Voici : taxonomy-csnqc_syndicat.php

Kronos : redonner au suivant

En 2013, les 280 travailleuses et travailleurs de Kronos ont traversé un long lock-out de six mois. Une période difficile au cours de laquelle certains d’entre eux ont dû se rabattre sur les banques alimentaires pour nourrir leurs familles.

« On a reçu beaucoup d’aide des autres syndicats de la CSN », se rappelle Serge Berthiaume, président du syndicat de l’entreprise située à Varennes. « Après la fin du lock-out, on avait pris la décision de prélever une cotisation spéciale de 10 $ par membre par semaine. La moitié pour renflouer nos caisses, l’autre moitié pour appuyer, à notre tour, d’autres syndicats dans le besoin. »

C’est à même ce fonds que les membres du syndicat ont décidé de verser un don de 5000 $ à une banque alimentaire de la région. « On n’a pas eu le temps encore de s’informer sur les groupes de la région, c’est juste trop fou à l’usine en ce moment avec tout ce qui se passe ! », s’excuse Serge. « Mais je vais voir à ça dès ce soir ! »

L’usine Kronos produit du dioxyde de titane. Le minerai, une fois purifié sous forme de poudre ou de liquide, entre dans la fabrication de divers produits alimentaires et pharmaceutiques. Faisant partie des secteurs jugés essentiels par le gouvernement, l’entreprise a pu poursuivre ses activités.

« Mais on talonne le boss tous les jours pour ajouter des mesures de prévention », nous rassure le président du syndicat. On a modifié les horaires de travail pour éviter que trop de monde se croise dans le vestiaire. En plus du personnel d’entretien régulier, on a ajouté des équipes pour désinfecter, 24 heures sur 24, les différents lieux de travail. Et pour ceux qui le peuvent, comme les dessinateurs ou les gens des bureaux, le télétravail est privilégié. »

Déjà réduit au minimum, le va-et-vient des camionneurs demeure une préoccupation pour le syndicat en raison des risques de propagation du virus. « On a fait installer une roulotte à l’extérieur de l’usine, ils peuvent l’utiliser pour aller à la salle de bain ou se laver les mains. On travaille également sur un projet avec l’employeur pour pouvoir prendre la température de toute personne voulant entrer sur les terrains de l’usine. À la guérite, avant même de passer le tourniquet. »

Chaque travailleur présentant des symptômes s’apparentant à un rhume ou à une grippe est promptement renvoyé chez lui. « On touche du bois. En date de 15 h aujourd’hui, personne n’a attrapé le virus chez nous. »

« Mais c’est ben du stress à gérer… »

Les syndiqué-es de Kronos soutiennent les luttes de l’hôtellerie

Hier, lors d’une assemblée générale tenue à Verchères, les membres du Syndicat des employé(e)s de Kronos Canada (CSN) ont démontré leur solidarité en versant une somme de 17 000 $ à deux syndicats de l’hôtellerie actuellement en conflit. Le Syndicat des travailleuses et des travailleurs de l’Hôtel Classique–CSN et le Syndicat des travailleuses et des travailleurs de l’Hôtel Pur Québec (CSN) se partageront donc ce montant.

Michel Giroux
Michel Giroux

« Pour nous, il s’agit simplement de partager des sommes que nous avons reçues alors que nous étions nous-mêmes en conflit avec notre employeur. Pour avoir traversé un conflit d’une durée de six mois en 2013, nous connaissons très bien cette épreuve qui a laissé indéniablement des marques dans les vies de tous nos collègues, de souligner Martin Pelletier, président du Syndicat des employé(e)s de Kronos Canada (CSN). À l’approche des fêtes, nous avons décidé de soutenir celles et ceux qui ont besoin de notre soutien indéfectible. À la CSN, la solidarité, ce n’est pas des paroles en l’air. »

Les 65 membres du Syndicat des travailleuses et des travailleurs de l’Hôtel Classique–CSN sont en grève générale illimitée depuis le 21 septembre dernier et les 125 salarié-es du Syndicat des travailleuses et des travailleurs de l’Hôtel Pur Québec (CSN) sont en lockout depuis le 11 novembre 2016. Le Syndicat des employé(e)s de Kronos Canada (CSN) compte 270 salarié-es.

Le STT Kronos Canada (CSN) fait un don inhabituel aux syndicats en conflit

En 2013, les 320 membres du Syndicat national des employé(e)s de Kronos Canada (FIM-CSN) ont connu un difficile lock-out de six mois à leur usine de Varennes. Leur lutte a été marquée par des appuis importants de la part d’autres syndicats CSN, ainsi que des syndicats des usines Kronos ailleurs dans le monde.

À la fin du conflit, en novembre 2013, les membres du syndicat ont adopté une mesure visant une cotisation spéciale de 5 $ afin d’appuyer les collègues de travail qui auraient eu un retour au travail plus tard. Toutefois, il restait 28 928 $ dans ce fonds une fois que tous les membres ont été réintégrés. Plutôt que de se rembourser cet argent, les syndiqué-es de Kronos ont choisi de faire un geste de solidarité assez remarquable.

Invités à une assemblée générale du syndicat de Kronos, jeudi dernier, les membres des trois syndicats CSN aux épiceries Loblaw en Abitibi-Témiscamigue et du syndicat des employé-es municipaux de Terrebonne, ont eu toute une surprise en apprenant qu’ils seraient les bénéficiaires du fonds spécial. Le président du syndicat de Kronos, Karl Berthiaume, a annoncé que chacune et chacun des membres de ces quatre syndicats en conflit recevra un montant de 128 $.

Le président du Conseil central de l’Abitibi-Témiscamingue – Nord-du-Québec, Donald Rheault, a remercié le syndicat au nom des trois syndicats de sa région.

« On aimerait vous féliciter pour ce geste de solidarité hors du commun, a-t-il dit. Vous, vous avez connu un conflit. Vous avez connu la solidarité de la CSN et le geste que vous posez aujourd’hui témoigne de notre solidarité. Je pense que, pour les travailleuses et travailleurs de la région, c’est un souffle nouveau. Ils veulent continuer ces conflits-là, continuer à se battre pour avoir des meilleures conditions de travail. Alors, c’est tout à votre honneur, le geste que vous posez aujourd’hui. »

Pour sa part, Micheline Charron, la vice-présidente (Sorel) du Conseil central de la Montérégie, a été très touchée par ce don. «  J’ai vécu votre conflit avec vous, a-t-elle dit aux syndiqué-es de Kronos. Et je suis tellement fière de ce que vous avez fait ce soir. Je pense que c’est une première au Québec, qu’un syndicat qui sort d’un conflit remette une somme pour aider les autres à tenir la minute de plus. Je lève mon chapeau ! »

D’ailleurs, les syndicats Loblaw sont toujours en campagne de 25 $. Dans la même veine, Donald Rheault a conclu ses remarques aux membres du syndicat de Kronos avec un appel à la solidarité de la part d’autres syndicats CSN.

« Vous dites, “donnez aux suivants”, et c’est exactement ce que vous avez fait aujourd’hui. Et je suis convaincu que l’ensemble des syndicats à la CSN fera aussi des gestes de cette sorte de solidarité. »

Les premiers pas d’une nouvelle solidarité internationale chez Kronos

Le conflit de travail chez Kronos de Varennes, qui aurait eu six mois aujourd’hui, aura permis de faire naître une nouvelle solidarité internationale entre les usines de la multinationale situées en Amérique du Nord et en Europe.

Si le lock-out a été long et pénible, cette forme de syndicalisme apporte une vision porteuse d’espoir. « On a développé des solidarités exemplaires. C’est un nouveau visage du syndicalisme », a déclaré Jacques Létourneau, président de la CSN, en parlant de Kronos devant le conseil confédéral de l’organisation qui se tenait à Québec cette semaine.

« On a convenu que les syndiqués des différents pays vont continuer de se réunir chaque année », a précisé Alain Lampron, président de la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM-CSN). Déjà, un échange d’information entre les syndiqués de Belgique et du Québec a permis d’établir que l’employeur avait mal informé ses travailleurs et travailleuses belges en leur faisant croire que les syndiqués de l’usine canadienne ne disposaient pas d’assurance équivalente.

Des gestes de solidarité ont par ailleurs été posés par les syndiqués de Kronos International et se seraient multipliés encore davantage si l’entente du 18 novembre n’était pas intervenue.

« Le geste le plus exceptionnel provenait des syndiqués norvégiens de Kronos qui avaient convenu d’une grève de deux heures à leur mine et à leur usine en signe de solidarité avec leurs collègues du Québec », a expliqué Karl Berthiaume, président du Syndicat national des employé(e)s de Kronos (CSN).

Le syndicat USW de Louisiane avait convenu de son côté d’un signe de visibilité sur leurs casques. Un appui financier était également en préparation. Lors d’une manifestation tenue le 28 septembre à Varennes, le responsable pour l’Amérique du Nord d’IndustriAll donne l’appui officiel de son organisation qui regroupe 50 millions de membres dans 140 pays du monde.

Le syndicat CSC bâtiment de Belgique avait également envisagé un signe de visibilité. Ce dernier souhaitait également amener la question devant IndustriAll Europe.

La dernière rencontre entre les représentants des différents pays s’est tenue le 28 novembre dernier en Allemagne. Cinq syndicats de Kronos en provenance d’Allemagne, de Belgique et de Norvège étaient présents en plus de Kronos Varennes. Le groupe convient alors de convier le syndicat de Louisiane à une prochaine rencontre.

Cette réunion des syndicats d’Amérique du Nord et d’Europe survient justement au moment où un accord de libre-échange est en cours de ratification entre le Canada et l’Union européenne et que les États-Unis tentent de négocier un pacte similaire avec l’Europe en ce moment même. Le commerce sera donc bientôt encore plus facile entre les deux continents.

Notons en terminant que cette nouvelle solidarité internationale représente un certain baume pour les syndiqué-es de Varennes qui ne sont pas encore tous de retour au travail malgré l’entente du mois de novembre. Certains devront encore patienter avant de reprendre le travail au début de 2014.

À propos de la FIM :

La Fédération de l’industrie manufacturière représente plus de 30 000 travailleuses et travailleurs réunis au sein de 320 syndicats, partout au Québec.

À propos de la CSN :

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.

 

Les 320 travailleuses et travailleurs acceptent l’entente de principe

Les travailleuses et les travailleurs de Kronos Canada (CSN) ont accepté à 70,8 % l’entente de principe intervenue la nuit dernière avec la direction de Kronos Worldwide, après un blitz de négociation amorcé le 13 novembre. Cela met fin à un conflit de travail qui aura duré près de six mois à la suite d’un lock-out décrété par Kronos Canada, le 13 juin, deux jours avant l’échéance de leur convention collective. Pour François Morin, porte-parole du Syndicat national des employé(e)s de Kronos Canada (CSN) : « Le blitz de négociation et l’entente d’aujourd’hui viennent confirmer ce que nous avons soutenu depuis le début de ce lock-out inutile et coûteux sur les plans humains et financiers, soit qu’un accord ne pouvait être obtenu sans une réelle volonté de la direction de Kronos d’y arriver. La détermination et les pressions de nos membres, l’appui de tous les syndicats affiliés à la CSN, de la confédération et d’organisations syndicales internationales sont à la base de ce combat qui restera gravé à jamais dans nos mémoires ! »

Objectifs de négociation atteints

Le nouveau contrat de travail, en vigueur jusqu’au 15 juin 2018, permettra de résoudre plusieurs litiges survenus au fil des derniers mois. Au chapitre de la sous-traitance, les syndiqué-es obtiennent la pleine garantie d’emploi. Ainsi, le recours à des sous-traitants dans certains départements ne pourra avoir pour effet d’entraîner des mises à pied. Quant à la portée de l’unité d’accréditation, aussi un enjeu, elle est maintenue intégralement, renforçant d’autant la capacité du syndicat à protéger les emplois. Les syndiqué-es conservent leurs acquis sur le plan des horaires de travail et du temps travaillé en heures supplémentaires. En outre, ils obtiennent la mise en place d’un programme de formation pour permettre aux salarié-es qui le désirent d’occuper d’autres postes ou fonctions dans l’usine. Enfin, la liberté d’action syndicale, une pierre d’achoppement dans les relations de travail, sera respectée totalement pour donner aux représentants syndicaux toute la latitude nécessaire pour assurer la défense et la promotion des droits des salarié-es. Au plan pécuniaire, les syndiqué-es auront droit, la première année, à une hausse rétroactive équivalente à l’indice des prix à la consommation (IPC), assortie d’un montant forfaitaire de 1000 $. Pour les quatre années restantes, les hausses atteindront l’IPC auxquels s’ajoutera 0,5 % pour chacune des années. Quant au régime de retraite à prestations déterminées, il sera graduellement remplacé par un régime à cotisation déterminée. D’ici la fin de l’ancien régime, la part de l’employeur passera de 8 % à 11 %, avant d’être transformé en un régime à cotisation déterminée avant l’échéance de la convention collective. Au terme de celle-ci, la part de l’employeur s’établira à 7,5 %. Enfin, le régime d’assurance collective et d’assurance-vie des salarié-es actifs et des retraités, un autre enjeu, est maintenu dans sa totalité, l’employeur augmentant même sa contribution.

