Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Les employé-es des bibliothèques de l’Université Concordia font la grève

Du même SUJET

Les avocats et avocates de l’aide juridique en grève mardi prochain

Les avocats et avocates de l’aide juridique en grève mardi prochain

Sans nouvelles du Conseil du trésor depuis l’obtention de leurs mandats de grève, les syndicats des…
Les syndiqué-es de Bridor en lock-out depuis bientôt un mois

Les syndiqué-es de Bridor en lock-out depuis bientôt un mois

Les 316 travailleuses et travailleurs de Bridor souligneront, le mercredi 25 mai prochain, leur premier mois…
Novago met ses quincailleries locales (BMR) en danger

Novago met ses quincailleries locales (BMR) en danger

Après plus de six mois de grève à la coopérative Novago de Joliette, c’est maintenant la…
PL-32 : pas de « véritable liberté académique » sans profonds amendements

PL-32 : pas de « véritable liberté académique » sans profonds amendements

Dans le cadre des consultations particulières sur le projet de loi sur la liberté académique dans…
Nouvelle manifestation au cimetière Notre-Dame-des-Neiges

Nouvelle manifestation au cimetière Notre-Dame-des-Neiges

En ce jour de la fête des Mères, les membres du Syndicat des travailleuses et des…
Entente de principe pour les paramédics

Entente de principe pour les paramédics

La samedi 7 mai 2022, le comité de négociation des paramédics et les représentants patronaux ont…

Conflit de travail

Employé-es des bibliothèques de l'Université Concordia en grève
Employé-es des bibliothèques de l'Université Concordia en grève

Les employé-es des bibliothèques de l’Université Concordia font la grève

Après l’échec du processus de conciliation entamé en décembre dernier, les membres du Syndicat des employé-es des bibliothèques de l’Université Concordia (FEESP–CSN) ont décidé de faire la grève, ce jeudi, à midi.

« Depuis près d’un an, les négociations stagnent en raison de l’entêtement de l’employeur, affirme le président du syndicat, Kent Cluff. On a fait preuve de bonne foi. On espérait que le processus de conciliation fasse bouger les choses, mais rien n’a changé. Alors on doit accentuer nos moyens de pression. »

Réunis en assemblée générale le 29 novembre dernier, les membres du syndicat avaient voté en faveur d’un mandat de grève de huit heures et de la création d’un fonds de soutien financier pour grévistes. Le syndicat prévoit faire la grève jeudi pendant deux heures et demie.

« Nos membres sont vraiment frustrés de l’entêtement de l’université, renchérit Bertrand Guibord, secrétaire général du Conseil central de Montréal métropolitain (CCMM–CSN). Ces premières heures de grève lancent le message à l’employeur que nos membres sont unis et prêts à se battre pour leurs droits. »

Le manque de progression dans les négociations entre le syndicat et l’université – qui insiste pour restreindre radicalement les possibilités d’avancement pour les nouveaux employé-es – a amené les parties à faire appel à un conciliateur du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale (MTESS) pour la dernière ronde de négociations. La conciliation a été suspendue la semaine dernière après que le conciliateur eut constaté que les positions des deux parties étaient trop éloignées.

« Ça fait un an que l’employeur démontre du mépris envers le processus de négociation, rappelle le vice-président trésorier de la fédération des employées et employés de services publics (FEESP–CSN), Jean-Pierre Bourgault. Ça a assez duré. Il est temps que l’employeur fasse preuve de bonne foi et accepte de faire des compromis importants. »

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket