Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Les syndicats du secteur public se mobilisent contre la fin de la prime de rétention

Du même SUJET

L'« amazonification » de la SAQ est commencée

L'« amazonification » de la SAQ est commencée

Plusieurs conseillères et conseillers en succursales de la SAQ ont constaté que divers produits de niche…
Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…
Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Le syndicat du préhospitalier de Montréal et de Laval interpelle le gouvernement Legault quant à la…
Vote de moyen de pression à l’unanimité

Vote de moyen de pression à l’unanimité

Insatisfaits du climat de travail et du manque d’ouverture de l’employeur, les chauffeurs d’autobus urbain du…
Une autre occasion ratée par le ministre Roberge

Une autre occasion ratée par le ministre Roberge

À quand une vraie reconnaissance pour toutes celles qui participent au développement de nos enfants en…
La CSN prête à travailler dans une vision commune

La CSN prête à travailler dans une vision commune

Hier, de hauts fonctionnaires du ministère de la Santé et des Services sociaux ainsi que le…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Côte-Nord

Les syndicats du secteur public se mobilisent contre la fin de la prime de rétention

Les syndicats du secteur public de la Côte-Nord se mobilisent contre les offres présentées par le Conseil du trésor aux salariés du secteur public. La volonté du gouvernement de mettre un terme à la prime de rétention de 8 % pour les employés travaillant dans les secteurs de Sept-Îles, Port-Cartier, de Gallix et de Rivière-Pentecôte suscite la grogne non seulement des salariés visés, mais également d’un grand nombre de citoyens de la région.

« C’est tout un message contradictoire que les libéraux nous envoient, estime Guillaume Tremblay, président du Conseil central de la Côte-Nord (CSN). D’un côté, le gouvernement nous indique que la relance économique de la région repose sur le Plan Nord. Mais comment pourrons-nous assurer des services publics aux citoyens de la région si nous ne sommes pas en mesure de retenir les salariés nécessaires? Comment le gouvernement pense-t-il assurer la relance alors que la fin de cette prime de rétention aurait un impact négatif de l’ordre de 10 millions de dollars dans l’économie de la région? »

« En fonction de l’isolement de la région et du coût de la vie particulièrement élevé, cette prime est aujourd’hui toute aussi pertinente que lors de sa création il y a plus de 30 ans : répondre aux problèmes d’attraction et de rétention de la main-d’œuvre dans les réseaux de la santé, de l’éducation et de la fonction publique dans la région, rappelle Sylvain Sirois, porte parole régional de l’APTS. La région est aux prises avec de graves problèmes de pénurie de main-d’œuvre et figure parmi celles qui ont le plus recours aux agences de placement. Mettre un terme à la prime de rétention ne fera qu’aggraver la situation! À moins que l’objectif ultime du gouvernement Couillard ne soit de fermer les régions? »

Pour Bertrand Méthot, conseiller régional de la FTQ, cette volonté du gouvernement s’ajoute à une série de mauvaises nouvelles économiques pour la région de Sept-Iles. « L’ensemble de la région subit les contrecoups de nombreuses fermetures d’entreprise et la perte de centaines d’emplois. La chute du prix du fer fait particulièrement mal. La fin de la prime de rétention, c’est l’équivalent de la perte de 200 emplois à 50 000$ par année pour l’économie de la région. C’est l’ensemble des commerçants, des entreprises et des citoyens qui en souffrira! »

Plan d’action

Cet après-midi, les représentants des différents syndicats de la région se réuniront afin de faire le point avec les trois négociateurs en chef du Front commun et développer un plan d’action en réponse aux offres du Conseil du trésor. Vers 16 h, ils formeront un comité d’accueil afin d’interpeler Jean D’Amours, ministre délégué aux Transports et à l’Implantation de la stratégie maritime, qui doit prononcer une allocution au Centre des congrès de Sept-Iles lors de la rencontre du Forum économique de la Côte-Nord. Plusieurs représentants du milieu économique de Sept-Îles et Port-Cartier ont déjà annoncé leur appui aux syndicats du Front commun.

Environ 7 500 travailleuses et travailleurs œuvrent dans les services publics sur la Côte-Nord, soit 16 % de la main-d’œuvre de la région. Ils sont présents dans les réseaux de la santé et des services sociaux, de l’éducation, de l’enseignement supérieur et de la fonction publique du Québec. Les conventions collectives du secteur public viendront à échéance le 31 mars 2015.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket