Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Une belle victoire qui s’inscrit dans la lutte pour le 15 $ l’heure

Du même SUJET

Boulangerie Bridor: le Bureau confédéral vient appuyer les lock-outé-es

Boulangerie Bridor: le Bureau confédéral vient appuyer les lock-outé-es

« Vous méritez une convention collective digne de la job que vous faites », leur a d’abord dit…
Il est temps que la négociation débloque à la CDPDJ

Il est temps que la négociation débloque à la CDPDJ

Sans convention depuis plus d’un an, les employé-es de la CDPDJ demandent au Conseil du trésor…
Projet de loi 35 : une occasion unique pour les artistes, plaident leurs associations en commission parlementaire aujourd’hui

Projet de loi 35 : une occasion unique pour les artistes, plaident leurs associations en commission parlementaire aujourd’hui

D’entrée de jeu, les associations plaideront en faveur de la nécessité, pour les parlementaires, de saisir…
Ignorés par Québec, les avocates et avocats de l’aide juridique déclenchent la grève

Ignorés par Québec, les avocates et avocats de l’aide juridique déclenchent la grève

Après avoir tenu des lignes de piquetage devant les différents bureaux de l’aide juridique, les grévistes…
Un congrès fort engagé au Conseil central du Cœur du Québec–CSN

Un congrès fort engagé au Conseil central du Cœur du Québec–CSN

Le 10e Congrès du Conseil central du Cœur du Québec s’est conclu, ce midi, à l’hôtel Victorin…
Les avocats et avocates de l’aide juridique en grève mardi prochain

Les avocats et avocates de l’aide juridique en grève mardi prochain

Sans nouvelles du Conseil du trésor depuis l’obtention de leurs mandats de grève, les syndicats des…

Nouvelle convention collective chez Colabor

Colabor2

Une belle victoire qui s’inscrit dans la lutte pour le 15 $ l’heure

Réunis en assemblée générale hier après-midi, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs de Colabor, affilié à la Fédération du commerce (FC–CSN), ont voté à 88 % en faveur de l’entente de principe survenue le 10 juillet entre l’employeur et le syndicat.

Après six mois de négociation et une journée de grève, les travailleuses et les travailleurs de cette entreprise de distribution de produits alimentaires se sont dits très satisfaits de l’entente présentée. Parmi les gains obtenus, on trouve entre autres un important redressement salarial, une clause pour circonscrire davantage la sous-traitance dans l’entreprise et une bonification du régime de retraite. « Nous sommes fiers de ce que nous avons réalisé. C’est grâce à notre grande détermination et à notre mobilisation hors du commun que nous avons réussi à obtenir cette entente. Les membres étaient au rendez-vous à tous les moments clés de la négo », a lancé, Mario Bilodeau, président du Syndicat des travailleuses et travailleurs de Colabor.

Avec l’entente adoptée hier, les salaires d’entrée des employé-es de Colabor passeront d’environ 12,50 $ à 16 $ l’heure, des augmentations qui sont en droite ligne avec la revendication de la CSN pour un salaire minimum à 15 $ l’heure. « À la Fédération du commerce, nous adhérons complètement à cette revendication pour un salaire minimum décent. Négocier un revenu qui permet aux travailleuses et aux travailleurs que nous représentons de vivre et non pas de simplement survivre, c’est la base du travail syndical », a ajouté David Bergeron-Cyr, président de la Fédération du commerce (FC–CSN). Au Québec, le secteur du commerce de gros et de détail représente à lui seul près de 40 % des employés qui reçoivent le salaire minimum, soit 12 $ l’heure.

Dans le cadre de cette négociation, un travail conjoint a aussi été fait pour réorganiser les mouvements de main-d’œuvre, ce qui favorisera l’expansion de l’entreprise. Pour Annette Herbeuval, présidente du Conseil central de la Montérégie (CCM–CSN), l’entente ratifiée hier représente une belle victoire pour la région. « Je tiens à féliciter tous les employé-es de Colabor. Des avancées comme celles-ci bénéficient à toute la Montérégie. De bonnes conditions de travail, ça attire les travailleuses et les travailleurs chez nous et, de meilleurs salaires, ça fait de l’argent réinjecté dans l’économie régionale; c’est gagnant-gagnant. D’ailleurs, la bonne santé économique des villes, États et pays qui ont augmenté considérablement le salaire minimum en est la preuve. »

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket

ACTUALITÉS