Les groupes de médecine de famille et le projet Optilab rencontrent de la résistance en Estrie

Articles récents

Le Front commun confirme l’adoption de l’entente de principe

Le Front commun confirme l’adoption de l’entente de principe

Au terme des consultations menées auprès de 420 000 travailleuses et travailleurs du secteur public, le…
Les employés municipaux des loisirs et de la culture adoptent un mandat de GGI

Les employés municipaux des loisirs et de la culture adoptent un mandat de GGI

Réunis en assemblée générale hier, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs municipaux de la…
Les syndicats de la FSSS–CSN entérinent l'entente de principe sectorielle

Les syndicats de la FSSS–CSN entérinent l'entente de principe sectorielle

Les travailleuses et les travailleurs représentés par la Fédération de la santé et des services sociaux…
Entente de principe pour les chargé-es de cours de l’Université Laval

Entente de principe pour les chargé-es de cours de l’Université Laval

Une entente de principe est intervenue tard hier soir entre le Syndicat des chargées et chargés…
Les profs de cégep acceptent le projet de règlement conclu avec Québec

Les profs de cégep acceptent le projet de règlement conclu avec Québec

À la suite de la consultation des 61 assemblées générales représentant l’ensemble des profs du réseau collégial,…
Transport scolaire : le ministre Drainville doit intervenir

Transport scolaire : le ministre Drainville doit intervenir

Réunis devant l’Assemblée nationale lors d’une manifestation sur l’heure du midi, la Confédération des syndicats nationaux…

Ma place en santé

Laboratory research

Les groupes de médecine de famille et le projet Optilab rencontrent de la résistance en Estrie

Dans le cadre de la campagne Ma place en santé, j’y tiens, de nombreux travailleuses et travailleurs du réseau de la santé se sont réunis aujourd’hui devant le CSSS du Granit pour protester d’une part contre le déplacement d’activités des CLSC vers les groupes de médecine de famille (GMF), et d’autre part contre le transfert des trois quarts des activités du laboratoire du CSSS du Granit, situé à Lac-Mégantic, vers le mégalaboratoire du CIUSSS de l’Estrie. Ils estiment ces mesures tout-à-fait contre-productives, d’autant plus que la population a été durement éprouvée au cours des dernières années.

Un personnel qualifié… et épuisé
« Le personnel de la région de l’Estrie n’a plus à faire la preuve qu’il possède toutes les qualifications pour effectuer les analyses et les prélèvements dans les règles de l’art. Il a à cœur d’offrir à la population des services de grande qualité et il est le seul à pouvoir bien s’acquitter de cette importante responsabilité. Pourtant, le ministre persiste et signe avec ce projet qui entraînera plusieurs pertes et transferts d’emplois vers Sherbrooke », a d’abord fait valoir Isabelle Bolduc, présidente du Syndicat de la santé et des services sociaux du Granit.

« Le gouvernement se fout éperdument de la grogne que suscite son projet et ira de l’avant en transférant pas moins de 77 % des activités du laboratoire de Lac-Mégantic vers le mégalaboratoire de Sherbrooke. Tous les patients, y compris ceux qui sont en attente de résultats importants pour leur santé, auront à subir des délais d’obtention de résultats allongés. Le transport des échantillons vers Sherbrooke aura comme conséquence plus de risques d’erreurs et des dépassements de délais recommandés pour l’analyse des échantillons. Il n’y a absolument aucun gain en efficacité à faire avec cette réorganisation », a poursuivi la vice-présidente de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN), Mélissa Gaouette.

Des impacts concrets sur le public
« Ce sont les patients de la région de Lac-Mégantic et des environs qui devront attendre plus longtemps pour obtenir leurs résultats et qui seront perdants sur toute la ligne dans cette concentration de l’expertise à 100 kilomètres d’ici. Le Lac-Mégantic est l’un des points les plus éloignés sur le territoire par rapport au centre hospitalier de Sherbrooke », a ajouté le trésorier du Conseil central des syndicats nationaux de l’Estrie-CSN, Alexandre Simoneau, qui dénonce par ailleurs le très grand soutien que le gouvernement offre aux groupes de médecine de famille (GMF) : « Le gouvernement vient d’approuver 23 GMF en Estrie, sur 24 groupes qui en ont fait la demande. Autant dire que les travailleuses sociales, les psychologues, les physiothérapeutes et les nutritionnistes, notamment, toutes de précieuses ressources du secteur public, se trouveront à travailler désormais au bénéfice des médecins qui gèreront les GMF. »

« Les effets se feront sentir longtemps, trop longtemps, si rien n’est fait pour arrêter le ministre, a finalement conclu Jean Lacharité. Que fera-t-on des personnes qui n’auront plus accès aux services dans leur CLSC et qui se cogneront le nez aux portes des GMF ? On ne peut rester les bras croisés à attendre que le ministre vide les CLSC de leur personnel pour le rediriger, aux frais de la population, vers ces supercliniques privées à but lucratif. Cela réduira l’accès de trop de gens aux soins de santé : nous avons toutes et tous le droit de bénéficier des services pour lesquels nous payons notre juste part. »

À propos de la CSN
La CSN est la plus grande organisation syndicale dans le secteur de la santé et des services sociaux. Elle regroupeplus de 325 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket

À LA UNE

Le Point syndical  automne 2023