Politique énergétique du gouvernement québécois

8 avril 2016

La Gaspésie, la grande oubliée

La Fédération de l'industrie manufacturière (FIM-CSN) et le Conseil central Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine (CCGIM) déplorent le manque d'information contenue dans la politique énergétique du Parti libéral.

La Fédération de l’industrie manufacturière (FIM-CSN) et le Conseil central Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine (CCGIM) déplorent le manque d’information contenue dans la politique énergétique du Parti libéral. Si les grandes orientations de la politique semblent intéressantes, on y retrouve bien peu de détails quant à son application et à son impact sur l’industrie éolienne de la Gaspésie.

Le gouvernement compte, entre autres, améliorer de 15 % l’efficacité avec laquelle l’énergie est utilisée et augmenter de 25 % la production totale d’énergie renouvelable d’ici 2030. Il s’agit d’une politique ambitieuse, mais qui manque de précisions quant à l’avenir de l’énergie éolienne.

« Ce sont là de très belles intentions, mais comment le gouvernement va-t-il mettre en application ces principes ? Est-ce qu’il y a des montants prévus pour le développement ou le maintien des parcs éoliens existants ? Est-ce que la politique énergétique du gouvernement prévoit des sommes pour maintenir les emplois et l’expertise développée au fil des ans dans la région de la Gaspésie ? Comment le gouvernement peut-il faire la promotion de l’exportation de l’énergie éolienne ? Beaucoup de questions qui demeurent sans réponses, mentionne Alain Lampron, président de la FIM-CSN. Il serait dommage que la nouvelle politique énergétique ne profite pas des acquis et de l’expertise de chez nous en matière d’énergie éolienne. »

Une mobilisation régionale ?

Le gouvernement doit se rappeler qu’en matière d’énergie renouvelable, l’hydroélectricité n’est pas l’unique solution. L’énergie éolienne est bien ancrée dans la province, mais peine à survivre. La politique énergétique du gouvernement Couillard aurait pu être la bouée de sauvetage de cette industrie, mais rien n’indique que ce soit le cas.

« Rappelons que pour l’entreprise LM Wind Power de Gaspé, qui fabrique des pales d’éoliennes, le livret de commande est vide à compter de septembre 2016 pour une période possible d’environ 18 mois. Pour ces travailleuses et ces travailleurs, le temps presse. Si le gouvernement ne précise pas rapidement sa politique énergétique, nous n’aurons pas d’autre choix que d’organiser une mobilisation régionale pour sauver des emplois chez nous », ajoute le président du Conseil central Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, Jacques Mimeault.

À court terme, nous souhaitons rencontrer le gouvernement afin de discuter de ces enjeux majeurs pour l’industrie éolienne et pour la région de la Gaspésie.

← Précédent On jugera l'arbre à ses fruits 7 avril 2016
Suivant → La CSN est soulagée 8 avril 2016
Partager
Région
  • Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine
Source
Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN)
Pour information
Dave Parent
Conseiller
Service des communications de la CSN
514 216-9097

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/la-gaspesie-la-grande-oubliee/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.