Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

La Gaspésie, la grande oubliée

Du même SUJET

L'« amazonification » de la SAQ est commencée

L'« amazonification » de la SAQ est commencée

Plusieurs conseillères et conseillers en succursales de la SAQ ont constaté que divers produits de niche…
Un congrès tout en solidarité pour le Conseil central du Saguenay Lac-Saint-Jean–CSN

Un congrès tout en solidarité pour le Conseil central du Saguenay Lac-Saint-Jean–CSN

Les congressistes présents ont pu échanger sur de nombreux enjeux touchant le monde du travail :…
Il ne faut pas oublier celles et ceux qui vivent de la forêt

Il ne faut pas oublier celles et ceux qui vivent de la forêt

Afin de rétablir la population de caribous forestiers, la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN) est consciente…
La CAQ trouvera la CSN sur son chemin

La CAQ trouvera la CSN sur son chemin

À l’approche de la prochaine campagne électorale, la présidente de la CSN, Caroline Senneville, met en…
La Coalition Union 138 reçoit des appuis

La Coalition Union 138 reçoit des appuis

À l’aube du déploiement de son plan d’action, la Coalition Union 138 obtient des appuis de…
Chantier Davie : une entente historique

Chantier Davie : une entente historique

Réunis en assemblée générale à la tête des ponts, les membres du Syndicat des travailleurs du…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Politique énergétique du gouvernement québécois

Windmill at Sunrise

La Gaspésie, la grande oubliée

La Fédération de l’industrie manufacturière (FIM-CSN) et le Conseil central Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine (CCGIM) déplorent le manque d’information contenue dans la politique énergétique du Parti libéral. Si les grandes orientations de la politique semblent intéressantes, on y retrouve bien peu de détails quant à son application et à son impact sur l’industrie éolienne de la Gaspésie.

Le gouvernement compte, entre autres, améliorer de 15 % l’efficacité avec laquelle l’énergie est utilisée et augmenter de 25 % la production totale d’énergie renouvelable d’ici 2030. Il s’agit d’une politique ambitieuse, mais qui manque de précisions quant à l’avenir de l’énergie éolienne.

« Ce sont là de très belles intentions, mais comment le gouvernement va-t-il mettre en application ces principes ? Est-ce qu’il y a des montants prévus pour le développement ou le maintien des parcs éoliens existants ? Est-ce que la politique énergétique du gouvernement prévoit des sommes pour maintenir les emplois et l’expertise développée au fil des ans dans la région de la Gaspésie ? Comment le gouvernement peut-il faire la promotion de l’exportation de l’énergie éolienne ? Beaucoup de questions qui demeurent sans réponses, mentionne Alain Lampron, président de la FIM-CSN. Il serait dommage que la nouvelle politique énergétique ne profite pas des acquis et de l’expertise de chez nous en matière d’énergie éolienne. »

Une mobilisation régionale ?

Le gouvernement doit se rappeler qu’en matière d’énergie renouvelable, l’hydroélectricité n’est pas l’unique solution. L’énergie éolienne est bien ancrée dans la province, mais peine à survivre. La politique énergétique du gouvernement Couillard aurait pu être la bouée de sauvetage de cette industrie, mais rien n’indique que ce soit le cas.

« Rappelons que pour l’entreprise LM Wind Power de Gaspé, qui fabrique des pales d’éoliennes, le livret de commande est vide à compter de septembre 2016 pour une période possible d’environ 18 mois. Pour ces travailleuses et ces travailleurs, le temps presse. Si le gouvernement ne précise pas rapidement sa politique énergétique, nous n’aurons pas d’autre choix que d’organiser une mobilisation régionale pour sauver des emplois chez nous », ajoute le président du Conseil central Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, Jacques Mimeault.

À court terme, nous souhaitons rencontrer le gouvernement afin de discuter de ces enjeux majeurs pour l’industrie éolienne et pour la région de la Gaspésie.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket