Le syndicat amèrement déçu par Kruger

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Équité salariale : le personnel de bureau et de l’administration réclame son dû!

Équité salariale : le personnel de bureau et de l’administration réclame son dû!

Des centaines de militantes et de militants de la Fédération de la santé et des services…
Les syndiqué-es adoptent une banque de journées de grève

Les syndiqué-es adoptent une banque de journées de grève

Réunis en assemblée générale le mardi 24 janvier, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs…
Les chargés de cours de l’UQO intensifient leurs moyens de pression

Les chargés de cours de l’UQO intensifient leurs moyens de pression

Sans contrat de travail depuis bientôt 13 mois, les chargés de cours de l’UQO intensifient leurs…
Une entente de principe aux Jardins Charlesbourg

Une entente de principe aux Jardins Charlesbourg

Le 24 janvier, les travailleuses et les travailleurs de la résidence Les Jardins Charlesbourg à Québec…
Grève des chauffeurs d’autobus de la Rive-Sud

Grève des chauffeurs d’autobus de la Rive-Sud

Les membres du Syndicat des chauffeurs d’autobus de la Rive-Sud­­­ (CSN) vont déclencher une grève de…
Des employé-es d’Amazon dénoncent les représailles et les pratiques antisyndicales de la multinationale

Des employé-es d’Amazon dénoncent les représailles et les pratiques antisyndicales de la multinationale

Harcèlement, mesures disciplinaires injustifiées, montants d’argent offerts en échange du retrait des plaintes déposées à la…

STT des pâtes et du papier de Brompton

2021-02-26_Kruger-CSN

Le syndicat amèrement déçu par Kruger

L’annonce de ce matin par la société Kruger laisse une déception amère chez les membres du Syndicat des travailleurs et travailleuses des pâtes et du papier de Brompton–CSN (STTPPB).

« Cette annonce est présentée très positivement de telle manière qu’on ne saisit pas qu’il n’y a pas de retour à l’emploi pour les 270 travailleuses et les travailleurs qui ont perdu leur gagne-pain en avril dernier. Dans les faits, l’employeur laisse planer un rappel hypothétique pour seulement 28 salarié-es qui ont perdu leur emploi, de dénoncer Kevin Lepage, président du STTPPB. Il n’y a donc absolument rien pour la relance de l’usine de papier journal. Ce qu’il faut comprendre, c’est que Kruger a bâti une nouvelle usine juste à côté de l’usine de papier journal qui elle a été fermée en avril 2020. Légalement, il y a donc deux employeurs l’un à côté de l’autre qui relèvent directement de Kruger, une usine où on a licencié presque tous les salarié-es et une autre qui en embauche des nouveaux. Évidemment, si les licencié-es veulent travailler à la nouvelle usine, ils perdent leur ancienneté, leurs avantages sociaux et surtout, ils encaissent une perte salariale. »

« La moindre des choses pour Kruger, ce serait de favoriser l’embauche des salarié-es qui ont perdu leur emploi en avril 2020 en respectant les conditions de travail qu’ils avaient à l’époque. S’ils ne le font pas, nous sommes en droit de nous demander si la construction planifiée de cette usine n’était pas une stratégie détournée pour se débarrasser d’un syndicat présent chez Kruger depuis 1937 », de déplorer André Miousse, vice-président de la Fédération de l’industrie manufacturière–CSN.

Rappelons qu’en juin 2020, le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité du Québec avait financé 50 % du coût de la formation des 180 employé-es à la nouvelle usine en versant une subvention de près de 5 millions de dollars à Kruger.

« Alors que nous nous attendions à une relance qui aurait touché aux salarié-es qui ont perdu leur emploi depuis bientôt un an, nous avons droit à une annonce qui touche aux emplois de l’usine voisine. On les invite à postuler auprès du même employeur comme s’ils n’avaient jamais travaillé pour lui, comme si leur expertise acquise chez Kruger ne valait rien chez Kruger », de conclure Denis Beaudin, président du Conseil central des syndicats nationaux de l’Estrie–CSN.

 

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket