Industries Câbles d’acier Pointe-Claire : 145 travailleurs sacrifiés

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Deux syndicats du transport scolaire en grève bientôt

Deux syndicats du transport scolaire en grève bientôt

Le Syndicat des travailleuses et travailleurs des autobus R.M.–CSN et le Syndicat d’Autobus Terremont Ltée–CSN ont…
Les syndicats de B.R. et de Tremblay et Paradis votent en faveur de la grève générale illimitée

Les syndicats de B.R. et de Tremblay et Paradis votent en faveur de la grève générale illimitée

Réunis en assemblée générale ce 3 février en début d’après-midi, le Syndicat des employé-es de transport Autobus…
Le Syndicat des enseignantes et des enseignants du Cégep régional de Lanaudière à Joliette rejette à l’unanimité les offres du gouvernement

Le Syndicat des enseignantes et des enseignants du Cégep régional de Lanaudière à Joliette rejette à l’unanimité les offres du gouvernement

Réunis en assemblée générale le 31 janvier 2023, les membres du Syndicat des enseignantes et enseignants…
Vote de grève chez Autobus de l’Énergie Inc. (Sogesco)  

Vote de grève chez Autobus de l’Énergie Inc. (Sogesco)  

Réunis en assemblée générale ce mercredi 1er février au soir, les membres du Syndicat des travailleuses et…
Les salarié-es de BAnQ en grève bientôt

Les salarié-es de BAnQ en grève bientôt

Le Syndicat des travailleuses et travailleurs unis de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (STTuBAnQ–CSN) a…
CHP : une 10e entente à atteindre le 18 $/heure

CHP : une 10e entente à atteindre le 18 $/heure

Le 1er février 2023, les membres de la section Les Marronniers du Syndicat des travailleuses et…

Fédération de l'industrie manufacturière

2021-03-18_portrait_CSN

Industries Câbles d’acier Pointe-Claire : 145 travailleurs sacrifiés

Depuis le mois de janvier, les travailleurs d’Industries Câbles d’acier à Pointe-Claire vivent dans une grande insécurité. Leur patron, l’entreprise Bridon-Bekaert Ropes Group (BBRG), a annoncé le déménagement de ses installations aux États-Unis en mai 2021.

« Cette décision fait en sorte que nos 145 travailleurs, qui œuvrent dans un domaine ultra spécialisé et qui ont des emplois bien payés, se retrouveront sans emploi le 31 mai prochain. C’est vraiment triste et fâchant », déclare Stéphane Collette, président du syndicat des travailleurs de Câbles d’acier, affilié à la Fédération de l’industrie manufacturière de la CSN.

Cela fait plus de 125 ans que Câbles d’acier existe dans la région de Montréal. C’est un des fleurons du secteur manufacturier de la région puisque l’usine est une des seules à produire des câbles d’acier pour l’industrie minière et pétrolière. « Mais malgré cette expertise reconnue, malgré le fait que Câbles d’acier est rentable – même les boss le reconnaissent! – ils veulent absolument déménager. On tente de faire tout ce qu’on peut pour annuler cette décision unilatérale de BBRG, mais le temps joue contre nous », continue M. Collette.

Dans les derniers mois, les travailleurs se sont tournés vers le ministère de l’Économie et de l’Innovation ainsi qu’Investissement Québec afin de trouver une solution. Le ministère et Investissement Québec ont offert plusieurs options à BBRG pour qu’elle puisse développer ses activités à Pointe-Claire et, ainsi, éviter le déménagement et les pertes d’emplois. Un acheteur intéressé par la reprise des installations s’est même manifesté. Mais, BBRG reste campée sur ses positions en refusant tant l’aide de Québec qu’une vente à de potentiels investisseurs.

« Qu’est-ce qu’on doit comprendre de cette inflexibilité? Ce que BBRG veut vraiment, ce n’est pas d’être plus rentable, elle l’est déjà! Ce que l’entreprise veut, c’est tuer la concurrence et dominer le marché du câble d’acier en Amérique du Nord en concentrant ses activités aux États-Unis. Et cela se fait sur le dos de 145 familles de Pointe-Claire et avec la disparition d’une entreprise spécialisée dans un domaine de pointe », déplore M. Collette. C’est ça le Buy American Act!

Tentant le tout pour le tout, le syndicat a déposé des griefs à la suite de l’annonce du déménagement, car ce dernier n’est pas permis en vertu du contrat de travail qui lie les parties. « Nous contestons aussi les montants dus aux salariés, car – surprise! – l’employeur sous-estime ce qu’il doit payer aux travailleurs. Il refuse même d’honorer certains contrats qui le lient à des travailleurs retraités! Mais nous ne baisserons pas les bras, nous n’avons pas dit notre dernier mot », termine le président du syndicat.

 

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket