5 février 2015

L'austérité libérale : un frein au parachèvement de la route 185 au Témiscouata

Le Témiscouata aussi est sévèrement touché par l'austérité libérale. Le chantier du parachèvement de la route 185, maintes fois annoncé au fil des années, tourne au ralenti.

Le Témiscouata aussi est sévèrement touché par l’austérité libérale. Le chantier du parachèvement de la route 185, maintes fois annoncé au fil des années, tourne au ralenti. « Le ministre Jean D’amour responsable du Bas-Saint-Laurent et, ironiquement, ministre délégué aux Transports, plie devant les politiques d’austérité mises de l’avant par son gouvernement. On lui demande de se tenir debout pour notre région », clame la présidente du Conseil central du Bas-Saint-Laurent (CCBSL-CSN), Nancy Legendre.

Pourtant, Jean D’Amour, alors député de l’opposition, déclarait en mars 2014 : « Je n’ai eu de cesse de marteler le clou de l’importance de la transformation de la 185 en autoroute à quatre voies séparées. L’heure est à l’action dans ce dossier et c’est ce que je ferai dès le lendemain de l’élection. »

« C’est un autre exemple concret d’un gouvernement qui n’a pas hésité à mentir pour se faire élire », déplore la présidente du CCBSL-CSN.

Le sujet a été abordé par les militants aujourd’hui, alors que la caravane contre l’austérité s’est rendue au CSSS de Notre-Dame du Lac, au Métro GP, au CLSC de Cabano et au centre administratif de la Commission scolaire du Fleuve-et-des-Lacs.

Le CCBSL-CSN appuie le conseil municipal de Sainte-Florence

Le CCBSL-CSN se réjouit de la résolution adoptée en début de semaine par le maire et les conseillers de la municipalité de Sainte-Florence. Ils demandent à Philippe Couillard de remplacer le ministre responsable du Bas-Saint-Laurent, Jean D’Amour. « C’est clair que le ministre abandonne sa région en appuyant les coupes dans l’aide aux nombreuses municipalités dévitalisées. C’est honteux ! », conclut Nancy Legendre. Trois-Pistoles et Rivière-du-Loup

Dans la journée de vendredi à Trois-Pistoles, les militants de la caravane contre l’austérité iront rencontrer leurs collègues du CSSS (7 h) et de l’école secondaire (10 h). À 17 h, des syndiqué-es de Rivière-du-Loup vont se joindre à eux pour un premier rassemblement devant les bureaux de Jean D’Amour.

Samedi à 10 h 30, « Hurlons D’Amour pour nos régions ! »

Les Bas-Laurentiens et Bas-Laurentiennes sont attendus en grand nombre samedi matin à 10 h 30 lors d’une grande manifestation devant les bureaux rénovés à grands frais du ministre responsable de la région du Bas-Saint-Laurent, Jean D’Amour, à Rivière-du-Loup. Ci-dessous, retrouvez l’horaire des onze départs en autobus gratuits pour se rendre à la manifestation.

À propos

Le Conseil central du Bas-Saint-Laurent (CSN) compte près de 10 000 membres. Pour sa part, la CSN compte plus de 325 000 membres issus de tous les secteurs d’activité tant privés que publics.

← Précédent Les syndicats du secteur public se mobilisent contre la fin de la prime de rétention 5 février 2015
Suivant → La CSN tient une vigile devant l'Assemblée nationale pour dénoncer l'attaque à notre démocratie 6 février 2015
Partager
Région
  • Bas-Saint-Laurent
Source
Confédération des syndicats nationaux (CSN), Conseil central du Bas-Saint-Laurent (CCBSL–CSN)
Pour information
Mario Guertin
Conseiller syndical 418 750-4081

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/lausterite-liberale-un-frein-au-parachevement-de-la-route-185-au-temiscouata/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.