Protocole de retour au travail

Le protocole de retour au travail convenu entre le comité de négociation et la partie patronale prévoit la mise en place d’un programme de départs anticipés, assorti de primes de séparation. Seule ombre au tableau, le délai de reprise des activités de l’usine s’étalera sur plusieurs semaines, soit à compter du 13 décembre jusqu’au début de février 2014.

À propos du syndicat et de la CSN

Le Syndicat national des employé(e)s de Kronos (CSN) est affilié à la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN), qui compte près de 30 000 membres répartis dans 320 syndicats, ainsi qu’au Conseil central de la Montérégie, qui regroupe environ 35 000 syndiqué-es sur une base régionale. Le syndicat est également affilié à la CSN, forte de près de 2000 syndicats regroupant plus de 300 000 travailleuses et travailleurs présents dans tous les secteurs d’activité.

Entente de principe pour les 320 travailleuses et travailleurs en lock-out

Une entente de principe est intervenue dans la nuit du 19 novembre entre le Syndicat des employé(e)s de Kronos Canada (CSN) et l’entreprise Kronos Worldwide. L’entente sera présentée aux 320 travailleuses et travailleurs lors d’une assemblée générale spéciale qui aura lieu en fin de journée le mercredi 20 novembre. Par respect des syndiqué-es qui doivent se prononcer sur l’acceptation ou non de cette entente, aucun commentaire ne sera émis par le syndicat.

À propos du syndicat et de la CSN

Le Syndicat national des employé(e)s de Kronos (CSN) est affilié à la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN), qui compte près de 30 000 membres répartis dans 320 syndicats, ainsi qu’au Conseil central de la Montérégie, qui regroupe environ 35 000 syndiqué-es sur une base régionale. Le syndicat est également affilié à la CSN, laquelle compte près de 2000 syndicats regroupant plus de 300 000 travailleuses et travailleurs.

320 syndiqué-es et leurs familles toujours à la rue après plus de trois mois

Les travailleuses et les travailleurs de l’usine Kronos Canada inc., mis illégalement en lock-out le 13 juin dernier, se sont rassemblés ce midi pour manifester de nouveau leur impatience devant l’intransigeance de leur employeur. Pour l’occasion, ils ont reçu un appui de taille en la présence de Brian Kohler, porte-parole de la section nord-américaine de l’IndustriALL Global Union, une organisation regroupant 50 millions de membres aux quatre coins du monde.

L’appui de cette organisation est d’autant plus apprécié que le rythme des rencontres et les négociations avec la direction québécoise de Kronos Wordwide, qui se déroulent en présence d’un conciliateur, progressent très lentement depuis le début du lock-out. L’employeur maintient ses positions initiales sur plusieurs sujets en litige malgré l’ouverture de la partie syndicale. Parmi eux, mentionnons : le recours massif à la sous-traitance et la disparition du tiers des emplois, les chambardements dans l’organisation des horaires de travail, le travail en heures supplémentaires et les mouvements de main-d’œuvre, le saccage du régime de retraite à prestations déterminées et de l’assurance collective, la réduction de la portée du certificat d’accréditation et l’affaiblissement des libertés syndicales.

La présence du représentant suisse de l’IndustriALL est le résultat des démarches entreprises par la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN) depuis plusieurs semaines. Elle a notamment participé à une rencontre avec les principaux dirigeants de cette organisation tenue à Los Angeles, la semaine dernière. « La bataille menée par les lock-outés de Kronos prend aujourd’hui une autre tournure, a dit Alain Lampron, président de la FIM–CSN, soit celle d’élargir la portée de la lutte au plan international. Les syndiqués d’autres pays comprennent toute l’importance des enjeux et leurs impacts sur les autres secteurs d’activité, peu importe l’endroit dans le monde. »

« Nous soutenons pleinement votre lutte, a lancé Brian Kohler. IndustriALL et sa grande famille disent non aux assauts menés par Kronos contre le niveau de vie des travailleurs québécois. Honte à Kronos qui se moque totalement de vous, de vos familles, de votre communauté et de votre histoire. Comme organisation, nous sommes prêts à vous apporter tout l’appui possible dans le cadre de ce conflit. »

« Avec l’aide d’une organisation comme l’IndustriALL, nous allons mettre toute la pression nécessaire au plan international pour forcer Kronos Wordwide à négocier dans le respect de ses propres travailleuses et travailleurs, ceux-là mêmes qui contribuent à faire de Kronos une entreprise riche et prospère pour ses dirigeants et ses actionnaires. Lors de notre prochain conseil confédéral prévu du 24 au 26 septembre, nous allons appeler tous nos syndicats et nos instances à s’engager dans une campagne d’appui et de mobilisation pour les lock-outés de Kronos. Ce n’est que de cette manière que nous pourrons faire entendre raison à cet employeur intransigeant, a conclu Jacques Létourneau, président de la CSN. » Rappelons qu’en dépit du lock-out, Kronos Canada poursuit toujours sa production en ayant recours au travail des cadres. Ils sont quotidiennement accompagnés d’agents de sécurité. Les lock-outés sont toujours visés par diverses injonctions, dont celle visant à limiter le nombre de piqueteurs aux abords de l’usine.

Le Syndicat national des employé(e)s de Kronos (CSN) est affilié à la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN), qui représente près de 30 000 membres répartis dans 320 syndicats, ainsi qu’au Conseil central de la Montérégie (CCM–CSN), qui compte environ 35 000 syndiqué-es des secteurs privé et public. Ils sont affiliés à la CSN, qui compte plus de 300 000 travailleuses et travailleurs présents dans tous les secteurs d’activité.

Pour visionner la vidéo en français et en anglais (3’38) sur le conflit chez Kronos, cliquez sur le lien suivant : http://www.csn.qc.ca/web/negos-conflits/kronos

La CSN suit l’enquête de près

La CSN déplore l’incident survenu ce matin devant l’usine Transport Robert à Boucherville, alors qu’un automobiliste aurait happé un lock-outé qui manifestait pour dénoncer le conflit de travail chez Kronos.

« Nous sommes très préoccupés par ce qui s’est passé et surveillons de près l’évolution de l’enquête de la police, a déclaré le président de la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN), Alain Lampron. Des gestes de la sorte sont très malheureux. Quand l’intolérance mène à des actes violents, ce qui vraisemblablement semble être le cas, on ne peut que le dénoncer », a-t-il ajouté en invitant Robert Transport à cesser sa collaboration avec Kronos le temps du conflit.

Selon des témoins sur les lieux, il ne s’agirait pas d’un geste accidentel.

« Il est très préoccupant de voir se déchaîner une telle fureur envers des gens qui exercent leurs droits. Quand Kronos décidera-t-elle enfin de régler le conflit qu’elle laisse s’envenimer depuis plus de deux mois ? Quand s’assoiera-t-elle avec les travailleuses et les travailleurs pour négocier de bonne foi avec eux, faire baisser la tension et en arriver à la conclusion d’une convention collective négociée ? », a lancé le président de la CSN, Jacques Létourneau.

Par ailleurs, depuis le début du conflit, l’employeur embauche des agents de sécurité pour surveiller les travailleurs en lock-out. Ceux-ci se sentent traqués, ce qui n’aide en rien à l’atmosphère sur les lignes de piquetage.

« L’employeur aurait pu faire preuve d’une plus grande humanité ce matin lorsque l’incident s’est produit, a souligné pour sa part le président du syndicat, Carl Berthiaume. Il a plutôt laissé les agents de sécurité filmer la scène et les réactions qu’elle a provoquées. C’est vraiment indécent », a-t-il finalement conclu.

Le syndicat se dissocie et condamne les actes de violence

Le Syndicat national des employé-es de Kronos Canada se dissocie et condamne les actes de violence qui ont été portés à son attention ce matin concernant deux colis suspects trouvés chez des dirigeants de l’usine Kronos Canada, située à Varennes.

« Depuis le début du conflit, les employé-es de Kronos ont toujours manifesté leur bonne volonté pour en arriver à un règlement négocié », a affirmé Karl Berthiaume, président du Syndicat national des employé(e)s de Kronos Canada (CSN). Nous n’approuvons d’aucune façon ce type de ce geste et sommes convaincus que l’issue à notre conflit se trouve à la table de négociations. »

D’ailleurs, une séance de conciliation s’est déroulée hier, le 25 juillet entre le syndicat de Kronos et l’employeur. Les deux parties ont accepté la proposition du conciliateur quant à la reprise des discussions, le 29 août prochain.

Rappel

Les travailleuses et ces travailleurs ont été mis en lock-out deux jours avant même l’échéance de leur convention collective, le 15 juin à minuit, parce qu’ils ont refusé à 93 % des offres patronales jugées totalement inacceptables, lors d’une assemblée tenue le 13 juin. Celles-ci auraient entraîné de lourdes mises à pied en raison du recours massif à la sous-traitance, la perte d’avantages sociaux majeurs, de même qu’un affaiblissement des libertés syndicales aux fins de l’application de la convention collective et de la portée du certificat d’accréditation.

Les 320 lock-outés soulignent avec colère le 1er mois du conflit de travail

Quelque 300 travailleuses et travailleurs de Kronos Canada Inc. ont souligné, avec colère, le premier mois du lock-out décrété par cette entreprise américaine spécialisée dans la production du dioxyde de titane. Ils réclament la levée immédiate du lock-out et la reprise des négociations en vue de conclure un contrat de travail respectueux et reconnaissant des efforts consacrés au développement de cette entreprise prospère depuis 1957. Rappelons que ces travailleuses et ces travailleurs ont été mis en lock-out deux jours avant même l’échéance de leur convention collective, le 15 juin à minuit, parce qu’ils ont refusé à 93 % des offres patronales jugées totalement inacceptables, lors d’une assemblée tenue le 13 juin. Celles-ci auraient entraîné ¬de lourdes mises à pied en raison du recours massif à la sous-traitance, la perte d’avantages sociaux majeurs, de même qu’un affaiblissement des libertés syndicales aux fins de l’application de la convention collective et de la portée du certificat d’accréditation.

La situation vécue chez Kronos Canada est d’autant moins acceptable que cette entreprise poursuit toujours sa production en dépit de l’absence de ses salarié-es, et ce, par différents moyens : travail des cadres et des contremaîtres, présence massive d’agents de sécurité, recours fréquent à la police, injonction récente limitant le nombre de piqueteurs, etc. Pour Karl Berthiaume, président du Syndicat national des employé(e)s de Kronos Canada (CSN), « La poursuite des activités de la compagnie, comme si de rien n’était, traduit le mépris de Kronos Canada envers ses propres employé-es qui, pourtant, ont contribué encore jusqu’à récemment à la rentabilité mondiale de cette entreprise multimillionnaire. Tout ça doit changer ! »

Pour le président de la CSN, Jacques Létourneau, « Il faut que les dirigeants de Kronos Canada Inc. comprennent que ce sont les travailleuses et les travailleurs, avec leur savoir-faire et leur apport quotidien, qui font la richesse de cette entreprise, tout comme celle de la région de la Montérégie. L’enrichissement des actionnaires n’est pas possible sans leurs apports et il ne peut être le seul leitmotiv de l’entreprise. Kronos Canada doit le réaliser et rajuster son tir. »

Le comité de négociation du syndicat rappelle qu’il est toujours en attente d’un retour de la partie patronale sur une contre-offre déposée par écrit devant le conciliateur, le 15 juin dernier. Depuis le début des négociations, le 19 avril dernier, à peine une quinzaine de séances de négociations ont eu lieu, dont 6 devant un conciliateur. « Nous demeurons constamment disponibles pour un retour à la table des négociations que nous souhaitons le plus rapidement possible, ajoute Karl Berthiaume. »

Alain Lampron, président de la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN) est catégorique : « Kronos doit revenir à la table des pourparlers et doit véritablement reprendre le dialogue avec la partie syndicale. Il faut rappeler à cette entreprise qu’elle a un devoir de citoyen corporatif et, à ce titre, elle doit bien se comporter à l’égard de ceux qui font sa richesse et sa force. Pour notre part, nous allons continuer à soutenir les efforts des lock-outés pour qu’ils obtiennent gain de cause. Leurs revendications sont légitimes et s’inscrivent parfaitement dans le parcours de développement que connaît cette entreprise. »

Enfin, pour Annette Herbeuval, présidente du Conseil central de la Montérégie (CCM-CSN), « les travailleuses et les travailleurs peuvent compter sur l’appui indéfectible du conseil central et sur celui des quelque 35 000 membres issus de tous les horizons que nous représentons sur le territoire. Nous allons continuer à déployer tous les moyens à notre disposition pour qu’ils puissent tenir jusqu’à un règlement satisfaisant. »

Le Syndicat national des employé(e)s de Kronos (CSN) est affilié à la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM-CSN), qui représente près de 30 000 membres répartis dans 320 syndicats, ainsi qu’au Conseil central de la Montérégie (CCM-CSN), qui compte environ 35 000 syndiqué-es des secteurs privé et public. Ils sont affiliés à la CSN, qui compte plus de 300 000 travailleuses et travailleurs présents dans tous les secteurs d’activité.

Suivez-nous sur la page des Syndiqués CSN de Kronos Canada : https://www.facebook.com/SyndiquesCsnKronosCanada

L’employeur doit mettre fin au lock-out des 320 salariés

La direction de Kronos Canada inc. doit lever le lock-out imposé à ses 320 travailleurs et travailleuses le 13 juin dernier. Elle doit surtout revenir à la table de négociation pour convenir d’un contrat de travail qui soit respectueux et reconnaissant des efforts consacrés à la prospérité de cette entreprise. C’est l’appel que lancent aujourd’hui la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM) et le Conseil central de la Montérégie (CCM) affiliés à la CSN.

Rappelons qu’après seulement huit rencontres de négociation et six séances de conciliation devant le ministère du Travail, l’employeur a procédé à un lock-out illégal, le 13 juin, et au renvoi de salarié-es alors présents dans l’usine sans aucun préavis et à l’encontre des lois du travail deux jours avant la fin de la convention collective. Puis, l’employeur s’est retiré de la table de négociation le jour même de l’échéance de la convention, le 15 juin en après-midi, avant d’imposer un lock-out indéterminé dès le lendemain. À noter que cette entreprise n’a jamais connu de conflits de travail majeurs. « C’est assez choquant de voir comment une entreprise devenue prospère grâce au labeur de ses travailleurs et travailleuses peut, du jour au lendemain, jeter à la rue 320 personnes sans aucune autre considération, lance Alain Lampron, président de la FIM. La direction de Kronos doit mettre un terme au lock-out et reprendre rapidement les pourparlers avec ses employé-es. C’est une question de respect envers eux et envers lui-même. »

Pour Annette Herbeuval, présidente du CCM-CSN, « le recours à une fermeture illégale tout juste avant la fin de la convention collective, puis d’un lock-out le 16 juin, pénalise non seulement les travailleuses et les travailleurs et leurs familles, qui sont maintenant sans revenus, mais aussi toute la région de Varennes. Nous appuyons sans réserve ces travailleuses et travailleurs qui luttent pour maintenir leurs acquis, dont ceux entourant la protection des emplois contre la sous-traitance ». Parmi les enjeux de cette négociation en vue du renouvellement de la convention collective figurent la sous-traitance, le régime de retraite à prestations déterminées, les horaires de travail, les heures supplémentaires, les libertés d’action syndicale, dont une modification majeure à la portée du certificat d’accréditation.

À propos

Le Syndicat national des employé(e)s de Kronos (CSN) est affilié à la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM-CSN), qui représente près de 30 000 membres répartis dans 320 syndicats, ainsi qu’au Conseil central de la Montérégie, qui regroupe environ 35 000 syndiqué-es sur une base régionale. Ils sont affiliés à la CSN, qui compte plus de 300 000 travailleuses et travailleurs présents dans tous les secteurs d’activité.

Les négociations sont rompues !

Les négociations sont rompues entre le Syndicat national des employé(e)s de Kronos et la direction de l’entreprise, en dépit d’une contre-offre syndicale déposée en début d’après-midi devant un conciliateur pour éviter l’impasse. Le comité de négociation du syndicat va donc rapidement tout mettre en œuvre pour assurer la suite des choses.

Pour François Morin, vice-président à l’information et porte-parole désigné du syndicat : « Jusqu’à la dernière minute, nous avons tenté de trouver un terrain d’entente qui aurait permis de rebâtir les ponts depuis l’imposition du lock-out, jeudi soir dernier. La balle est maintenant dans le camp de l’employeur. Quant à nous, nous demeurons disponibles en tout temps, de jour comme de nuit, pour reprendre les pourparlers. Notre objectif est clair : assurer à nos membres de bonnes conditions de travail et, surtout, maintenir nos acquis notamment en matière de protection de nos emplois. »

Rappelons que parmi les enjeux de cette négociation en vue du renouvellement de la convention collective, qui se termine ce soir à minuit, figurent la sous-traitance, le régime de retraite à prestations déterminées, les horaires de travail, les heures supplémentaires, les libertés d’action syndicale, dont une modification majeure à la portée du certificat d’accréditation.

Il importe de préciser qu’au moment où le syndicat était en conciliation au ministère du Travail à Montréal, une assemblée générale réunissant les travailleuses et les travailleurs se tenait en après-midi, à Verchères. Prévue initialement pour évaluer la situation et les moyens de pression à mettre en branle, l’assemblée s’est transformée en une rencontre d’information.

À propos du syndicat et de la CSN

Le Syndicat national des employé(e)s de Kronos (CSN) est affilié à la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN), qui compte près de 30 000 membres répartis dans 320 syndicats, ainsi qu’au Conseil central de la Montérégie, qui regroupe environ 35 000 syndiqué-es sur une base régionale. Le syndicat est également affilié à la CSN, laquelle compte près de 2000 syndicats regroupant plus de 300 000 travailleuses et travailleurs.

