Voici : taxonomy-csnqc_syndicat.php

Le tribunal expulse des scabs de l’entrepôt de Jean Coutu

Alors que Metro, propriétaire de Jean Coutu, affirme que son « plan de contingence » ne compte que sur du personnel-cadre pour faire perdurer un lock-out depuis le 24 septembre, le Tribunal administratif du travail (TAT) vient d’ordonner le retrait de 23 personnes qui étaient présentes lors de l’enquête du ministère du Travail au centre de distribution de Jean Coutu de Varennes, le 27 octobre dernier.

« C’est une première manche de gagnée devant les tribunaux et nous sommes sûrs de pouvoir faire toutes les démonstrations nécessaires lors de l’audience sur le fond. Au-delà de cette bataille juridique, nous pensons que Jean Coutu doit revenir à la table de négociation le plus rapidement possible avec une réelle intention de trouver un terrain d’entente », soutient Audrey Benoît, présidente du Syndicat des travailleuses et travailleurs de PJC Entrepôt–CSN. Cette dernière rappelle que 680 familles s’appauvrissent pendant que l’employeur viole le Code du travail.

Il y avait 68 personnes le jour de l’enquête du ministère à l’entrepôt de Varennes. La CSN estime que plus d’une trentaine de celles-ci n’étaient pas des cadres, mais des briseurs de grève. L’ordonnance provisoire du TAT lui donne en bonne partie raison dans cette première manche et il ne l’aurait pas fait si les arguments de la partie syndicale n’étaient pas fondés.

Il est important de dire également que les quarts de travail de soir et de nuit n’ont pas encore fait l’objet d’une enquête et qu’il est possible que de nouvelles personnes soient soupçonnées d’être des briseurs de grève. La CSN prendra tous les moyens nécessaires pour faire en sorte que le conflit actuel respecte la législation en vigueur au Québec.

Lock-out chez Jean Coutu: les travailleurs et la population écopent

Après deux semaines de lock-out au centre de distribution de Jean Coutu à Varennes, les premiers signes de problèmes d’approvisionnement apparaissent et certains médicaments sont même rationnés. La CSN estime que cette manœuvre patronale est brutale. Une entreprise profitable, Metro, qui détient maintenant Jean Coutu, appauvrit près de 700 familles en maintenant un lock-out injustifié. Cette décision nuit également à la population et aux pharmaciens, en pleine pandémie, alors que certains médicaments ne peuvent plus être renouvelés pour une période de plus de 30 jours.

« Le syndicat a déposé une contre-proposition samedi devant le conciliateur. De nouvelles dates de négociation se sont alors ajoutées mardi, mercredi, jeudi et vendredi de cette semaine. Les pourparlers progressent et nous avons encore déposé de nouvelles offres hier », soutient Audrey Benoît, présidente du Syndicat des travailleurs et travailleuses de l’entrepôt Pharmacie Jean Coutu (CSN).

Photo : Dominic Morissette

« Metro et Jean Coutu ont une responsabilité envers leurs travailleuses et leurs travailleurs et envers la population. Il est grand temps que l’employeur arrive à la table de négociation avec un mandat clair qui va permettre de réelles avancées pour qu’on parvienne à une entente le plus rapidement possible », affirme Jacques Létourneau, président de la CSN.

Les seuls bénéficiaires du lock-out sont les actionnaires de Metro qui espèrent probablement, en maintenant une pression maximale, voir les syndiqué-es faire davantage de concessions. « Les ventes et les profits de Metro ont déjà beaucoup augmenté durant la période de COVID ; l’appétit des actionnaires devrait avoir des limites », ajoute Audrey Benoît en rappelant qu’il reste encore aux parties à s’entendre sur certains éléments normatifs et sur les salaires.

Les profits de Metro ont progressé de près de 21 % au troisième trimestre de cette année par rapport à la même période l’année dernière. Cette performance a été possible malgré le versement d’une prime de 2 $ l’heure à tous les employé-es de l’entreprise entre mars et juin dernier.

Les membres du syndicat votent à 97 % pour une contre-proposition

En pleine pandémie, le Groupe Jean Coutu continue de maintenir en lock-out près de 700 travailleuses et travailleurs pour une 9e journée, causant ainsi un impact direct sur leurs familles et sur le remplissage des tablettes de plusieurs pharmacies, qui commencent à se dégarnir sérieusement à plusieurs endroits.

Le Syndicat des travailleurs et travailleuses de l’entrepôt Pharmacie Jean Coutu (CSN) déplore par ailleurs que Jean Coutu ait récemment annoncé qu’il coupait l’assurance-médicaments à ses employé-es, et ce, en pleine pandémie. Ceux-ci sont bien entendu incapables de payer 100 % de la prime en étant en lock-out.

Pour relancer de réelles négociations, les membres du Syndicat des travailleurs et travailleuses de l’entrepôt Pharmacie Jean Coutu (CSN) ont donc voté aujourd’hui à 97 % pour une contre-proposition à l’employeur qui comprend les demandes importantes pour lesquelles les discussions ne sont pas terminées ou qui, dans certains cas, ont été refusées par l’employeur sans plus d’explications. Ces demandes portent notamment sur le régime de retraite, l’assurance collective, la préretraite, les horaires de travail et la réduction du ratio d’employé-es temporaires. Cette contre-proposition sera présentée demain à la partie patronale en présence du conciliateur au ministère du Travail.

« Il est temps que l’employeur cesse ses manœuvres pour ralentir la négociation pendant qu’il exerce une pression brutale avec son lock-out qui appauvrit nos 700 membres et leurs familles. Les demandes de notre contre-proposition sont justifiées et il faut négocier de bonne foi », affirme Audrey Benoît, présidente du syndicat.

 Négociation de façade par l’employeur

La porte-parole de Metro (propriétaire de Jean Coutu) a laissé entendre que le syndicat n’avait pas fait ses devoirs pendant les journées de négociation des 21, 26 et 27 septembre. « Le plan du conciliateur pour ces journées, c’était de discuter d’une demande patronale et d’une demande syndicale. L’employeur a refusé de parler de sa demande et il n’a pas vraiment avancé sur la nôtre », précise Audrey Benoît, qui ajoute que l’assemblée permet maintenant de présenter une contre-proposition complète sur les sujets normatifs avec un appui très ferme des travailleuses et des travailleurs de Varennes.

« L’employeur a mené une négociation de façade. Aucune date n’est confirmée à part celle de samedi prochain. Le porte-parole patronal a même avoué que c’est Alain Champagne, le président de Jean Coutu, qui retenait les mandats pour la négociation », ajoute Audrey Benoît.

Le syndicat admet par ailleurs que certaines demandes ont été acceptées, mais les demandes réellement importantes n’ont reçu que des réponses partielles ou des refus. Ainsi, sur les demandes acceptées, une quarantaine portaient sur des modifications des adresses des sites prévus dans la convention collective qui n’avaient pas été révisées depuis le déménagement de l’entrepôt à Varennes. « Il faut se concentrer sur les vraies demandes et ça presse », ajoute Audrey Benoît.

Lock-out risqué pour plusieurs femmes

« L’inexpérience de ceux et celles qui font notre travail en ce moment comporte des risques d’accidents de travail et des risques dans la manipulation des médicaments et des produits cytotoxiques, soutient la présidente, qui s’inquiète en particulier pour les employé-es de bureau de Jean Coutu. Des sources internes nous parlent de femmes qui travaillent dans les bureaux, qui font des quarts de 16 heures par jour pour travailler à la fois au bureau et à l’entrepôt. Si c’est vrai, c’est inacceptable ». La présidente du syndicat fait valoir que l’inexpérience et la fatigue pourraient être une combinaison dangereuse, surtout après plusieurs jours de ce régime draconien.

À qui profite ce lock-out ?

« À qui sert ce conflit ? Certainement pas à nous, car nos familles vont s’appauvrir. Et ça ne sert pas plus la population qui risque d’avoir de moins bons services », conclut Audrey Benoît. La présidente du syndicat souhaite vivement que la négociation s’accélère et que les 700 familles qui subissent les conséquences du lock-out décrété par l’employeur pour une durée indéterminée, alors que la négociation sur le salaire n’est pas encore commencée, reprennent enfin une vie normale. Le syndicat s’inquiète de la véritable motivation de l’employeur et craint que celui-ci cherche à compenser indirectement le ralentissement des ventes chez Jean Coutu pendant le 3e trimestre.

 

Quelle est la solution de Jean Coutu pour mettre fin au lock-out ?

Jean Coutu maintient la ligne dure envers les 700 employé-es de son centre de distribution de Varennes. L’employeur a d’abord obtenu, dès jeudi dernier, une injonction pour limiter le nombre de piqueteurs pendant son lock-out.

En fin de semaine, il n’a déposé aucune nouvelle proposition pendant les deux journées de négociation de samedi et de dimanche derniers. Jean Coutu a malgré tout maintenu son lock-out à l’entrepôt central de Varennes. C’est le troisième lock-out de l’entreprise depuis 1992.

Le Syndicat des travailleurs et travailleuses de l’entrepôt Pharmacie Jean Coutu (CSN) déplore l’attitude des négociateurs du Groupe Jean Coutu (filiale de Metro) qui maintiennent obstinément leur position du 15 juillet dernier. « L’employeur n’a pas à nous tenir en otage parce qu’il n’arrive pas à se donner un mandat clair pour avancer dans la négociation », fait valoir la présidente du syndicat, Audrey Benoît, en précisant qu’en raison de l’injonction, un piquetage symbolique va maintenant se transporter devant certaines pharmacies.

Économies sur le dos des travailleurs ?

Le syndicat s’interroge sur les véritables motifs de Jean Coutu pour maintenir son lock-out sans proposer de solutions. « Est-ce que l’employeur veut financer son troisième trimestre en raison d’une perte de vitesse ou se préparer au recours collectif contre les frais supplémentaires chargés aux détenteurs d’assurances privées ? », s’interroge la présidente.

Très peu de dates de négociation

La prochaine séance de négociation ne sera possible que samedi prochain. Deux autres dates qui n’ont pas encore été confirmées officiellement, dont une en octobre et une en novembre, pourraient s’ajouter au calendrier. « Ce n’est pas à ce rythme et avec cette attitude que Jean Coutu va pouvoir régler ce conflit rapidement », estime Audrey Benoît en rappelant que l’entrepôt de Varennes est maintenant équipé pour approvisionner les pharmacies Brunet, qui font également partie de Metro. Cette situation devrait inciter Jean Coutu à négocier activement.

Un lock-out injustifié de la part de Jean Coutu

Le Syndicat des travailleurs et travailleuses de l’entrepôt Pharmacie Jean Coutu (CSN) ne comprend pas la décision patronale de décréter un lock-out, alors que l’employeur venait tout juste d’accepter de négocier ce dimanche devant le conciliateur.

« Ce lock-out d’une durée indéterminée est un coup de force inutile de Jean Coutu qui risque de créer des problèmes d’approvisionnement en médicaments dans ses pharmacies. Notre grève de 24 h seulement était raisonnable et ne risquait pas de créer de rupture de stock. Si l’employeur respecte le Code du travail, il devra fonctionner à effectif réduit avec des cadres déjà embauchés », affirme la présidente du syndicat, Audrey Benoît.

Bien que l’employeur ait accepté certaines demandes moins importantes du syndicat à la table de négociation, il reste des enjeux majeurs qui ne sont pas réglés comme le respect de l’ancienneté en tout temps dans l’affectation des tâches et l’encadrement de la sous-traitance. De plus, la question salariale n’a pas encore été abordée.

