Équité salariale

26 novembre 2019

L’égalité entre les hommes et les femmes ne peut plus attendre!

Au Québec, près de 25 ans après l’adoption de la Loi sur l’équité salariale, les femmes font encore l’objet d’une discrimination systémique fondée sur le sexe.

Sous le signe du rassemblement, plusieurs organisations syndicales et de la société civile ont joint leur voix dans le cadre du lancement d’une pétition en ligne sur le site Web de l’Assemblée nationale du Québec réclamant une révision de la Loi sur l’équité salariale. Parrainée par les députées de Sherbrooke (Christine Labrie) et de Gaspé (Méganne Perry Mélançon), la pétition vise à interpeller le gouvernement du Québec afin qu’il corrige les lacunes qui subsistent toujours en matière d’équité salariale malgré les lois en vigueur et les modifications législatives des dernières années. Parmi les revendications, la pétition réclame notamment de verser rétroactivement tous les ajustements salariaux qui sont dus à la date de l’événement discriminatoire.

« Au Québec, près de 25 ans après l’adoption de la Loi sur l’équité salariale, les femmes font encore l’objet d’une discrimination systémique fondée sur le sexe. Avant la mise en vigueur de la Loi en 1997, l’écart salarial horaire moyen était de 15,8 %. Aujourd’hui, il demeure encore au-dessus de la barre des 10 %. Cette situation est inadmissible. À ce rythme, devra-t-on attendre encore 40 ans avant que l’équité soit enfin devenue réalité? Le gouvernement doit rapidement corriger les inégalités qui subsistent. L’égalité entre les hommes et les femmes ne peut plus attendre! », ont mentionné les partenaires de l’opération.

Une campagne vidéo sur les réseaux sociaux
Le lancement de la pétition fut également l’occasion de dévoiler de courtes capsules vidéo qui abordent de front la question de l’équité salariale. Elles mettent en vedette Marie Turgeon, Sophie Prégent et Louise Richer. Diffusées sur les réseaux sociaux des organisations partenaires prenant part à l’opération, ces capsules invitent les citoyens à signer la pétition afin que le gouvernement du Québec corrige les inégalités salariales qui subsistent.

Les différentes organisations qui participent à la diffusion de la pétition sont les suivantes :

  • Centrale des syndicats du Québec
  • Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec
  • Confédération des syndicats nationaux
  • Centrale des syndicats démocratiques
  • Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux
  • Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec
  • Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec
  • Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec
  • Fédération des femmes du Québec
  • Pour les droits des femmes du Québec
  • Comité jeunes féministes du YWCA
  • Conseil d’intervention et d’action pour les femmes au travail
  • Réseau des tables des femmes
  • Femmes, politique et démocratie
  • Réseau québécois d’action pour la santé des femmes
← Précédent Les acteurs du réseau public d’éducation demandent au ministre Roberge de surseoir à l’adoption du projet de loi 40 26 novembre 2019
Suivant → 90 % des employé-es trouvent anormal de payer de leur poche pour venir soigner la population 26 novembre 2019
Partager
Régions
  • Cœur du Québec
  • L'ensemble du Québec
Source
Confédération des syndicats nationaux (CSN)
Pour information
Luc Bessette
514 703-0775
luc.bessette@csn.qc.ca
Sébastien Marcil - CSQ
438 356-4545
marcil.sebastien@lacsq.org
Jean Laverdière – FTQ
514 893-7209
jlaverdiere@ftq.qc.ca
Nathalie Côté - SPGQ
nathalie.cote@spgq.qc.ca

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/legalite-entre-les-hommes-et-les-femmes-ne-peut-plus-attendre/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.