Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Femmes au front !

Du même SUJET

Une autre occasion ratée par le ministre Roberge

Une autre occasion ratée par le ministre Roberge

À quand une vraie reconnaissance pour toutes celles qui participent au développement de nos enfants en…
Santé et services sociaux : il est inadmissible de perdre son revenu en raison de la COVID-19

Santé et services sociaux : il est inadmissible de perdre son revenu en raison de la COVID-19

Les organisations syndicales du réseau de la santé et des services sociaux (RSSS) dénoncent vigoureusement la…
Les répondantes et répondants médicaux et employé-e-s de bureau d’Urgences-santé votent la grève

Les répondantes et répondants médicaux et employé-e-s de bureau d’Urgences-santé votent la grève

Sur la centaine de répondantes et répondants médicaux d’Urgences-santé, pas moins de 21 ont quitté leur…
CHSLD : le rapport de la coroner cible plusieurs recommandations proposées par la CSN

CHSLD : le rapport de la coroner cible plusieurs recommandations proposées par la CSN

La Confédération des syndicats nationaux demande au gouvernement de donner suite à plusieurs des recommandations soumises…
Manifestation des conductrices et conducteurs d’autobus scolaire de la région

Manifestation des conductrices et conducteurs d’autobus scolaire de la région

Les membres du Syndicat du transport scolaire du Saguenay–CSN, du Syndicat des travailleuses et des travailleurs…
Première convention collective pour les membres du STT du Manoir St-Augustin–CSN

Première convention collective pour les membres du STT du Manoir St-Augustin–CSN

À la suite de l’entente de principe entérinée en mars dernier, le Syndicat des travailleuses et…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

COVID-19

2020-04_condition-feminine-covid_CSN

Femmes au front !

Nous sommes en guerre contre un ennemi invisible. Depuis que le gouvernement a déclaré l’état d’urgence sanitaire, l’ensemble du réseau de la santé et des services sociaux (RSSS) est sur le pied de guerre. On rappelle nos vétéranes et on conscrit les troupes en suspendant certains de leurs droits afin de pouvoir les déplacer aux endroits névralgiques d’un bout à l’autre d’une région, peu importe sa grandeur.

Contrairement aux guerres conventionnelles — économiques, politiques et/ou idéologiques —, celle-ci est menée en grande majorité par les femmes. De tout temps, les femmes sont allées au front lorsque des crises sanitaires ont frappé la population. Au Québec, les emplois dans les services publics sont occupés aux deux tiers par des femmes, et sur les quelque 275 000 salarié·e·s du RSSS, plus de 80 % sont des femmes. Ce sont elles les principales combattantes dans la guerre contre la COVID-19.

Mais notre armée ne se bat pas à armes égales. Depuis des années, le travail de l’ensemble des personnes salariées du réseau et l’importance du système public de santé et de services sociaux ne sont pas reconnus à leur juste valeur. Les coupes budgétaires, la diminution de l’offre de services en période d’austérité et les nombreuses réformes, la dernière en particulier, ont complètement désorganisé et fragilisé le RSSS, entraînant une surcharge de travail insoutenable pour plusieurs d’entre elles. Le terrain était miné avant même le début de l’urgence sanitaire. Le nombre de personnes salariées dans le réseau qui ont recours à l’assurance salaire ou qui reçoivent des prestations d’invalidité de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a explosé au cours des dernières années.Avant la bataille, notre armée était déjà épuisée.

Pire encore, on envoie cette armée au front sans avoir suffisamment de matériel sanitaire et de protection. Combien de personnes, en très grande majorité des femmes, seront infectées par la COVID-19 avant que l’on ait mis en place les mesures de santé et de sécurité nécessaires? À la peur de contracter le virus s’ajoute celle de contaminer leurs proches et les personnes auxquelles elles prodiguent des services. Résultat : plutôt que de mettre toute notre énergie à les soutenir et à les protéger, nous devons négocier les mesures essentielles pour assurer leur sécurité.

Cette armée est sous-valorisée, sous-payée. Au Québec, le salaire des femmes et du personnel du secteur public, qui procurent des soins et des services de santé essentiels dans cette crise, accusait un retard de 6,25 % en 2019 comparé à celui des autres salarié·e·s, ce qui inclut le salaire, le régime de retraite et les autres avantages sociaux.

Cette pandémie met en lumière la valeur de notre système public de santé et de services sociaux et de celles qui en constituent sa force. Il faut arrêter de tenir pour acquis le dévouement de ces femmes qui, malgré les dangers et le manque d’équipement, se présentent chaque jour à leur poste, au front. Nous avons des troupes d’élite, traitons-les comme elles le méritent.

Signataires
Andrée Poirier, présidente, Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS)
Caroline Senneville, vice-présidente, Confédération des syndicats nationaux (CSN)
Sonia Éthier, présidente, Centrale des syndicats du Québec (CSQ)
Nancy Bédard, présidente, Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ)
Sylvie Nelson, vice-présidente, Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ)

 

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket