Chantier naval de la Davie

Une délégation syndicale à Ottawa

4 décembre 2017

Photo : Nicolas Lefebvre Legault
Selon de nombreux acteurs politiques, dont le premier ministre du Québec qui était présent à la grande marche d’hier, ce sont des hauts fonctionnaires qui bloqueraient l’octroi de contrats fédéraux à la Davie.
Partager
Région
  • Québec–Chaudière-Appalaches
Source
Conseil central de Québec Chaudière-Appalaches (CCQCA–CSN)
Pour information
Nicolas Lefebvre Legault
Conseiller à l’information 418 997-6726
ou nicolas.lefebvrelegault@csn.qc.ca  

Au lendemain de la grande marche régionale en solidarité avec les travailleuses et les travailleurs de la Davie, une délégation syndicale prenait la route pour Ottawa, aujourd’hui, à la suite de l’invitation de Martine Ouellette, chef du Bloc Québécois, afin d’interpeller le gouvernement fédéral.

Rappelons que faute de contrats fédéraux, une menace de chômage pèse sur plus de 800 travailleuses et travailleurs du chantier naval Davie, à Lévis. Or, la Marine royale canadienne et la garde côtière ont des besoins pressants et bien documentés que pourrait combler immédiatement la Davie. Selon de nombreux acteurs politiques, dont le premier ministre du Québec qui était présent à la grande marche d’hier, ce sont des hauts fonctionnaires qui bloqueraient l’octroi de contrats fédéraux à la Davie.

Au centre : Philippe Couillard, premier ministre du Québec. À droite : Yves Fortin, secrétaire général du Conseil central de Québec-Chaudières-Appalaches. Photo : Clément Allard

Actuellement, les deux autres chantiers maritimes du Canada en mesure de répondre aux besoins du fédéral sont surchargés et incapables de livrer la marchandise dans un délai et à un coût raisonnable. Tous les échéanciers sont dépassés et un deuxième navire de ravitaillement, tel que prévu dans la politique nationale de défense, est toujours nécessaire. Le projet de l’Obélix, tel que proposé par la Davie, reste la meilleure solution pour répondre rapidement aux besoins de la Marine royale canadienne. « Nous ne demandons pas la charité, mais l’équité! Le plus grand chantier maritime du Canada doit avoir sa part des contrats fédéraux, il faut que ça bouge et vite pour éviter que l’expertise acquise au chantier ne se disperse avec les mises à pied », a déclaré Ann Gingras, présidente du Conseil central de Québec–Chaudière-Appalaches (CSN).

Programme de la journée

L’arrivée des syndicalistes à la Chambre des communes est prévue à 13 h. Un point de presse avec Martine Ouellette est prévu à 13 h 15. La délégation assistera ensuite aux débats de la Chambre des communes durant lesquels les ministres du gouvernement concernés par le dossier seront interpelés.

La délégation syndicale est composée des représentantes et représentants des deux syndicats CSN du chantier Davie, du Conseil central de Québec–Chaudières-Appalaches (CSN) et de la Fédération de l’industrie manufacturière de la CSN.

Au micro : Réjean Guay, président du Syndicat des travailleurs du chantier naval de Lauzon inc. À Droite, Yves Fortin, secrétaire général du Conseil central de Québec-Chaudières-Appalaches et Pierre Fortin, président du syndicat des employés du corps de sécurité Davie. Photo : Clément Allard

À propos des syndicats

Le Syndicat des travailleurs du chantier naval de Lauzon inc. (CSN) et le Syndicat de la sécurité du chantier naval (CSN) comptent ensemble plus de 1 000 membres au chantier Davie. Ils sont affiliés à la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM-CSN) qui rassemble plus de 30 000 travailleuses et travailleurs au sein de 320 syndicats répartis partout au Québec, ainsi qu’au Conseil central de Québec–Chaudière-Appalaches (CSN) qui représente plus de 250 syndicats regroupant 45 000 syndiqué-es. Pour sa part, la CSN compte plus de 300 000 membres dans toute la province provenant tant des secteurs privés que publics.

 

 

← Précédent Pour une transition juste 4 décembre 2017
Suivant → Abolition de la fonction de commissaire à la santé et au bien-être : une erreur 4 décembre 2017

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/une-delegation-syndicale-a-ottawa/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.