« Nous sommes prêts à négocier dès que possible, même avant dimanche, pour éviter de créer des difficultés d’approvisionnement. Celles-ci ne manqueront pas de survenir avec une équipe réduite constituée de cadres qui ne sont pas habitués à faire ce travail sur une base régulière », ajoute la présidente.

Grève de 24 heures à l’entrepôt central de Jean Coutu à Varennes

La négociation entre les 700 travailleuses et travailleurs de l’entrepôt central de Jean Coutu et leur employeur est suspendue. Une grève de 24 heures a été déclenchée aujourd’hui.

« Nous voulons absolument obtenir du respect de l’employeur. Notre demande centrale repose sur une plus grande offre de formation. Or, après avoir démontré une ouverture devant le conciliateur lors de la rencontre de négociation du 21 septembre, le négociateur patronal a fait marche arrière sur cette question », s’indigne Audrey Benoît, présidente du Syndicat des travailleurs et travailleuses de l’entrepôt Pharmacie Jean Coutu (CSN). Cette volte-face est survenue après plus de 40 heures de négociation concernant cette demande syndicale importante qui vise le respect de l’ancienneté en tout temps dans l’attribution des tâches.

Très peu d’échanges directs

« Il est déplorable de voir les négociateurs de Jean Coutu se cacher derrière le conciliateur depuis le premier jour de négociation et refuser d’interagir directement avec le syndicat en lui présentant leurs arguments concernant ses demandes », ajoute la présidente. Cette dernière explique que dès le début des négociations, au printemps dernier, l’employeur avait immédiatement demandé l’intervention d’un conciliateur. Le syndicat n’a donc pas pu entendre de la bouche de l’employeur les arguments derrière ses demandes, dont celle qui vise à forcer les salarié-es permanents à travailler la fin de semaine. « Ça ne passe tout simplement pas », martèle-t-elle.

Coup de semonce

Pour toutes ces raisons, le syndicat a décidé de donner un premier coup de semonce avec une grève de 24 heures. Il veut ainsi obtenir de nouvelles dates de négociation, mais aussi amener l’employeur à négocier avec plus de respect, de sérieux et de diligence.

Rappelons que les membres du syndicat s’étaient prononcés pour un mandat de grève à 99 % en juin dernier. Ils étaient alors exaspérés en raison du non-respect par Jean Coutu de la convention collective en vigueur. Or, la partie patronale refuse depuis le début de la négociation de discuter d’une clause qui forcerait l’employeur à respecter la convention collective de façon plus constante.

Mentionnons que le salaire et les autres clauses à incidence financière ne sont pas encore sur la table.

 

Un comité pandémie en mode solutions chez Jean Coutu

Pour répondre aux multiples ajustements nécessaires en temps de COVID-19, le Syndicat des travailleurs et des travailleuses de l’entrepôt Pharmacie Jean Coutu (STTPJC–CSN) a été en mesure de mettre en place une « équipe pandémie » de quatre personnes qui rencontre les représentants de l’employeur tous les jours pour trouver des façons d’appliquer les mesures de sécurité dans l’entrepôt de Jean Coutu. Il est bien entendu vital que cet entrepôt de 700 travailleuses et travailleurs de Varennes continue de fonctionner puisqu’il effectue la distribution d’une part importante de tous les médicaments consommés au Québec.

« C’est nous qui amenons les solutions 90 % du temps », affirme fièrement Shawn Vermette Tassoni, l’un des membres du fameux comité qui doit constamment « éteindre des feux » et qui est très sollicité par les membres du syndicat. Les libérations pour ce comité sont payées par l’employeur.

Ainsi, l’employeur a notamment accepté de mettre en place quatre lavabos mobiles dont le positionnement a été revu pour être le plus stratégique possible. Un lavabo sur deux a été fermé dans les toilettes afin de permettre la distanciation, une chaise sur deux a été retirée à la cafétéria et chaque quart de travail a été divisé en deux pour ce qui est de l’heure du repas. De plus, il est maintenant permis de poinçonner sa carte de temps un peu avant l’heure, sans perte de salaire, afin d’éviter la file.

« Parfois, des travailleurs sont récalcitrants en ce qui a trait aux mesures et ça crée des tensions », reconnaît Shawn Vermette Tassoni. Le comité permet de résoudre certaines de ces tensions et d’aller plus vite pour trouver des solutions plutôt que d’attendre les directives venues de Metro (qui est maintenant propriétaire de Jean Coutu).

Primes promises
Deux autres compensations ont été obtenues en ces temps de COVID-19. Il s’agit de la prime de 2 $ l’heure, sans limite de nombre d’heures, ainsi que de l’absence de perte d’ancienneté pour ceux et celles qui doivent s’isoler pour des raisons sanitaires. Le Groupe PJC a également annoncé qu’il verserait une aide aux employé-es qui doivent s’isoler, de façon à augmenter le montant versé par les programmes gouvernementaux et de faire en sorte qu’ils reçoivent 95 % de leur salaire habituel.

Le comité pandémie fait toutefois remarquer que ces primes n’avaient pas encore été versées en date du 26 mars. L’annonce de la prime de 2 $, rétroactive au 8 mars, a été faite le 21 mars dernier.

Notons par ailleurs que la négociation pour le renouvellement de la convention collective chez Jean Coutu est suspendue jusqu’au 13 avril et que la convention est échue depuis le 31 décembre 2019. Les vacances annuelles pourront être reportées.

François-Jean Coutu interpellé directement

La menace d’un chambardement complet des horaires de travail a mobilisé les travailleuses et les travailleurs de l’entrepôt de Pharmacie Jean Coutu de Varennes depuis le mois de septembre dernier. Un point culminant a été atteint le 6 novembre.

« Il était temps que François-Jean Coutu prenne conscience que le chambardement d’horaire imposé par son équipe de direction ne passe tout simplement pas auprès de nos membres », a commenté Audrey Benoît, présidente du Syndicat des travailleuses et des travailleurs de PJC Entrepôt (CSN).

La présidente a interpellé directement le grand patron François-Jean Coutu lors d’une rencontre prévue avec les employé-es le 6 novembre. Ce dernier n’a pas vraiment donné de réponse pour le moment, mais a certainement été sensibilisé au refus de ses employé-es de subir un bouleversement complet de leur horaire. La grande majorité des travailleuses et des travailleurs sont ensuite sortis de la réunion du patron en guise de protestation.

La présidente rappelle que plus de 400 travailleuses et travailleurs sur un peu plus de 600 ont signé une pétition pour signifier leur opposition au changement d’horaire projeté par la direction. Des centaines de membres du STT PJC Entrepôt (CSN) ont également participé à une manifestation pacifique en face de l’entreprise et à plusieurs autres rencontres et activités de mobilisation au cours des dernières semaines.

Après quelques tentatives de certains représentants l’employeur de discréditer le mouvement des travailleurs sans jamais proposer de solution, le syndicat a convoqué une assemblée spéciale, le dimanche 4 novembre au matin. Les travailleuses et travailleurs ont alors décidé à l’unanimité de continuer les moyens de pression tant et aussi longtemps que l’employeur persiste à imposer cette modification majeure des horaires. En effet, ce « chambardement » n’est pas accepté dans la convention collective et n’a pas fait l’objet d’une négociation avec le syndicat.

Ce mouvement qui dure depuis maintenant plus d’un mois s’oppose plus spécifiquement à une volonté d’imposer le travail le dimanche à plus de 105 employé-es réguliers ainsi que des horaires atypiques (semaine coupée en deux ou changement de quart de travail en cours de semaine) pour plus de 79 employé-es à temps partiel.

Une militante mordue de syndicalisme

Audrey Benoît a 30 ans. Mère d’une fillette de deux ans, elle est à la tête d’un syndicat de près de 600 membres, le Syndicat des travailleuses et des travailleurs de PJC Entrepôt–CSN. Présidente depuis tout juste un an, son syndicat est composé à 90 % d’hommes. Rencontre avec une militante qui a eu la piqûre du syndicalisme.

Vous êtes passée de délégué-e à vice-présidente aux griefs, à présidente. Comment cela s’est-il fait?
À mon retour de maternité, j’avais encore envie de m’impliquer, car j’avais beaucoup aimé mon expérience de déléguée. Puis, nous nous sommes fait marauder et je me suis impliquée à fond. J’aimais déjà ça, mais c’est là que j’ai vraiment eu la piqûre. J’ai adoré, travailler en équipe et j’ai bien aimé toute la solidarité dont nous avons fait preuve.

Qu’est-ce que vous aimez particulièrement dans votre implication syndicale ?
Même si certains disent que le syndicalisme, c’est « négatif », parce qu’on gère plein de problèmes, moi, aider les gens et régler des problèmes, ça met du positif dans ma journée. Parfois, c’est lourd, mais aider les gens à s’en sortir quand ils ne savent pas par où commencer, ça me motive à en faire plus. J’aime aussi l’esprit d’équipe qui se dégage.

Quels sont les aspects qui vous semblent les plus difficiles ?
Je suis quelqu’un qui aime plaire à tout le monde, alors des fois c’est difficile. Je sais que je n’aurai jamais l’approbation de tous. Ça, je trouve ça dur. Les relations employeur-syndicat, ça peut paraître facile pour les gens. Mais c’est pas mal complexe, et il faut l’expliquer aux mécontents. Il y a aussi des stratégies à adopter, on ne peut pas tout de suite partir en guerre, même si des fois, c’est ce que les gens aimeraient. Il faut s’y prendre intelligemment.

Après être passé au travers d’un maraudage, quelle évaluation faites-vous de votre syndicat ?
Il nous reste beaucoup d’étapes à franchir, mais tranquillement le vent tourne. Les gens constatent que nous faisons beaucoup d’efforts, mais que l’employeur ne bouge pas beaucoup. Ça, c’est énorme, c’est une grosse réussite. Il nous reste bien des combats à mener, mais on a une partie du travail de fait.

Vous êtes maman d’une petite fille de deux ans, comment conciliez-vous le tout ?
Au début, j’ai eu beaucoup de difficultés. Je me suis imposé des limites, car des appels pour le syndicat, je pouvais en avoir 24 h sur 24 (l’entrepôt roule jour et nuit). Mais pas mal tout le monde est maintenant au courant qu’à partir du moment où je vais chercher ma fille à la garderie, jusqu’à ce qu’elle se couche, c’est mon moment en famille. Les gens peuvent m’envoyer des messages, mais je vais répondre juste si je le peux. Sinon, ça va aller une fois que ma fille sera couchée. Et tout ça, en essayant de passer du temps avec mon conjoint. C’est comme ça que je réussis à m’en sortir. Heureusement, j’ai un conjoint compréhensif.

Le fait que vous soyez une femme change-t-il quelque chose dans la dynamique syndicale ?
Bonne question…je ne sais pas. Peut-être qu’il y a des gens qui vont avoir plus de facilité à venir me parler parce que je suis une fille. J’ai vu des gens que je n’avais jamais vu cogner à la porte du syndicat avant. Il y a certaines femmes qui aiment que ce soit une femme à la tête, mais je ne peux pas dire que ç’a changé beaucoup de choses. Par contre, j’ai remarqué que le fait que je sois jeune a eu pour effet d’attirer plus de jeunes à venir parler au syndicat et à s’impliquer dans la structure syndicale.

Est-ce qu’il y a une partie de vous qui est fière d’être une femme à la tête d’un syndicat très majoritairement masculin ?
Oui, quand même. Quand je suis rentrée il y a 10 ans, on était à peu près 30 filles. Au début, si tu m’avais dit qu’un jour je serais à la tête du syndicat, j’aurais dit, c’est impossible. Aujourd’hui, d’être là et d’avoir une équipe solide, ça me rend très fière.

Une transaction qui ne devra pas se faire au détriment des travailleurs

Au lendemain de l’approbation du Bureau de la concurrence pour l’achat du Groupe Jean Coutu par Metro, pour la somme de 4,5 milliards de dollars, la Fédération du commerce (FC–CSN), qui représente des syndicats dans ces deux entreprises, tient à rappeler que les travailleurs ne devront pas faire les frais de cette transaction.

La FC–CSN, qui représente plus de 1200 travailleuses et travailleurs notamment dans les entrepôts de Jean Coutu et de Metro, entend garder un œil ouvert sur les opérations qui vont suivre, maintenant que la transaction est conclue. « Nous sommes heureux que cette transaction ait pu maintenir ces deux fleurons au Québec. Toutefois, cette vente ne devra pas uniquement être bénéfique aux actionnaires. Les travailleurs et travailleuses devront aussi y trouver leur compte », a conclu David Bergeron-Cyr.

À propos
La Fédération du commerce–CSN regroupe des femmes et des hommes partout au Québec, dans les secteurs du commerce de gros et de détail, de l’agroalimentaire, de la finance et du tourisme. La fédération compte près de 30 000 membres, regroupés au sein de 330 syndicats.

La CSN fait connaître ses lauréats

La CSN, qui se fait un devoir de favoriser l’apprentissage tout au long de la vie, a remis aujourd’hui ses bourses Fernand-Jolicœur. Cette année, la remise des prix s’est déroulée lors du conseil confédéral de la CSN, le jeudi 11 juin 2015. C’est le Syndicat des travailleuses et des travailleurs de PJC entrepôt (CSN) qui a reçu la bourse de 1000 $ pour avoir négocié la mise en place d’un comité paritaire qui s’assurera que la formation dans l’entreprise soit donnée par les membres du syndicat.

La bourse de 500 $ a été octroyée à Barbara Poirier, du Syndicat des salarié-es du CSSS Alphonse-Desjardins (CSN), pour avoir mis sur pied un projet d’ateliers de français pour les membres du syndicat.

« Les deux lauréats sont des exemples en matière de formation continue. PJC entrepôt s’est engagé, par la mise en place d’un comité paritaire, à ce que les formations soient données par des syndiqué-es. Non seulement l’entreprise s’assure d’une formation de qualité adaptée à sa réalité, mais en plus, elle fait des économies. On ne peut que saluer cette initiative. Barbara Poirier, de son côté, a déployé des efforts considérables afin de mettre sur pied des ateliers de français pour ses collègues syndiqués. Par son initiative, elle fait d’une pierre deux coups en favorisant la langue française dans le cadre d’une formation. Chapeau à madame Poirier », lance Véronique De Sève, vice-présidente responsable du dossier éducation au sein du comité exécutif de la CSN.

Depuis 2003, la CSN décerne les bourses Fernand-Jolicœur afin de reconnaître et de souligner les efforts investis par les syndicats et les membres dans diverses activités de formation. « Avec l’attribution de ces bourses, la CSN veut faire la promotion de la formation continue en milieu de travail, encourager son développement et sensibiliser les membres à l’importance de celle-ci. Nous souhaitons également reconnaître la contribution d’un syndicat et d’un individu à l’avancement et au développement d’une culture de formation continue, et rendre visibles différentes activités et interventions en formation », conclut madame De Sève.

À propos

La CSN est composée de près de 2000 syndicats et regroupe plus de 325 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.