Le syndicat CSN dénonce la fermeture sauvage de l’entreprise

Le Syndicat national des employé(e)s de Kronos (CSN) dénonce l’entreprise d’origine américaine qui a procédé, en toute fin de soirée hier, à la fermeture sauvage de son entreprise, alors que la convention collective est toujours en cours, deux jours avant son échéance. Le syndicat y voit là un geste de pure provocation à la suite du rejet à 93 % des dernières offres patronales par les syndiqué-es réunis en assemblée extraordinaire, hier en fin d’après-midi.

Pour François Morin, vice-président à l’information et porte-parole désigné du Syndicat national des employé(e)s de Kronos (CSN) : « L’attitude de l’employeur est tout simplement scandaleuse. Après avoir participé à un simulacre de négociation pendant une douzaine de séances, dont deux en conciliation, avoir présenté des offres comportant des reculs tels qu’il savait qu’elles allaient être rejetées massivement, après avoir menacé le syndicat de déclencher un lock-out advenant un tel rejet, voilà qu’il ferme sauvagement son entreprise en renvoyant sur le champ des salarié-es alors en plein travail et en bloquant l’accès de l’usine pour tous les autres. Le plan de l’employeur apparaît clairement pour ce qu’il est : un exercice de mépris total à l’égard de ceux et de celles qui font la richesse de Kronos. »

Le syndicat et ses membres n’entendent pas se laisser démonter pour autant. Une ligne de piquetage a été dressée très tôt ce matin devant l’usine. Une assemblée générale extraordinaire est également prévue ce samedi 15 juin, alors que sera discuté un possible recours à la grève générale illimitée à être appliquée au moment jugé opportun.

À propos du syndicat et de la CSN

Le Syndicat national des employé(e)s de Kronos (CSN) est affilié à la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN), qui compte près de 30 000 membres répartis dans 320 syndicats, ainsi qu’au Conseil central de la Montérégie, qui regroupe environ 35 000 syndiqué-es sur une base régionale. Le syndicat est également affilié à la CSN, laquelle compte près de 2000 syndicats regroupant plus de 300 000 travailleuses et travailleurs.

Rejet massif d’une proposition finale et globale de l’employeur

Les 320 travailleuses et travailleurs de Kronos Canada ont rejeté à 93 % une offre dite finale et globale de l’employeur, lors d’une assemblée générale extraordinaire tenue à Verchère, en toute fin de journée. Ils ont réitéré à leur comité de négociation le mandat de tout mettre en œuvre pour parvenir à une entente satisfaisante visant à maintenir leurs acquis, notamment au chapitre de la protection des emplois.

Pour François Morin, vice-président à l’information et porte-parole désigné du Syndicat national des employé(e)s de Kronos (CSN) : « Le dépôt d’une proposition dite finale et globale nous apparaît prématuré dans la mesure où nous n’avons eu que dix rencontres de négociation, dont deux l’ont été devant un conciliateur du ministère du Travail. Le rejet massif de cette proposition est un appel à la raison logé à l’employeur de ne pas sacrifier nos conditions de travail de ce fleuron qu’est Kronos Canada inc. pour des considérations strictement mercantiles. »

Les reculs qui apparaissent dans l’offre déposée par l’employeur ce matin même, lors d’une séance devant un conciliateur du ministère du Travail, sont considérés totalement inacceptables, tant ils impliquent une diminution radicale des conditions de travail, dont l’abandon d’acquis en matière de protection des emplois. Ainsi en est-il de la sous-traitance tout azimut qui entraînerait à plus ou moins long terme la perte de près du tiers des emplois spécialisés, notamment dans les secteurs de la maintenance des bâtiments, de l’entretien et de la salubrité ainsi que dans l’administration de l’entreprise spécialisée dans la production du dioxide de titane, principalement utilisé dans la fabrication de peinture.

D’autres reculs concerneraient l’abandon des bénéfices liés au régime de retraite actuel, aux assurances des retraités, la perte de droits au plan de la gestion des mouvements de personnel et des heures supplémentaires, les horaires de travail ainsi qu’une diminution des libertés d’action syndicale, dont une modification radicale de la portée de l’accréditation.

À propos du syndicat et de la CSN

Le Syndicat national des employé(e)s de Kronos (CSN) est affilié à la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN), qui compte près de 30 000 membres répartis dans 320 syndicats, ainsi qu’au Conseil central de la Montérégie, qui regroupe environ 35 000 syndiqué-es sur une base régionale. Le syndicat est également affilié à la CSN, laquelle compte près de 2000 syndicats regroupant plus de 300 000 travailleuses et travailleurs.