Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Trois mesures pour redonner espoir au personnel surchargé

Du même SUJET

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…
Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Le syndicat du préhospitalier de Montréal et de Laval interpelle le gouvernement Legault quant à la…
Vote de moyen de pression à l’unanimité

Vote de moyen de pression à l’unanimité

Insatisfaits du climat de travail et du manque d’ouverture de l’employeur, les chauffeurs d’autobus urbain du…
SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

Les membres du Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN ont profité d’une autre journée…
Une autre occasion ratée par le ministre Roberge

Une autre occasion ratée par le ministre Roberge

À quand une vraie reconnaissance pour toutes celles qui participent au développement de nos enfants en…
Les sages-femmes dénoncent le chantage de Sonia LeBel

Les sages-femmes dénoncent le chantage de Sonia LeBel

Flanquée des représentantes et représentants du Conseil central du Montréal métropolitain (CCMM–CSN) et de la Fédération…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Budget provincial et réseau de la santé et des services sociaux

Trois mesures pour redonner espoir au personnel surchargé

Le premier budget du gouvernement Legault doit être l’occasion de réparer les erreurs de l’ère libérale, selon la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN). L’état de crise du réseau illustre l’urgence de mettre les sommes nécessaires pour combler le manque à gagner des dernières années. Pour donner une nouvelle impulsion au réseau, la FSSS–CSN suggère trois mesures phares à inscrire dans le budget.

Le gouvernement Legault déposera le 21 mars prochain son premier budget. Ce sera l’occasion de prendre acte de ce qu’il entend faire pour régler la crise de détresse du personnel engendrée par la réforme Barrette et des années d’austérité. Depuis 2013-2014, les établissements du réseau de la santé et des services sociaux doivent s’organiser avec un manque à gagner de 7,5 milliards de dollars, comme l’avait dévoilé la FSSS–CSN dans les suites du dépôt du budget de 2018.

Pour redonner espoir au personnel surchargé et aux usagères et usagers exaspérés par l’attente, la FSSS–CSN propose trois mesures à financer dans le budget du 21 mars :

  1. Un montant de 500 millions de dollars pour l’embauche et l’amélioration des conditions de travail des préposé-es aux bénéficiaires;
  2. Un ajout immédiat de 500 millions de dollars dédiés à des mesures d’attraction et de rétention du personnel;
  3. Un financement récurrent de 500 millions de dollars en soins à domicile pour augmenter le personnel des CLSC et répondre aux besoins grandissants de la population.

Pour la FSSS–CSN, ces trois mesures sont le minimum pour redresser le réseau. « Il suffit de parler avec n’importe qui qui travaille dans le réseau pour comprendre l’urgence de réinvestir. Pour que le personnel voit la lumière au bout du tunnel, ça prend des sommes pour aider les préposé-es aux bénéficiaires, pour agir de manière plus large sur la pénurie qui touche l’ensemble du personnel du réseau et un financement récurrent pour enfin prendre le virage vers les soins à domicile », explique Jeff Begley, président de la FSSS–CSN.

La première mesure doit permettre de trouver des solutions pour améliorer les soins dans les CHSLD et les conditions de travail des préposé-es aux bénéficiaires. Mais comme la pénurie de personnel et la surcharge touchent l’ensemble du personnel, des professionnel-les en soins, en passant par le personnel paratechnique, des services auxiliaires et métiers, au personnel de bureau, aux techniciennes/techniciens et professionnel-les, un financement distinct de 500 millions de dollars pour la valorisation des emplois permettrait d’améliorer les choses. Pour ce qui est des soins à domicile, une étude de l’IRIS identifiait récemment la nécessité d’un financement de 4 milliards de dollars pour élargir les services offerts à la population. Selon la FSSS-CSN, un financement récurrent de 500 millions de dollars permettra d’attirer le personnel et de le former pour améliorer l’offre publique de soins à domicile.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket