Première convention collective

17 juillet 2019

Une percée majeure pour tout le secteur de l'événementiel

« C’est une excellente nouvelle pour les salarié-es du Festival du nouveau cinéma, mais également pour tout le secteur de l’événementiel. »

Les travailleuses et les travailleurs du Festival du nouveau cinéma, réuni-es au sein du Syndicat de l’événementiel–CSN (SE–CSN), ont adopté une première convention collective qui ouvre la voie à une meilleure protection pour tout le milieu de l’événementiel au Québec. Parmi les avancées majeures de cette première convention, la reconnaissance du statut de salarié-e en vertu du Code du travail. Un précédent très positif pour quiconque œuvre dans le secteur de l’événementiel, souvent marqué par l’arbitraire en matière de conditions de travail.

Innovation dans les relations de travail
« Ce n’est rien de moins qu’une petite révolution. Le Tribunal administratif du travail (TAT) a reconnu d’emblée qu’il ne s’agissait pas de travailleuses et travailleurs autonomes, mais bien de salarié-es. Cette reconnaissance leur permet dorénavant de bénéficier de différentes protections prévues au Code du travail, dont le droit de cumuler des indemnités de vacances ainsi que pour les jours fériés, ou encore d’avoir le droit à des journées de maladie », explique d’abord la présidente de la Fédération nationale des communications, Pascale St-Onge.

La convention collective adoptée par les salarié-es du Festival du nouveau cinéma comporte d’ailleurs plusieurs dispositions améliorant les conditions de travail qui caractérisent ce secteur d’activités. « On pense notamment au fait qu’après une certaine période d’essai ou après deux éditions consécutives du festival, les salarié-es deviennent titulaires de leur poste. Une disposition qui met fin à l’arbitraire et permet de planifier le calendrier et le budget, surtout lorsqu’on sait que plusieurs travaillent dans différents festivals au cours de l’année. C’est sécurisant de savoir qu’on peut retrouver son poste d’une édition à l’autre ou même au retour d’un congé de maternité. Ce type de protections, c’est du jamais vu dans ce milieu-là », ajoute Pascale St-Onge.

La convention collective prévoit également des augmentations salariales annuelles, des congés sans solde et le versement des indemnités de vacances à chacune des paies.

« C’est une excellente nouvelle pour les salarié-es du Festival du nouveau cinéma, mais également pour tout le secteur de l’événementiel. On veut lancer un message clair : c’est possible de vivre de sa passion, tout en ayant des conditions dignes, et le Syndicat de l’événementiel–CSN (SE–CSN) est là pour y veiller ! » conclut la présidente de la Fédération nationale des communications–CSN.

← Précédent La FIM-CSN demande au gouvernement et aux partis de l’opposition d’agir pour la Davie 16 juillet 2019
Suivant → Les préposé-es au péage de l’autoroute 30 votent à l’unanimité pour la grève 17 juillet 2019
Partager
Région
  • Montréal métropolitain
Source
Fédération nationale des communications (FNC–CSN)

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/une-percee-majeure-pour-tout-le-secteur-de-levenementiel/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.