Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Une étape pour assurer le maintien des emplois à Lévis

Du même SUJET

Un congrès tout en solidarité pour le Conseil central du Saguenay Lac-Saint-Jean–CSN

Un congrès tout en solidarité pour le Conseil central du Saguenay Lac-Saint-Jean–CSN

Les congressistes présents ont pu échanger sur de nombreux enjeux touchant le monde du travail :…
Il ne faut pas oublier celles et ceux qui vivent de la forêt

Il ne faut pas oublier celles et ceux qui vivent de la forêt

Afin de rétablir la population de caribous forestiers, la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN) est consciente…
Rolls-Royce Canada doit redevenir un employeur de choix

Rolls-Royce Canada doit redevenir un employeur de choix

Au moment où tous les employeurs du Québec jouent du coude pour attirer et retenir la…
Les travailleurs de la Mine Noranda entérinent leur nouveau contrat de travail

Les travailleurs de la Mine Noranda entérinent leur nouveau contrat de travail

Réunis en assemblée générale hier, le 5 mai, les membres du Syndicat des travailleurs de la…
La CAQ trouvera la CSN sur son chemin

La CAQ trouvera la CSN sur son chemin

À l’approche de la prochaine campagne électorale, la présidente de la CSN, Caroline Senneville, met en…
La Coalition Union 138 reçoit des appuis

La Coalition Union 138 reçoit des appuis

À l’aube du déploiement de son plan d’action, la Coalition Union 138 obtient des appuis de…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Contrats de brise-glaces au chantier naval Davie

davie040

Une étape pour assurer le maintien des emplois à Lévis

La CSN se dit satisfaite de l’annonce par le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, d’entreprendre des discussions avec Davie pour la conversion de quatre brise-glaces pour la Garde côtière canadienne.

« Cependant, il ne s’agit que d’une étape pour assurer la pérennité des emplois et de Davie, le plus grand chantier naval au Canada, a réagi le président de la CSN, Jacques Létourneau. Le gouvernement fédéral doit assurer aux travailleuses et aux travailleurs du chantier de Lévis que Davie trouve son compte dans la stratégie nationale de construction navale, élaborée par le gouvernement précédent, qui l’a écarté au profit des chantiers de Vancouver et d’Halifax. C’est non seulement inéquitable, mais carrément inacceptable. »

Entretien entre Justin Trudeau et Jacques Létourneau, hier

Hier soir, le premier ministre Trudeau a eu une conversation téléphonique avec le président de la CSN. Il a été évidemment question des brise-glaces qui ont fait l’objet d’une annonce ce matin. Le premier ministre a toutefois été plus loin en se disant soucieux de la situation à Davie et de la précarité dans laquelle se retrouvent les travailleuses et les travailleurs de Lévis.

« J’ai rappelé à Monsieur Trudeau qu’il fallait beaucoup plus que ces brise-glaces pour assurer la pérennité du chantier et des emplois sur le long terme, que les besoins de la Défense nationale et de la Garde côtière étaient réels, et qu’à ce titre, son gouvernement a une responsabilité pour rétablir l’équité entre les trois chantiers navals du Canada », a poursuivi Jacques Létourneau.

Le premier ministre a reconnu que la situation était en effet préoccupante et a indiqué que d’autres discussions auront lieu entre la CSN et son bureau concernant la pérennité du chantier Davie.

« Nous sommes satisfaits de l’entretien que nous avons eu avec monsieur Trudeau, a mentionné le président de la CSN. Il doit nous démontrer que les actes suivent les paroles et, en ce sens, nous n’avons pas l’intention de diminuer la pression, bien au contraire, pour assurer l’avenir du chantier et ses quelque 1500 emplois. »

Avant les fêtes, le chantier naval Davie et ses travailleuses et travailleurs ont reçu l’appui d’un large éventail d’organisations, de partis politiques, de syndicats et d’entreprises.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket