sécurité dans les mines

L’AMQ doit reprendre les discussions

12 septembre 2017

"On n’a pas le luxe d’attendre" - Guy Côté, vice-président de la Fédération de l'industrie manufacturière (FIM-CSN)
Partager
Région
  • L'ensemble du Québec
Source
Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN)
Pour information
Ariane Gagné Service des communications – CSN 514 349-1300

La CSN est profondément attristée du décès et des accidents très graves qui se sont produits ce weekend dans les mines Kiena et Westwood en Abitibi et tient à exprimer ses plus profondes condoléances aux familles des victimes. Elle demande aussi à l’Association minière du Québec (AMQ) de relancer sa participation aux travaux du comité paritaire patronal-syndical chargé de dégager un plan d’action qui viendra mieux encadrer la santé et sécurité dans les mines fermées du Québec.

« Un accident dans une mine est toujours un accident de trop, déplore le vice-président de la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM-CSN), Guy Côté. Nous devons tout mettre en œuvre pour en limiter les risques et c’est dans cette optique que nous demandons à l’AMQ de revenir prendre part aux travaux du comité. Son absence actuelle à la table pénalise l’ensemble des travailleuses et travailleurs du secteur minier du Québec. »

Rappelons qu’un litige est pendant depuis janvier dernier entre l’AMQ et la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST), laquelle est appuyée dans sa démarche par la CSN et le syndicat des métallos. Les parties ne s’entendent pas sur une certaine pratique d’extraction du minerai qui comporterait plusieurs risques pour les travailleuses et travailleurs des mines fermées. Pour la CNEEST et les parties syndicales, cette pratique devrait être interdite.

« Une bonne dizaine de rencontres se sont tenues pour tenter de résoudre la question, sans succès. Plusieurs autres réunions sont prévues pour tenter de trouver une solution à cette impasse. Or, ce qui s’est passé ce weekend nous montre qu’il n’y a plus de temps à perdre : il faut dès maintenant que les discussions reprennent pour mettre en place les mesures qui s’imposent et empêcher le plus possible que des accidents dans les mines fermées ne se produisent. On n’a pas le luxe d’attendre », conclut Guy Côté.

 

 

← Précédent Les employé-es municipaux de Port-Cartier occupent bruyamment le conseil municipal 12 septembre 2017
Suivant → Entente au Collège André-Grasset 12 septembre 2017

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/la-csn-demande-a-lamq-de-reprendre-les-discussions/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 325 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.