Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

La fermeture de l’usine Les Crustacés de Gaspé, une vraie honte pour la Gaspésie.

Du même SUJET

Un congrès fort engagé au Conseil central du Cœur du Québec–CSN

Un congrès fort engagé au Conseil central du Cœur du Québec–CSN

Le 10e Congrès du Conseil central du Cœur du Québec s’est conclu, ce midi, à l’hôtel Victorin…
Les avocats et avocates de l’aide juridique en grève mardi prochain

Les avocats et avocates de l’aide juridique en grève mardi prochain

Sans nouvelles du Conseil du trésor depuis l’obtention de leurs mandats de grève, les syndicats des…
Les PRDM et le personnel de bureau du CISSS de Lanaudière demandent que leurs plaintes soient enfin entendues

Les PRDM et le personnel de bureau du CISSS de Lanaudière demandent que leurs plaintes soient enfin entendues

Laissé pour compte dans les règlements intervenus au cours des dernières années, le personnel de bureau…
Les syndiqué-es de Bridor en lock-out depuis bientôt un mois

Les syndiqué-es de Bridor en lock-out depuis bientôt un mois

Les 316 travailleuses et travailleurs de Bridor souligneront, le mercredi 25 mai prochain, leur premier mois…
Le Syndicat des employés de l'Abattoir de Berthierville–CSN adopte à 83,5 % un nouveau contrat de travail

Le Syndicat des employés de l'Abattoir de Berthierville–CSN adopte à 83,5 % un nouveau contrat de travail

Le dimanche 15 mai 2022, les travailleuses et travailleurs de l’Abattoir Olymel de Berthierville ont voté…
Les animatrices et animateurs en francisation du Cégep de l’Outaouais choisissent la CSN

Les animatrices et animateurs en francisation du Cégep de l’Outaouais choisissent la CSN

Comme les animatrices et animateurs en francisation du Cégep de Saint-Laurent et du Collège de Bois-de-Boulogne,…

Droit d'association

La fermeture de l’usine Les Crustacés de Gaspé, une vraie honte pour la Gaspésie.

Aujourd’hui, nous sommes outrés. Nous ne pouvons pas comprendre comment des employeurs peuvent fermer une usine par simple peur de syndicalisation. Nous parlons ici de la fermeture de l’usine Les Crustacés de Gaspé à Grande-Rivière. Pour le Conseil central Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine–CSN, cette fermeture est la réponse à la syndicalisation de ces travailleuses et travailleurs par UNIFOR. Nous ne sommes pas toujours en accord avec les autres organisations syndicales, mais dans ces situations, nous mettons de côté nos différends pour le bien des travailleurs. Comme UNIFOR, nous désirons syndiquer les travailleuses et travailleurs du secteur des pêches seulement pour les aider à améliorer leurs conditions de travail qui sont souvent aberrantes.

Depuis de nombreuses années, nous tentons de syndiquer les usines de transformation des produits de la mer. Nous entendons toujours les mêmes commentaires des travailleuses et travailleurs, « Les boss vont fermer l’usine si nous nous syndiquons. » En effet, c’est possible! Parfois ça arrive, mais jamais ça ne devient acceptable. En Gaspésie, le meilleur exemple d’un succès de syndicalisation est dans le secteur des pêches. C’est l’entreprise Les Pêcheries Marinard ltée qui est syndiquée CSN depuis près de 45 ans. Dans cette usine, la CSN a su améliorer les conditions de travail de ses membres. Elle a aussi travaillé avec l’employeur pour permettre la pérennité de l’entreprise. La syndicalisation ne signifie pas la fermeture de l’usine, au contraire.

La mission des syndicats est d’accompagner les travailleuses et travailleurs à se construire un contrat de travail qui améliora leurs conditions de travail. Nous ne négocions pas pour faire perdre des emplois : nous cherchons les règlements qui seront à l’avantage de nos membres et de l’employeur. Dans le cas de la fermeture de l’usine Les Crustacés de Gaspé, il est évident que nous faisons face à un consortium qui ne veut pas de syndicat et qui est prêt à tout pour nous empêcher de syndiquer ses salarié-es. Pour Anatole Chiasson, président du Conseil central Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine : « Les dernières années de pêches records du homard et du crabe ainsi que l’augmentation des prix rendent complètement ridicule l’argument que l’usine Les Crustacés de Gaspé, située à Grande-Rivière, n’était pas rentable. Comment se fait-il que cet employeur n’a pas pris en considération l’avenir de ses salarié-es? C’est une honte pour la région. » Nous désirons donner tout notre soutien aux travailleuses et travailleurs de l’usine Les Crustacés de Gaspé. Nous invitons aussi les travailleuses de ce secteur d’activité à se syndiquer massivement afin de stopper cette attitude cavalière des employeurs.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket