Une première signature de convention collective pour les professionnelles et les techniciennes du réseau de la santé et des services sociaux

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Équité salariale : le personnel de bureau et de l’administration réclame son dû!

Équité salariale : le personnel de bureau et de l’administration réclame son dû!

Des centaines de militantes et de militants de la Fédération de la santé et des services…
Les syndiqué-es adoptent une banque de journées de grève

Les syndiqué-es adoptent une banque de journées de grève

Réunis en assemblée générale le mardi 24 janvier, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs…
Les grévistes du Cimetière Notre-Dame-des-Neiges interpellent l’archevêché de Montréal

Les grévistes du Cimetière Notre-Dame-des-Neiges interpellent l’archevêché de Montréal

Ce jeudi 26 janvier au matin, tout juste après avoir conclu un pacte de front commun…
Les chargés de cours de l’UQO intensifient leurs moyens de pression

Les chargés de cours de l’UQO intensifient leurs moyens de pression

Sans contrat de travail depuis bientôt 13 mois, les chargés de cours de l’UQO intensifient leurs…
Une entente de principe aux Jardins Charlesbourg

Une entente de principe aux Jardins Charlesbourg

Le 24 janvier, les travailleuses et les travailleurs de la résidence Les Jardins Charlesbourg à Québec…
Grève des chauffeurs d’autobus de la Rive-Sud

Grève des chauffeurs d’autobus de la Rive-Sud

Les membres du Syndicat des chauffeurs d’autobus de la Rive-Sud­­­ (CSN) vont déclencher une grève de…

Secteur public

2021-10-21_fp_signature_CSN

Une première signature de convention collective pour les professionnelles et les techniciennes du réseau de la santé et des services sociaux

 Alors que la crise de la main-d’œuvre fait rage dans le réseau, une première entente visant plus de 6000 professionnel-les, techniciens et techniciennes affiliés à la FP-CSN a été signée avec le gouvernement ce jeudi, permettant ainsi de répondre à certains problèmes criants qui font les manchettes depuis des mois.

La nouvelle convention collective s’appliquera dès ce dimanche 24 octobre, permettant l’application immédiate d’augmentations salariales et de primes qui favoriseront l’attraction et la rétention des salarié-es, alors que la crise de la main-d’œuvre se traduit notamment par des bris de services et des heures supplémentaires obligatoires pour plusieurs catégories de salarié-es.

Ces salarié-es, qui œuvrent au Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine et au CIUSSS de la Capitale-Nationale, avaient entériné à 92 % l’entente de principe intervenue avec le gouvernement. L’entente signée ce jeudi 21 octobre prévoit, entre autres, de meilleures primes pour le personnel en centre jeunesse, les psychologues, le personnel en psychiatrie, en soins critiques, en CHSLD, la coordination d’équipe, la prise en charge de stagiaires et les quarts de travail de soir. Les membres toucheront aussi à des augmentations salariales pouvant atteindre jusqu’à 7,2 % sur trois ans, accompagnées de montants forfaitaires. Une bonification du budget de la formation pour le développement de la pratique professionnelle est également à souligner parmi les nombreuses améliorations prévues.

« Il était temps que le personnel puisse finalement bénéficier de ces nouvelles mesures avantageuses, souligne le président de la Fédération des professionnèles (FP-CSN), Danny Roy. L’entrée en vigueur de cette convention collective nous permet aussi d’amorcer des travaux importants sur la charge de travail, le télétravail et le droit à la déconnexion », ajoute-t-il.

Cependant, selon M. Roy, la nouvelle convention ne pourra à elle seule régler l’ensemble des problèmes liés à la pénurie de main-d’œuvre dans le réseau. La FP-CSN réclame donc que le gouvernement mette en place un véritable chantier qui aura pour objectif de trouver des solutions pérennes aux problématiques d’attraction et de rétention qui sont vécues par ses membres.

« Les améliorations que nous apportons dès maintenant permettront une reconnaissance immédiate de la contribution des professionnel-les, des techniciens et des techniciennes du réseau, affirme Danny Roy. C’est un grand pas dans la bonne direction. Cependant, les bris de services, les heures supplémentaires et l’ensemble de l’organisation du travail constituent un vaste chantier qui demandera une consultation des syndicats et des efforts colossaux. La crise est loin de toucher uniquement les infirmières :  les professionnelles et les techniciennes doivent aussi être au cœur de la réflexion du ministre Dubé quant aux changements à venir dans le réseau. »

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket