Négociations à Urgences-santé

Photo : Michel Giroux
17 novembre 2017

À défaut d’entente complète, les paramédics augmentent la pression

À moins d’un revirement de situation, une nouvelle grève sera déclenchée au moment jugé opportun, incluant des moyens de pression administratifs qui auront un impact encore plus fort que ceux déployés jusqu’à maintenant.

Réunis en assemblée générale cette semaine, les paramédics de Montréal et de Laval, membres du Syndicat du préhospitalier (SP–CSN), devaient se prononcer sur l’entente de principe intervenue avec le ministère de la Santé et des Services sociaux en juillet dernier. Toutefois, cette entente est toujours incomplète, près de quatre mois après sa signature. Par conséquent, les paramédics d’Urgences-santé entendent augmenter considérablement la pression pour en venir, enfin, à un règlement de ce conflit.

À moins d’un revirement de situation, une nouvelle grève sera déclenchée au moment jugé opportun, incluant des moyens de pression administratifs qui auront un impact encore plus fort que ceux déployés jusqu’à maintenant.

« Nous avons vraiment été bons joueurs, rappelle le président du SP–CSN, Réjean Leclerc. Nos conventions collectives sont échues depuis le 31 mars 2015. Malgré cela, nous avons accepté de repousser de près de quatre mois l’assemblée sur l’entente de principe conclue le 20 juillet, et ce à la demande du ministre Barrette lui-même, pour lui permettre de finaliser le règlement, notamment en ce qui a trait au régime de retraite provincial. Non seulement il n’y est pas parvenu, mais en plus, Urgences-santé a considérablement miné notre confiance en prenant des décisions unilatérales lourdes de conséquences sur notre charge de travail alors que cet enjeu est au cœur de nos priorités. »

Constat d’échec
« C’est un constat d’échec pour le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, enchaîne le vice-président de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN), Dany Lacasse. Il est le premier responsable de la situation. C’est lui qui a décidé de se retirer des négociations directes, contrairement à l’attitude de ses prédécesseurs. C’est lui qui est incapable actuellement de ficeler le nouveau régime de retraite auquel nous sommes prêts à adhérer. C’est lui, également qui bloque les avancées sur la charge de travail et les horaires de travail en refusant de prendre ses responsabilités. Ce blocage actuel, il en est pleinement responsable ».

Mobilisation
Face à cet échec qui se matérialise dans l’incapacité de terminer la négociation à Urgences-santé, les paramédics de tout le Québec se préparent à marquer un grand coup lors d’une importante mobilisation la semaine prochaine. Par ailleurs tous les syndicats de paramédics durciront la grève au moment jugé opportun . Cette nouvelle grève ne touchera pas les services directs à la population mais aura un impact majeur sur les employeurs, les établissements de santé et de services sociaux et sur le gouvernement.

À propos
La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN) regroupe quelque 3600 paramédics, répartitrices, répartiteurs et employé-es de soutien du préhospitalier, dont plus de 900 paramédics dans le Grand Montréal. Elle compte plus de 120 000 membres dans les services de santé, les services sociaux et les services de garde. Elle est affiliée à la CSN qui compte 300 000 adhérents de tous les secteurs d’activité.

← Précédent Syndicats et patrons opposés au PL152 16 novembre 2017
Suivant → Étonnement et déception 17 novembre 2017
Partager
Région
  • L'ensemble du Québec
Source
Confédération des syndicats nationaux (CSN), Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN)
Pour information
Ariane Gagné
514 349-1300

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/a-defaut-dentente-complete-les-paramedics-augmentent-la-pression/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.