Les syndicats remettent en doute les justifications de la direction

Articles récents

Le Front commun confirme l’adoption de l’entente de principe

Le Front commun confirme l’adoption de l’entente de principe

Au terme des consultations menées auprès de 420 000 travailleuses et travailleurs du secteur public, le…
Les employés municipaux des loisirs et de la culture adoptent un mandat de GGI

Les employés municipaux des loisirs et de la culture adoptent un mandat de GGI

Réunis en assemblée générale hier, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs municipaux de la…
Les syndicats de la FSSS–CSN entérinent l'entente de principe sectorielle

Les syndicats de la FSSS–CSN entérinent l'entente de principe sectorielle

Les travailleuses et les travailleurs représentés par la Fédération de la santé et des services sociaux…
Entente de principe pour les chargé-es de cours de l’Université Laval

Entente de principe pour les chargé-es de cours de l’Université Laval

Une entente de principe est intervenue tard hier soir entre le Syndicat des chargées et chargés…
Les profs de cégep acceptent le projet de règlement conclu avec Québec

Les profs de cégep acceptent le projet de règlement conclu avec Québec

À la suite de la consultation des 61 assemblées générales représentant l’ensemble des profs du réseau collégial,…
Transport scolaire : le ministre Drainville doit intervenir

Transport scolaire : le ministre Drainville doit intervenir

Réunis devant l’Assemblée nationale lors d’une manifestation sur l’heure du midi, la Confédération des syndicats nationaux…

Coupes de service au RTC

2023-11-30_RTC_QC_FEESP

Les syndicats remettent en doute les justifications de la direction

Les deux principaux syndicats du RTC ont soulevé d’importantes questions sur l’argumentaire utilisé par la direction de la société de transport en commun pour justifier les coupes de service annoncées à la fin de la semaine dernière. « On se demande s’il ne s’agit pas d’une opération de relations publiques pour répondre aux critiques de mauvaise foi qui arguent que les autobus sont vides, » soulève Hélène Fortin, présidente du Syndicat des employés du transport public du Québec métropolitain inc. (CSN), qui représente les chauffeuses et les chauffeurs.

Le RTC a annoncé à la fin de la semaine dernière des coupes de service, principalement la fin de semaine, mais pas seulement. La société de transport en commun pointe la pénurie de chauffeuses et de chauffeurs pour justifier ces coupes. « La pénurie de chauffeurs est un prétexte, » soutient la présidente du SETPQM (CSN), « Il n’y a pas de problèmes la fin de la semaine, où sont la majorité des coupes, c’est de la mauvaise planification d’effectifs. On a mis plus de chauffeuses et de chauffeurs en congé la fin de semaine donc on se retrouve avec un surplus de chauffeurs la semaine. Près d’une vingtaine de chauffeuses et chauffeurs peut être retournée à la maison faute de travail et c’est sans compter les journées où il manque des autobus. »

Selon les deux syndicats, « il faut se donner les moyens de nos ambitions, on a des besoins importants en matière de transport en commun à Québec. La population est en droit de s’attendre à un service de première qualité, mais pour qu’elle l’obtienne, ça va prendre un réinvestissement dans le RTC et une meilleure planification. »

Réussir la transition
Du côté des employé-es de l’entretien, on soulève les impératifs de transition énergétique et les défis que cela soulève. « On a investi pour avoir des véhicules plus écologiques, » dit Nicolas Louazel, président du Syndicat des salariés(ées) d’entretien du RTC (CSN), « c’est bien, mais il faut aussi investir pour former les employé-es, adapter les installations et les outils spécialisés afin de bien réussir la transition énergétique. Nos gens ont besoin de formation en continu pour être aussi efficaces avec les nouvelles technologies de haut voltage qu’avec les anciennes générations diesel que nous possédons toujours actuellement. »

Pour Nicolas Louazel, le modèle de gestion du RTC doit évoluer avec les changements technologiques. « Il faut développer une culture d’entreprise où on implique les employé-es et où on les mobilise pour le succès de l’opération, » estime le président du syndicat de l’entretien, « sinon, on ne fait que générer du stress et on nuit aux relations de travail et ça, ça a un impact direct sur le service à la population. » Ça prend un leadership humain en matière de relations de travail.

Les deux principaux syndicats de l’entreprise réitèrent qu’ils sont prêts à collaborer avec la direction du RTC pour trouver des solutions afin de maintenir et d’améliorer le service à la population. « Ça n’a pas de sens, avec les défis environnementaux que l’on connait en 2023, que l’on soit mis devant un fait accompli et que la population encaisse des baisses de services, » concluent les deux porte-paroles.

À propos
Le Syndicat des employés du transport public du Québec métropolitain inc. regroupe 915 chauffeuses et chauffeurs tandis que le Syndicat des salariés(ées) d’entretien du RTC (CSN) regroupe 350 travailleuses et travailleurs des garages. Ils sont affiliés à la FEESP–CSN, qui regroupe 65 000 membres répartis dans 425 syndicats dans les services publics et parapublics ainsi qu’au Conseil central de Québec–Chaudière-Appalaches (CCQCA–CSN) qui compte 45 000 membres dans 240 syndicats de toutes provenances. Pour sa part, la CSN compte plus de 330 000 membres syndiqués provenant tant du secteur privé que public.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket

À LA UNE

Le Point syndical  automne 2023