Rona l’entrepôt / Réno-Dépôt: menace de grève pour forcer Lowe’s à agir contre la clientèle agressive

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Équité salariale : le personnel de bureau et de l’administration réclame son dû!

Équité salariale : le personnel de bureau et de l’administration réclame son dû!

Des centaines de militantes et de militants de la Fédération de la santé et des services…
Les syndiqué-es adoptent une banque de journées de grève

Les syndiqué-es adoptent une banque de journées de grève

Réunis en assemblée générale le mardi 24 janvier, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs…
Les grévistes du Cimetière Notre-Dame-des-Neiges interpellent l’archevêché de Montréal

Les grévistes du Cimetière Notre-Dame-des-Neiges interpellent l’archevêché de Montréal

Ce jeudi 26 janvier au matin, tout juste après avoir conclu un pacte de front commun…
Les chargés de cours de l’UQO intensifient leurs moyens de pression

Les chargés de cours de l’UQO intensifient leurs moyens de pression

Sans contrat de travail depuis bientôt 13 mois, les chargés de cours de l’UQO intensifient leurs…
Une entente de principe aux Jardins Charlesbourg

Une entente de principe aux Jardins Charlesbourg

Le 24 janvier, les travailleuses et les travailleurs de la résidence Les Jardins Charlesbourg à Québec…
La grève reprend chez Urgences-santé

La grève reprend chez Urgences-santé

Les répondantes et les répondants médicaux d’urgence (RMU) ainsi que le personnel administratif d’Urgences-santé sont de…

Négociation

Rona l’entrepôt / Réno-Dépôt: menace de grève pour forcer Lowe’s à agir contre la clientèle agressive

C’est dans une proportion de 89 % à Pointe-Claire et 92 % à Anjou que les travailleuses et les travailleurs de Rona l’entrepôt (Anjou) et Réno-Dépôt (Pointe-Claire), tous deux syndiqués avec la CSN, se sont donnés un mandat de cinq jours de grève, lors de deux assemblées syndicales tenues en fin de semaine.

Dans les deux succursales, les problèmes se multiplient, particulièrement depuis le début de la pandémie. Au Réno-Dépôt de Pointe-Claire, la négociation piétine alors qu’à Anjou, l’employeur refuse tout simplement de commencer la négociation. L’une des principales demandes formulées par les syndicats est la mise en place d’une politique affichée de tolérance zéro à l’endroit de la clientèle de plus en plus agressive. « Lowe’s doit reconnaître le problème grandissant des clientes et des clients violents qui s’en prennent à nos membres. Le phénomène s’est aggravé parce que l’on manque de personnel sur le plancher, en raison des restrictions sanitaires et de la pénurie de matériaux depuis le début de la pandémie. L’employeur doit clairement prendre position pour protéger ses employé-es, évaluer les risques, les défendre et s’assurer qu’ils soient appuyés lors d’événements qui peuvent se solder par une lésion professionnelle », affirme Paul-Émile Paquette, président du STT de Rona l’entrepôt Anjou (FC–CSN).

Toujours en lien avec la pandémie, les syndiqué-es des deux succursales ne comprennent pas pourquoi la prime COVID, octroyée à Anjou comme dans l’ensemble des succursales du réseau, a été annulée à Pointe-Claire sous prétexte que la négociation n’avance pas. « Selon nous, c’est une stratégie pour nous punir et tenter de désolidariser nos membres de Pointe-Claire. Nous sommes en négociation depuis janvier dernier et la négociation est pénible. L’employeur utilise toutes sortes de tactiques pour nous diviser et nous faire peur. Le vote de grève sans équivoque tenu en fin de semaine démontre que toutes tentatives d’intimidation ou de campagne de peur seraient vouées à l’échec », met en garde Hagop Kassapian, président du STT de Réno-Dépôt Pointe-Claire (FC–CSN).

Petits salaires, gros profits

Parmi les entreprises qui ont profité de la pandémie, nul ne peut contester que les quincailleries en sortent gagnantes. Chiffres à l’appui, une enquête menée par la firme MCE Conseils révèle que l’argent coule à flots chez Lowe’s qui a enregistré en 2020 une année historique avec une hausse de 24% de ses revenus. Les profits de l’entreprise ont augmenté de 36% entre 2019 et 2020 alors que la rémunération globale de la haute direction a fait un bond de 87%.

Dans un tel contexte, le syndicat demande des augmentations salariales plus que raisonnables. Notamment, les nouvelles personnes qui se joignent à l’équipe voudraient gagner 50 cents de plus que le salaire minimum à l’entrée.

« Chaque année, une proportion importante de nos membres sont rattrapés par la hausse du salaire minimum, sans jamais voir leur salaire être indexé en conséquence. Sans compter que les salarié-es qui réussissent à atteindre le sommet de l’échelle salariale finissent par s’appauvrir puisque leurs augmentations sont en dessous de l’augmentation du coût de la vie. Lowe’s a les moyens d’offrir de meilleures conditions de travail à son personnel, considère Alexandre Giguère, vice-président de la Fédération du Commerce (FC–CSN). Le vendredi 21 mai, une séance de négociation aura lieu à la succursale de Pointe-Claire. De bonne foi, nous espérons que cette séance de discussion sera fructueuse ».

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket