Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Une convention collective majeure est signée

Du même SUJET

Les sages-femmes adoptent une entente collective de quatre ans

Les sages-femmes adoptent une entente collective de quatre ans

Les membres du Regroupement Les sages-femmes du Québec ont entériné mercredi l’accord de principe intervenu le…
Nouvelle convention pour le syndicat de la Scierie de Petit Paris

Nouvelle convention pour le syndicat de la Scierie de Petit Paris

Les membres du Syndicat des travailleurs de la Scierie de Petit Paris–CSN se sont réunis en…
« Trop peu, trop tard », dénoncent les syndicats du réseau

« Trop peu, trop tard », dénoncent les syndicats du réseau

Bien qu’elles accueillent favorablement l’annonce du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) de…
La dernière offre patronale rejetée massivement

La dernière offre patronale rejetée massivement

Réunis en assemblée générale ce dimanche, les travailleuses et les travailleurs de Rolls-Royce Canada (RRC) ont…
Les travailleuses et travailleurs du Groupe Vétéri Médic–CSN acceptent l’entente de principe à 93 %

Les travailleuses et travailleurs du Groupe Vétéri Médic–CSN acceptent l’entente de principe à 93 %

Les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs du Groupe Vétéri Médic–CSN ont accepté la récente…
Un nouveau syndicat découvre la « manière CSN »

Un nouveau syndicat découvre la « manière CSN »

Nouvellement syndiqués à la CSN, les membres de l’Union des travailleuses et travailleurs de Locweld–CSN étaient…

Cinémathèque québécoise

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

Une convention collective majeure est signée

Le Syndicat des employé(e)s de la Cinémathèque québécoise (STCQ-CSN) vient de conclure une entente importante avec la direction de l’établissement. Ce nouveau contrat de travail devrait permettre à la Cinémathèque, d’une part, de maintenir en ses rangs l’expertise qui fait sa renommée et d’autre part, de mieux cerner ses dépenses liées à la masse salariale. Le tout dans l’objectif de démontrer des pratiques responsables de gestion afin de préparer le terrain aux discussions touchant au financement, qui auront lieu avec les partenaires gouvernementaux.

9,5% d’augmentation sur quatre ans
La nouvelle convention, d’une durée de quatre ans, a été signée à la mi-octobre.
Elle prévoit des augmentations salariales de 9,5% réparties ainsi : 2.5% la première année, 2% pour les deux années suivantes et finalement, 3% pour la dernière année.

Le syndicat était sans contrat de travail depuis 2009. Pour la cinquantaine de travailleuses et de travailleurs qui représentent notamment les projectionnistes, le personnel des collections, des communications et les préposé-es à l’accueil, cette signature vient mettre un terme à un long sacrifice. « Nous savions que la Cinémathèque vivait des difficultés financières, et c’est pourquoi nous avons consenti à reporter la négociation, tout en acceptant de subir un gel salarial », explique la présidente du syndicat, Claudine Viens. « Le climat n’était pas propice à la négociation. Des rumeurs de fusion avec la BANQ courraient, et le financement était difficile », précise-t-elle. À l’époque, une importante campagne d’appui à la Cinémathèque québécoise avait été mise sur pied par le syndicat, appuyé par la FNC–CSN. « Les gens du milieu nous avaient soutenus et nous avions réussi à éviter le pire ; l’idée de la fusion ayant été abandonnée par la suite », se souvient Mme Viens, aussi vice-présidente à la FNC-CSN.

Attirer et maintenir l’expertise
Le « statu quo » n’aura pas qu’engendré des conséquences financières pour les travailleuses et les travailleurs. Les problèmes d’attraction et de rétention à la Cinémathèque étaient aussi significatifs. « On a vu certains de nos membres quitter leur emploi, car ils n’avaient pas de perspectives intéressantes. Heureusement, avec l’entente, l’expertise va pouvoir rester au sein de la Cinémathèque. Elle vient donner un élan important aux travailleuses et aux travailleurs afin qu’ils puissent remplir un mandat important, celui d’aider et d’appuyer la création, note Claudine Viens. « Nous souhaitons aussi attirer une relève qui viendra consolider le rôle essentiel joué par la Cinémathèque dans les milieux du cinéma, de la télévision et des nouveaux médias. »

Nouvelle approche à la direction
Suite à la campagne d’appui à la Cinémathèque et après que le danger d’une remise en question des mandats et de la mission de la Cinémathèque québécoise ait été écarté, il fallait entreprendre des discussions en vue du renouvellement de la convention collective. Les travaux ont débuté après la nomination d’une nouvelle direction. « La direction a décidé, d’entrée de jeu, de revoir sa structure interne ainsi que ses budgets ce qui lui a permis de dégager des sommes destinées à la masse salariale. », explique Mme Viens. « En réglant la question de la négociation, la direction de la Cinémathèque est en meilleure position pour aller chercher un financement adéquat. Il s’agit d’une excellente nouvelle pour les travailleuses et les travailleurs bien sûr, mais aussi pour tous ceux qui fréquentent notre établissement aujourd’hui et dans les années à venir », conclut Claudine Viens.

 

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket