COVID-19

21 mars 2020

Il faut miser sur le dialogue pour aider les anges gardiens

L’arrêté ministériel qui revoit les conditions de travail du personnel du réseau comporte le risque de mettre trop de pouvoirs entre les mains des employeurs, au moment où les anges gardiens ont besoin de notre support comme jamais.

Pour la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSSCSN), l’arrêté ministériel qui revoit les conditions de travail du personnel du réseau comporte le risque de mettre trop de pouvoirs entre les mains des employeurs, au moment où les anges gardiens ont besoin de notre support comme jamais.

« Plutôt que d’envoyer le signal que les parties locales doivent respecter les directives de la santé publique et qu’elles doivent se mettre au travail conjointement pour faire face à la crise, le gouvernement se donne les moyens de complètement chambouler les conditions de travail. Nous comprenons que le gouvernement doit se donner des moyens pour faire face à la crise, mais il doit s’en servir exceptionnellement et pas comme une façon de gérer le réseau. Nous savons déjà que lorsque des mesures exceptionnelles comme le temps supplémentaire obligatoire deviennent un mode de gestion, ça pose un sérieux problème pour le personnel », explique Jeff Begley, président de la FSSSCSN.

L’arrête ministériel est tellement large et donne tellement de pouvoirs aux directions que cela pourrait mener à des dérives, s’inquiète la FSSSCSN. C’est le cas notamment pour le déplacement du personnel, les horaires et les quarts de travail, le retour au travail accéléré de personnes en maladie et le recours au privé.

Cela est d’autant plus préoccupant que les directives de la santé publique sont actuellement appliquées à géométrie variable selon les établissements, au moment où tout devrait être fait pour protéger le personnel et la population. « Le personnel du réseau souhaite que tout soit fait pour limiter les risques de contamination et déployer les mesures de prévention et de protection. La situation actuelle engendre un stress important chez des travailleuses et travailleurs et il n’est pas nécessaire d’en rajouter en restreignant les conditions de travail », poursuit Jeff Begley.

« Depuis le début de cette crise, nous nous sommes mis au travail pour aider le réseau à traverser la pandémie. Dans les derniers jours, nous avons interpellé le ministère pour faire valoir nos préoccupations. Il faut éviter à tout prix une dérive autoritaire dans le réseau. Nous faisons un appel au dialogue dans les établissements. Les directions doivent éviter d’appliquer cet arrêté mur à mur. Les syndicats locaux sont bien placés pour soumettre des solutions pour améliorer les choses face à cette crise et nous devons être mis dans le coup », de conclure Jeff Begley.

← Précédent Message aux employeurs : « Ce n’est pas le temps de niaiser avec les mesures de prévention ! » 20 mars 2020
Suivant → Les syndicats des employé-es de la SAQ et de la SQDC déplorent le maintien de l’ouverture des succursales 23 mars 2020
Partager
Régions
  • Abitibi-Témiscamingue–Nord-du-Québec
  • Bas-Saint-Laurent
  • Cœur du Québec
  • Côte-Nord
  • Estrie
  • Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine
  • Lanaudière
  • Laurentides
  • Montérégie
  • Montréal métropolitain
  • Outaouais
  • Québec–Chaudière-Appalaches
  • Saguenay–Lac-Saint-Jean
Source
Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN)
Pour information
Hubert Forcier
514-209-3311

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/il-faut-miser-sur-le-dialogue-pour-aider-les-anges-gardiens/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.