Lockout à l’Hôtel Pur de Québec

Photo: Louise Leblanc
13 novembre 2016

Le syndicat rétablit les faits

Lorsque l’employeur dit sur la place publique que nous sommes inflexibles, il déforme complètement la réalité.

À la suite d’une assemblée générale tenue aujourd’hui à 13 h durant laquelle les membres ont voté la grève générale illimitée à 91 %, le Syndicat des travailleuses et des travailleurs de l’Hôtel Pur Québec (CSN) (STTHPQ) a tenu une conférence de presse afin de rétablir les faits au sujet du conflit avec leur employeur. Rappelons que celui-ci leur a décrété un lockout le vendredi 11 novembre, à 22 h.

« Notre syndicat a rejeté à 86 % une offre que l’employeur qualifiait de finale et globale, incluant plusieurs nouveaux reculs permanents qui datent du 4 novembre dernier et qui n’ont jamais fait partie de nos échanges depuis le début de la négociation. Alors que l’employeur confirme que les prochaines années seront excellentes, il tente de nous refiler la facture de ses investissements de 5 millions $ en nous imposant des demandes de reculs beaucoup plus importantes que ses besoins financiers, de dénoncer Richard Watters, président du STTHPQ. Pour nous, il s’agit d’une attaque en règle contre notre syndicat qui n’a rien à voir avec la rentabilité de l’établissement, et la proposition de l’employeur d’un contrat de travail de cinq ans qui vise à nous sortir de la négociation coordonnée de l’hôtellerie en est la preuve flagrante. »

Les membres du STTHPQ en assemblée générale. - Photo : Louise Leblanc
Les membres du STTHPQ en assemblée générale. – Photo : Louise Leblanc

« À l’aube des vacances des fêtes, alors que les rencontres de négociation allaient bon train, l’employeur impose un lockout sauvage directement sorti de nulle part, comme si nous étions en rupture des pourparlers. Or, il n’en est rien et agir de la sorte, c’est inacceptable, de marteler Ann Gingras, présidente du Conseil central de Québec Chaudière-Appalaches–CSN. À l’image de 2015, l’année 2016 a été une année exceptionnelle pour le tourisme à Québec et 2017 s’annonce encore meilleure. Cette excellente conjoncture touchera également l’hôtel Pur. »

« Lorsque l’employeur dit sur la place publique que nous sommes inflexibles, il déforme complètement la réalité. La CSN a toujours été à l’affût de la situation financière des employeurs avec qui elle négocie et lorsque ceux-ci pratiquent la transparence, ce qui est le cas avec l’hôtel Pur, nous tenons toujours compte des données financières dont nous disposons, de souligner Michel Valiquette, trésorier de la Fédération du commerce–CSN et responsable politique de la négociation coordonnée de l’hôtellerie. Nous sommes donc à même de comprendre clairement qu’il utilise sa situation financière pour faire reculer les conditions de travail bien au-delà de ses besoins actuels, allant même jusqu’à maintenir des demandes qui n’ont aucune incidence sur ses finances. »

À propos
Affilié à la FC–CSN, le STTHPQ compte environ 125 membres. Le secteur de l’hôtellerie de la FC–CSN regroupe près de 5000 membres dans 57 syndicats. La Fédération du commerce–CSN compte 30 000 membres regroupés au sein de 360 syndicats œuvrant dans les domaines du commerce de gros et de détail, de l’agroalimentaire, de la finance et du tourisme.

← Précédent Des syndiqués invitent les militants libéraux à faire bloc contre Barrette 12 novembre 2016
Suivant → Si ton travail te rend malade, change de job? 15 novembre 2016
Partager
Dossiers
Région
  • Québec–Chaudière-Appalaches
Source
Confédération des syndicats nationaux (CSN), Fédération du commerce (FC–CSN)
Pour information
Martin Petit
514 894-1326

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/le-syndicat-retablit-les-faits/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.