Photo: Cédric Martin
12 août 2016

Les jeunes de la CSN s’opposent aux propositions irréfléchies des jeunes libéraux

Les jeunes de la CSN impliqués quotidiennement dans leurs milieux de travail, souhaitent une toute autre révolution dans le monde du travail. Plutôt que de s’attaquer au principe de l’ancienneté, elles et ils aspirent à des changements progressistes et solidaires.

Au cours de la fin de semaine, les jeunes libéraux du Québec seront réunis sur le thème « Innover : notre révolution ». Les jeunes de la CSN impliqués quotidiennement dans leurs milieux de travail, souhaitent une toute autre révolution dans le monde du travail. Plutôt que de s’attaquer au principe de l’ancienneté, elles et ils aspirent à des changements progressistes et solidaires.

« Nous croyons que les disparités de traitement sont inacceptables dans notre société. Nous avons gagné l’interdiction des doubles échelles salariales basées sur la date d’embauche. Toutefois, nous militons toujours pour des régimes de retraite et pour des assurances collectives égaux qui font également partie de la rémunération. Aussi, la multiplication des statuts d’emploi, plus précaires les uns que les autres et où les jeunes sont surreprésentés, constituent une autre forme de disparité de traitement », de dénoncer Annik Patriarca, membre du Comité national des jeunes de la CSN (CNJ-CSN).

Le CNJ-CSN revendique davantage de conciliation travail-famille-études. La course de la vie quotidienne est d’autant plus complexe lorsque les parents travaillent selon des horaires atypiques.

« Nous croyons que les jeunes, ainsi que toute la population québécoise méritent un salaire décent. Pour ce faire, nous voulons une augmentation du salaire minimum le plus rapidement possible à 15 $ l’heure. Il est inconcevable qu’en 2016, une travailleuse ou un travailleur puissent être sous le seuil de la pauvreté en travaillant à temps plein », de déplorer Arianne Carmel-Pelosse, du Comité des jeunes du Conseil central du Montréal métropolitain (CSN).

« Une vraie révolution dans le monde du travail serait une réelle fin des disparités de traitement, une conciliation-travail-famille-études plus présente et un salaire minimum à 15 $ l’heure. Pour nous, le débat sur l’ancienneté des jeunes libéraux est un écran de fumé pour s’en prendre aux conditions de travail. Nous ne nous laissons pas berner et nous continuons de lutter pour les travailleuses et les travailleurs », de conclure d’une seule voix les deux porte-parole.

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s’engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 325 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.

 

 

← Précédent Des espoirs, des défis 11 août 2016
Suivant → Une vaste lutte s’engage pour un salaire minimum à 15 $ l’heure 12 août 2016
Partager
Région
  • L'ensemble du Québec
Source
Confédération des syndicats nationaux (CSN)
Pour information
Martin Petit
Conseiller syndical Service des communications de la CSN 514 894-1326
martin.petit@csn.qc.ca

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/les-jeunes-de-la-csn-sopposent-aux-propositions-irreflechies-des-jeunes-liberaux/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.