Ottawa ne propose toujours pas de solution permanente

Photo : Jean-François Coutu
31 janvier 2019

Manifestation pour une réforme de l'assurance-emploi

Malgré une occupation du bureau de Justin Trudeau pendant neuf heures hier, Ottawa persiste à maintenir une mécanique de l'assurance-emploi qui génère de la pauvreté, qui dévitalise les localités éloignées et qui vivent d'industries saisonnières.
Photo : Jean-François Coutu

Malgré une occupation du bureau de Justin Trudeau pendant neuf heures hier, Ottawa persiste à maintenir une mécanique de l’assurance-emploi qui génère de la pauvreté, qui dévitalise les localités éloignées et qui vivent d’industries saisonnières. Après l’éviction des élu-es de la CSN hier, une manifestation s’est tenue aujourd’hui vers midi, devant ces mêmes bureaux pour tenter de faire entendre la voix des régions au premier ministre.

« Les solutions proposées dans le dernier budget fédéral ne corrigent pas le problème du « trou noir » qui plonge des milliers de familles dans la pauvreté. La formation ou les autres mesures proposées sont temporaires et incomplètes », affirme Jean Lacharité, vice-président de la CSN. Le nombre de semaines sans prestation d’assurance-emploi (trou noir) continue de croître en raison d’anciennes réformes du programme et du fait que le taux de chômage est plus bas dans l’ensemble des grandes régions qui servent de référence pour fixer le nombre de semaines de couverture.

Photo : Jean-François Coutu

Au terme de cette occupation du bureau montréalais du premier ministre, une conseillère du cabinet Trudeau a simplement rappelé les mesures du dernier budget, par téléphone, et n’a pas été en mesure de dire si une rencontre était possible avec les représentants des régions concernées par le trou noir.

Ottawa doit entendre les régions

Photo : Jean-François Coutu

Bien que le problème du trou noir n’affecte pas les grandes villes comme Montréal ou Ottawa, les élu-es au fédéral doivent répondre à l’appel des régions et se prononcer sur leur volonté de réformer en profondeur les règles de l’assurance-emploi afin d’éviter le plus possible de multiplier les semaines sans aucun revenu pour les travailleuses et les travailleurs de l’industrie saisonnière en région éloignée.

Vider les petits villages éloignés ou y envoyer des travailleurs étrangers temporaires pendant une partie de l’année n’est pas une solution qui assure la vitalité de l’ensemble du territoire du Québec ou du Nouveau-Brunswick.

Photo : Jean-François Coutu

« Ottawa doit avoir une vision pour les régions et doit surtout passer des beaux discours à l’action s’il veut diminuer la pauvreté. Modifier en profondeur le régime de l’assurance-emploi serait un premier pas significatif », conclut Jean Lacharité.

Rappelons que des élu-es de quatre conseils centraux de la CSN étaient présents à l’occupation d’hier : Conseil central du Bas-Saint-Laurent (CCBSL–CSN), Conseil central de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine (CCGIM–CSN), Conseil central Côte-Nord (CCCN–CSN) et Conseil central du Montréal métropolitain (CCMM–CSN). Le comité d’Action-Chômage Côte-Nord était également représenté.

← Précédent Ottawa doit cesser d'aggraver la pénurie de main-d'oeuvre 30 janvier 2019
Suivant → L’entente de principe acceptée à 94,7 % par le STIP 31 janvier 2019
Partager
Région
  • L'ensemble du Québec
Source
Confédération des syndicats nationaux (CSN)
Pour information
Thierry Larivière
Service des communications de la CSN

Cellulaire : 514 966-4380
bureau : 514 598-2139

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/manifestation-pour-une-reforme-de-lassurance-emploi/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.