Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Le salaire minimum à 15 $, rien de moins

Du même SUJET

Des conditions du public au privé, une première dans le secteur des CHSLD

Des conditions du public au privé, une première dans le secteur des CHSLD

Dans le cadre d’assemblées générales ayant eu lieu le 2 mai 2022, les travailleuses et les…
Sprint de négociation chez les sages-femmes

Sprint de négociation chez les sages-femmes

Le groupe de militantes s’est réuni devant l’hôtel Quality Suites où se déroulaient les négociations avec…
Un congrès tout en solidarité pour le Conseil central du Saguenay Lac-Saint-Jean–CSN

Un congrès tout en solidarité pour le Conseil central du Saguenay Lac-Saint-Jean–CSN

Les congressistes présents ont pu échanger sur de nombreux enjeux touchant le monde du travail :…
Le Conseil central du Saguenay–Lac-Saint-Jean–CSN tient son 38e Congrès cette semaine

Le Conseil central du Saguenay–Lac-Saint-Jean–CSN tient son 38e Congrès cette semaine

Sous le thème « 100 ans présent, toujours de l’avant ». L’évènement, qui se poursuit jusqu’à jeudi, réunira…
Les cols bleus d’Archibald choisissent la CSN

Les cols bleus d’Archibald choisissent la CSN

Le certificat d’accréditation vise « toutes et tous les salarié-es au sens du Code du travail en…
Santé et services sociaux : il est inadmissible de perdre son revenu en raison de la COVID-19

Santé et services sociaux : il est inadmissible de perdre son revenu en raison de la COVID-19

Les organisations syndicales du réseau de la santé et des services sociaux (RSSS) dénoncent vigoureusement la…

Journée mondiale sur le travail décent

2017-10_51015-2_CSN

Le salaire minimum à 15 $, rien de moins

La semaine dernière, Philippe Couillard a adopté un ton «guerrier» pour défendre les intérêts de Bombardier contre Boeing et pour dénoncer l’injustice subie par une multinationale québécoise. Nous croyons que les travailleuses et les travailleurs qui sont au bas de l’échelle et qui luttent au quotidien contre la pauvreté mériteraient que leurs dirigeants politiques défendent leurs intérêts avec la même ardeur. En cette année préélectorale, c’est ce que nous demandons au gouvernement. Rien de moins.

Le 7 octobre, Journée mondiale pour le travail décent, il y aura exactement un an que nos organisations ont lancé la campagne 5-10-15. Celle-ci s’inscrit résolument dans le débat sur l’augmentation du salaire minimum à 15 $ l’heure. C’est ce que ça prend aujourd’hui, au Québec, pour sortir de la pauvreté après avoir travaillé toute l’année à temps plein. Rien de moins.

En plus du salaire minimum à 15 $, nous souhaitons que la ministre responsable du Travail fasse preuve de courage politique dans la modernisation des normes du travail. Nos deux autres revendications, le 5 et le 10, sont des mesures simples qui amélioreront grandement la conciliation travail-vie personnelle.

Le 5 : pour permettre à toutes et à tous d’organiser leur vie personnelle et leurs obligations familiales, la Loi sur les normes du travail doit obliger les employeurs à fournir l’horaire de travail au moins cinq jours à l’avance. Rien de moins.

Le 10 : pour soutenir les travailleurs et travailleuses qui sont confrontés à la maladie ou à des obligations familiales, il faut garantir 10 jours de congé payé. Plus de 60 % des travailleurs et travailleuses du Québec n’ont toujours pas accès à cette protection. Quand on a un budget serré, la perspective de perdre quelques jours de salaire incite bon nombre de personnes à travailler même lorsqu’elles sont malades. Si on s’absente pour prendre soin d’un proche gravement malade, ce sont des dépenses essentielles qui sont sacrifiées. Pour protéger des aléas de la vie, c’est 10 jours de congé payé. Rien de moins.

Malheureusement, le gouvernement semble trouver que les travailleuses et les travailleurs ne méritent ni de sortir de la pauvreté ni d’améliorer leurs conditions de travail. Alors qu’en Colombie-Britannique, en Alberta et en Ontario, le salaire minimum à 15 $ l’heure est en voie de devenir une réalité, le Québec mise sur une hausse totale de 1,70 $ sur quatre ans, pour le porter à 12,45 $ en 2020. Une gifle pour les personnes au salaire minimum. Rien de moins.

À un an des élections, la campagne 5-10-15 veut inviter l’ensemble des partis politiques à clarifier leurs engagements en matière de salaire minimum et de conditions de travail, mais aussi augmenter la pression sur le gouvernement pour le forcer à s’intéresser au sort des travailleuses et des travailleurs pauvres et à défendre leurs intérêts avec la même vigueur qu’il défend les intérêts du patronat. Rien de moins.

C’est pour cela que nous marcherons à Montréal le 15 octobre prochain, aux côtés de nos partenaires des autres campagnes pour le salaire minimum à 15 $ l’heure.

Mélanie Gauvin, Virginie Larivière, co-porte-parole de la campagne 5-10-15*

* Les sept organisations membres de la campagne 5-10-15 : le Front de défense des non-syndiquéEs, le Collectif pour un Québec sans pauvreté, la Centrale des syndicats démocratiques (CSD), la Confédération des syndicats nationaux (CSN), la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ) et le Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ).

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket