Voici : taxonomy-csnqc_syndicat.php

Chantier Davie : une entente historique

Réunis en assemblée générale à la tête des ponts, les membres du Syndicat des travailleurs du chantier naval de Lauzon (CSN) ont adopté à 86 % l’entente de principe qui leur était soumise pour renouveler leur convention collective. Selon la CSN, il s’agit d’une entente historique qui permet, enfin, aux artisans du chantier Davie d’envisager l’avenir avec optimisme.

« La mobilisation impeccable des membres et leur soutien indéfectible nous ont permis d’atteindre nos objectifs et d’obtenir un rattrapage salarial majeur », explique Jean Blanchette, le président du syndicat. La nouvelle convention collective prévoit des augmentations de salaire pouvant aller jusqu’à 30,5 % pour les deux premières années et d’augmentations annuelles de 2,5 % par année ou l’IPC + 0,5 % selon le meilleur des deux. « De plus, nous avons été en mesure d’éliminer des irritants qui perduraient depuis des décennies », ajoute le syndicaliste. Par exemple, le calcul du service continu se fera désormais à partir de la date d’embauche plutôt qu’au nombre d’heures travaillées pour l’accumulation des vacances. De plus, le temps double est réintroduit et la fermeture du temps des fêtes sera rémunérée en entier.

« Après des années d’incertitude et de vaches maigres, les conditions de travail au chantier Davie s’étaient dégradées et n’étaient tout simplement plus compétitives », ajoute Louis Bégin, président de la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN), « cette entente, l’une des meilleures de la province, permettra au chantier Davie de reprendre sa place comme employeur de choix, ce qui est une condition essentielle à la croissance dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre. »

« La conjoncture actuelle de pénurie de main-d’œuvre rend ce genre d’entente possible avec les patrons qui acceptent de s’assoir et de négocier de bonne foi », explique la présidente de la CSN, Caroline Senneville, « ça permet de faire des gains substantiels pour les syndiqué-es, ce qui est toujours une bonne nouvelle. » De son côté, en plus de se rendre plus attractif, le chantier Davie obtient une convention collective de longue durée (8 ans) ce qui lui garantit la paix industrielle. « Ça va permettre aux parties de se mettre au travail et de construire l’avenir du chantier ensemble », poursuit la présidente de la CSN.

« C’est une étape importante qui est franchie aujourd’hui, il s’agit d’une entente historique qui permettra aux artisans de la Davie d’envisager l’avenir avec optimisme », poursuit Barbara Poirier, présidente du Conseil central de Québec–Chaudière-Appalaches (CSN), « mais il ne faut pas perdre de vue l’objectif ultime : intégrer la Davie comme troisième chantier dans la Stratégie nationale en matière de construction navale. » Selon la présidente du conseil central, « seule la confirmation de la Davie comme troisième chantier permettra de maintenir et de créer des emplois de qualité pour les décennies à venir et d’enfin utiliser les installations du chantier naval de Lévis à leur plein potentiel. » « Le conseil central croit à la Davie depuis le début, on ne lâchera pas le morceau tant que le dossier ne sera pas définitivement réglé », conclut-elle.

La FIM–CSN salue le choix de la Davie

À la suite de l’annonce de Marc Garneau, ministre fédéral des Transports, la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN) salue la décision du gouvernement fédéral d’avoir retenu les chantiers Davie pour mener à bien la construction de ces deux nouveaux navires.

« L’annonce du remplacement du CTMA Madeleine est une excellente nouvelle, d’abord pour les Madeliniennes et les Madelinots, mais tout autant pour les travailleurs et les travailleuses de la Davie. Nous attendions cette nouvelle avec impatience et nous nous réjouissons davantage qu’un autre traversier soit annoncé en même temps. Nous savions très bien qu’actuellement la Davie était le seul chantier disposé à accepter un tel projet puisque les autres chantiers canadiens peinent déjà à livrer au gouvernement fédéral plusieurs navires attendus depuis fort longtemps. Nous souhaitons  donc  que les travaux débutent le plus rapidement possible afin de favoriser un retour au travail tout aussi rapide pour les travailleurs et les travailleuses sur la liste de rappel de la Davie », de souligner Louis Bégin, président de la FIM–CSN.

Depuis le 18 janvier dernier, à la suite de l’annulation du contrat de desserte maritime des Îles-de-la-Madeleine liant le gouvernement du Québec et la Coopérative de transport maritime et aérien (CTMA), la FIM–CSN avait formulé à plusieurs reprises le souhait que les pouvoirs publics favorisent un investissement local.

La FIM–CSN rassemble plus de 30 000 travailleuses et travailleurs réunis au sein de 320 syndicats, partout au Québec.

Enfin une ouverture ?

Reconnaissant bien tardivement les graves lacunes de sa stratégie maritime, le gouvernement fédéral ouvre enfin la porte à l’inclusion d’un troisième chantier, visiblement la Davie. Cet état de fait n’a toutefois pas empêché le premier ministre Justin Trudeau d’octroyer le 22 mai dernier les contrats de construction de 18 nouveaux navires aux chantiers de Vancouver et de Halifax, pourtant inondés de contrats fédéraux. La CSN souhaite que l’appel d’offres s’effectue rapidement, afin que la Davie obtienne sa juste part de contrats avant l’échéance électorale d’octobre prochain.

La FIM souhaite que le contrat revienne à la Davie

À la suite de l’annonce de Marc Garneau, ministre fédéral des Transports, de remplacer l’actuel navire Madeleine sans avoir recours à un appel d’offres, la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN) souhaite que le gouvernement fédéral choisisse les chantiers Davie pour mener à bien la construction de ce nouveau navire.

« Depuis l’annulation du contrat de construction du navire qui devait remplacer le CTMA Madeleine, nous attendions cette nouvelle avec impatience. Or, nous savons très bien qu’actuellement, le seul chantier disposé à accepter un tel projet est celui de la Davie, puisque les autres chantiers canadiens peinent déjà à livrer au gouvernement fédéral plusieurs navires attendus depuis fort longtemps, de préciser Louis Bégin, président de la FIM–CSN. Il est grand temps que le gouvernement fédéral reconnaisse l’importante expertise du plus grand chantier canadien qui fut laissé pour compte dans le cadre de la Stratégie nationale de construction navale du Canada. Il est également temps de rassurer les Madeliniennes et les Madelinots qui attendent aussi cette annonce qui, à terme, garantira le service essentiel de traversier auquel ils ont droit. »

Le 18 janvier dernier, à la suite de l’annulation du contrat de desserte maritime des Îles-de-la-Madeleine liant le gouvernement du Québec et la Coopérative de transport maritime et aérien (CTMA), la FIM–CSN avait formulé le souhait que le gouvernement du Québec favorise un investissement local.

La FIM–CSN rassemble plus de 30 000 travailleuses et travailleurs réunis au sein de 320 syndicats, partout au Québec.

Chantier Davie est prêt

Les 300 délégué-es de la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN), réunis en congrès cette semaine à Lévis, se sont rendus en fin d’après-midi au chantier maritime de la Davie pour souligner l’engagement de la CSN et de Chantier Davie Canada à tout mettre en œuvre afin d’assurer la pérennité du plus important chantier naval au Canada. Le rassemblement réunissait les salarié-es du chantier, leurs syndicats, les cadres, le personnel de direction ainsi que des membres de la communauté.

« Grâce à notre mobilisation, tant sur le plan local, régional que national, avec l’appui de la CSN, nous avons obtenu quelques engagements qui nous ont permis d’éviter une fermeture complète du chantier. On a encore beaucoup de pain sur la planche pour s’assurer d’une véritable pérennité du chantier. Au nom des syndicats CSN du chantier et de tous les travailleurs, je tiens à remercier toute la communauté pour son appui extraordinaire », se réjouit le président du Syndicat des travailleurs du chantier naval de Lauzon (CSN), Régent Guay.

« Le Canada a besoin plus que jamais de son plus grand chantier naval, Chantier Davie. Le gouvernement le reconnaît dans ses propres rapports de manière catégorique : la flotte fédérale rouille plus vite qu’elle ne peut être remplacée. Où les autres ont échoué, Davie a prouvé sa capacité à réaliser les programmes dans les délais fixés et selon le budget prévu », poursuit le président et chef de la finance de Davie, James Davies.

« On attend davantage du gouvernement Trudeau, enchaîne le président de la Confédération des syndicats nationaux (CSN), Jacques Létourneau. Le gouvernement a la responsabilité d’assurer un partage équitable des retombées économiques des contrats qu’il octroie lui-même. En excluant le plus gros chantier maritime du Canada de sa stratégie maritime, le gouvernement nuit énormément au développement économique de toute la région. Un changement de cap s’impose. »

Pour Louis Bégin, président de la FIM–CSN, à laquelle sont affiliés les trois syndicats du chantier naval, la mobilisation de tous les acteurs doit se poursuivre jusqu’à ce qu’on obtienne des annonces véritablement structurantes assurant l’avenir de la Davie. « Le Canada doit soutenir ses industries de pointe et la première façon de le faire est de s’assurer que les contrats qu’il octroie lui-même aient des retombées positives pour toute la population. Si ce chantier ferme par manque de travail, c’est une perte nette d’expertise pour l’entreprise, car ces travailleurs qualifiés vont se replacer ailleurs et la relance sera encore plus difficile. Comme plus grand donneur de contrats dans le domaine, il est important que le gouvernement planifie ses décisions de façon à jouer un rôle de levier pour consolider l’industrie et les emplois. »

La présidente du Conseil central de Québec Chaudière-Appalaches, Ann Gingras, était également présente lors de ce rassemblement. « Nous allons continuer de frapper à toutes les portes pour que le gouvernement fédéral agisse afin de corriger l’incroyable injustice qui règne depuis sept ans maintenant dans notre région. Les députés et les ministres fédéraux n’ont pas fini de nous voir et de nous entendre. Nous maintiendrons la pression tant que Davie n’obtiendra pas sa juste part des contrats fédéraux qui est bien au-delà du maigre 1% des contrats octroyé à date, particulièrement en cette année pré-électorale qui débutera prochainement. »

Davie: l’inauguration de l’Astérix confirme l’expertise des syndiqué-es CSN

Le jeudi 20 juillet, le plus grand constructeur naval au pays a inauguré l’Astérix, le premier grand navire militaire construit au Canada depuis une vingtaine d’années. En seulement 18 mois de travail, l’ancien porte-conteneurs a été transformé en navire de ravitaillement et sera loué à la Marine canadienne.

Grâce à leur expertise, les travailleuses et les travailleurs ont permis la conversion du bateau en respectant les délais et les budgets. Ils ont toutes les raisons d’être fiers. Le succès de l’Astérix vient prouver une fois de plus que le chantier maritime Davie de Lévis dispose de la main-d’œuvre la plus qualifiée, et doit être placé en tête pour obtenir davantage de projets d’envergure de la Marine canadienne. Les élu-es, toutes allégeances politiques confondues, doivent en tirer des conclusions pour l’avenir.

L’entente de principe est adoptée

Les syndiqué-es du Chantier naval Davie ont adopté aujourd’hui à 61,3 % l’entente de principe intervenue le 19 juillet entre l’employeur et le syndicat. « Les travailleurs et travailleuses du chantier nous ont mandatés afin de négocier intensivement avec l’employeur et d’en arriver à une entente satisfaisante. Celle qui a été adoptée aujourd’hui comporte plusieurs gains pour les membres et permettra au chantier de soumissionner sur les contrats du gouvernement fédéral, dont celui concernant le radoub du brise-glace Pierre-Radisson », a souligné d’entrée de jeu le président du syndicat, Raphaël Jobin.

Rappelons que le gouvernement fédéral exige des soumissionnaires la preuve que les conventions collectives signées avec leurs différents groupes de travailleurs seront valides pour la durée des travaux prévus sur un navire. Pour donner la chance aux parties du chantier Davie d’en arriver à une entente et de soumissionner sur le Pierre Radisson, une semaine supplémentaire a été accordée par le gouvernement aux parties soumissionnaires, le 8 juillet dernier.

Les gains

Les travailleuses et les travailleurs ont notamment obtenu une augmentation de salaire de 13 % sur cinq ans. Ils recevront 2,5 % en juillet 2016, 2,5 % en janvier 2017 et 2 % les années suivantes. Le syndicat est également allé chercher pour les membres une progression plus rapide dans les échelles pour l’obtention des vacances ainsi qu’une bonification au dernier échelon. La prime pour les équipes de soir, qui était désuète et qui faisait l’objet de négociation depuis longtemps, a pour sa part été majorée pour passer de 0,75 $ à 1,25 $ l’heure. Une prime additionnelle sera de plus allouée aux employé-es attitrés à l’ébarbage, qui recevront une formation spécifique pour réaliser cette tâche complexe. Un système de retraite progressive a également été mis en place ainsi qu’un meilleur mécanisme pour encadrer la sous-traitance.

« Il faut souligner l’acharnement et la détermination des membres du comité de négociation pour arriver à une entente qui prévoit une amélioration pour les travailleuses et les travailleurs qu’il représente. Cette entente permet la poursuite des démarches qui visent la pérennité de ce chantier une fois pour toutes. On poursuivra d’ailleurs nos efforts tant et aussi longtemps que l’avenir de ce dernier chantier québécois ne sera pas assuré », a pour sa part commenté la présidente du Conseil central de Québec Chaudière-Appalaches (CSN), Ann Gingras

« En votant pour cette entente, les travailleuses et travailleurs mettent tout en œuvre pour favoriser le travail du plus grand nombre. C’est tout à leur honneur. Aujourd’hui, ils ont fait des gains concrets relativement à leurs conditions de travail qui s’effritaient depuis plusieurs années. Il faut saluer cette entente », conclut le président de la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN), Alain Lampron.

À propos de la FIM-CSN et de la CSN

Le Syndicat des travailleurs du chantier naval de Lauzon est affilié à la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN), laquelle rassemble plus de 30 000 travailleuses et travailleurs réunis au sein de 320 syndicats, partout au Québec.

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s’engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 325 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.

 

 

Les travailleurs du chantier naval Davie rejettent l’offre patronale

Les travailleuses et travailleurs du chantier Davie ont rejeté la proposition patronale, qu’ils ont jugée indécente, à 91 %.

« Les travailleurs ont choisi de rejeter massivement la proposition de l’employeur. Ils se sentent insultés par cette offre qui nie les qualifications de cette main-d’œuvre spécialisée ainsi que les conditions particulières dans lesquelles les employé-es travaillent », a souligné d’entrée de jeu le président du syndicat, Raphaël Jobin.

L’employeur offre une reconduction de la convention pour une période de 18 mois, une augmentation de salaire de 1 % au 1er juillet 2016 et de 1 % au 1er janvier 2017 ainsi qu’un bonus de signature de 0,5 % sur les 12 derniers mois de juillet 2015 à juillet 2016.

« L’employeur demandait un chèque en blanc aux travailleurs, sans aucune garantie d’obtenir des contrats, affirme la présidente du Conseil central de Québec Chaudière-Appalaches-CSN, Ann Gingras. Elle souligne aussi que pour pouvoir bien accomplir des contrats, il faut des conditions de travail décentes afin d’attirer et de maintenir une main-d’œuvre qualifiée.

Le syndicat rappelle avoir tout fait avant même l’échéance de la convention collective pour obtenir une entente afin d’avoir les coudées franches pour pouvoir soumissionner sur les contrats. « Dire oui à cette offre, ce serait nuire à la rétention du personnel et au maintien de l’expertise qualifiée du chantier. Ce serait contribuer à faire sombrer l’entreprise pour laquelle les employés de la Davie sont fiers de travailler », a ajouté Ann Gingras.

« L’entreprise a déjà été une référence en matière de conditions de travail de ses employé-es, mais a été dépassée largement par les autres chantiers concurrents ainsi que par les entreprises de la région pour des emplois comparables. Elle ne peut vouloir offrir un salaire aussi dérisoire et espérer être un joueur de premier plan lors des appels d’offres », poursuit Raphaël Jobin.

Le président de la Fédération de l’industrie manufacturière–CSN, Alain Lampron, rappelle que les travailleurs du chantier sont parmi les meilleurs en Amérique du Nord et qu’ils ont mérité l’édition 2015 du prix Lloyd. « Leurs compétences sont reconnues partout. Ils réclament à présent la reconnaissance concrète de leur travail et la Fédération sera à leur côté pour les appuyer dans cette voie ».

Mises à pied au Chantier naval Davie

La Confédération des syndicats nationaux (CSN) trouve inacceptable la suppression de 134 postes annoncée aujourd’hui au Chantier naval Davie. Les travailleuses et les travailleurs font une fois de plus les frais d’un litige inqualifiable. La CSN demande au ministère des Transports d’intervenir dans le litige entre le Chantier et la Société des traversiers du Québec (STQ) qui actuellement ne trouve aucune issue.

davie06
Photo : Pascal Ratthé

« C’est encore une fois les travailleuses et les travailleurs qui font les frais des démêlées entre la Davie et la STQ. C’est désolant de voir l’employeur se comporter de cette façon sans aviser le syndicat des mises à pied », a dénoncé le président du syndicat des travailleurs du Chantier naval de Lauzon inc. (FIM–CSN), Raphaël Jobin.

davie005
Raphaël Jobin, président du syndicat des travailleurs du Chantier naval de Lauzon inc. | Photo : Pascal Ratthé

« Nous tentons depuis de nombreuses semaines de participer aux échanges entre les parties, sans résultat. Il est bien difficile dans cette situation de démêler le vrai du faux » a souligné le président de la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–­CSN), Alain Lampron.

« À force de faire des réembauches et des mises à pied répétitives, nous allons perdre l’expertise qui se tournera vers d’autres entreprises plus stables. C’est sans compter l’insécurité qui est causée dans les familles touchées. Est-ce que c’est le but que le gouvernement du Québec cherche à atteindre ? », conclut la présidente du Conseil central de Québec Chaudière-Appalaches (CCQCA–CSN), Ann Gingras.

Une proposition d’appui au Syndicat, en marge du congrès du CCQCA–CSN a été adoptée à l’unanimité par l’ensemble des syndicats de la région : « Que le congrès du CCQCA dénonce les 134 mises à pied que Davie Canada vient d’effectuer et réitère son entier appui au Syndicat des travailleurs du chantier naval de Lauzon dans sa lutte pour l’emploi et l’amélioration des conditions de travail des travailleuses et des travailleurs. »

La CSN demande au gouvernement fédéral de faire confiance à l’expertise québécoise dans son prochain budget

À la veille du budget fédéral, la CSN invite le gouvernement du Canada à prêter une attention particulière aux offres soumises par le chantier naval Davie pour la construction de navires et de brise-glace de la Garde côtière canadienne.

Rappelons que le nouveau gouvernement à Ottawa a annoncé récemment qu’il voulait revoir et réformer la Stratégie nationale d’approvisionnement en matière de construction navale afin de remplacer les flottes vieillissantes de la Marine royale canadienne. Les chantiers de Halifax et de Vancouver qui ont remporté les contrats lors de la mise en place de cette Stratégie par les conservateurs il y a cinq ans se sont concentrés sur la modernisation plutôt que sur la construction de navires. « Les libéraux ont récemment reconnu l’urgent besoin de bateaux au Canada, souligne la présidente du conseil central de Québec Chaudière-Appalaches (CSN), Ann Gingras. La Davie représente plus de 50 % de la capacité navale au pays. Elle est tout à fait en mesure de combler ces besoins de construction que les autres chantiers ne semblent pas pouvoir satisfaire. »

Indécent
« Il est indécent d’entendre le député conservateur Steven Blaney demander au gouvernement fédéral de reconsidérer l’offre de la Davie, alors qu’il est demeuré passif et qu’aucun contrat n’a été accordé au chantier durant le trop long règne de son gouvernement. Les conservateurs ont toujours préféré à la Davie des joueurs hors Québec dans l’attribution des contrats! », s’exclame Ann Gingras. Cela dit, nous demandons au gouvernement Trudeau, qui a déjà entrepris une démarche de modification de la Stratégie en confiant le projet Resolve à la Davie, de continuer à faire confiance à l’expertise de ce chantier maritime et de contribuer à la création de centaines d’emplois dans la région de Québec », conclut-elle.

Mises à pied au chantier naval Davie

La Confédération des syndicats nationaux (CSN) est très préoccupée par les 189 postes qui ont été supprimés et les nombreux autres qui risquent de l’être dans les prochaines semaines si le conflit entre le chantier et la Société des traversiers du Québec (STQ) ne trouve aucune issue.
« Le syndicat est à pied d’œuvre pour faire en sorte de dénouer l’impasse dans le respect de la convention collective », a souligné le président du syndicat des travailleurs du Chantier Naval de Lauzon inc. (CSN) Raphaël Jobin.

« Nous nous activons pour faire en sorte de trouver des solutions afin de ramener au plus vite les syndiqué-es au travail. C’est là notre priorité. Ils n’ont pas à faire les frais de la situation actuelle », a souligné le président de la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM-CSN), Alain Lampron.

« Il faut que le conflit se règle dans les plus courts délais et nous suivons de très près le dossier. Nous invitons aussi le gouvernement à intervenir pour faire en sorte que cette mésentente se règle au plus vite, car pour l’instant ce sont les employé-es qui en paient le
prix », conclut la présidente du Conseil central de Chaudière-Appalaches, Ann Gingras.

Selon les dires de l’employeur, la Davie réclame à la STQ qui a commandé la construction de deux traversiers la somme supplémentaire de 20 M$ pour des points techniques qui n’étaient pas prévus au contrat initial.

La CSN s’active pour trouver une solution

La Confédération des syndicats nationaux (CSN) est très préoccupée par les 189 postes qui ont été supprimés et les nombreux autres qui risquent de l’être dans les prochaines semaines si le conflit entre le chantier naval Davie et la Société des traversiers du Québec (STQ) ne trouve aucune issue.

« Le syndicat est à pied d’œuvre pour faire en sorte de dénouer l’impasse dans le respect de la convention collective », a souligné le président du syndicat des travailleurs du Chantier Naval de Lauzon inc. (CSN) Raphaël Jobin.

« Nous nous activons pour faire en sorte de trouver des solutions afin de ramener au plus vite les syndiqué-es au travail. C’est là notre priorité. Ils n’ont pas à faire les frais de la situation actuelle », a souligné le président de la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM-CSN), Alain Lampron.

« Il faut que le conflit se règle dans les plus courts délais et nous suivons de très près le dossier. Nous invitons aussi le gouvernement à intervenir pour faire en sorte que cette mésentente se règle au plus vite, car pour l’instant ce sont les employé-es qui en paient le
prix », conclut la présidente du Conseil central de Chaudière-Appalaches, Ann Gingras.

Selon les dires de l’employeur, la Davie réclame à la STQ qui a commandé la construction de deux traversiers la somme supplémentaire de 20 M$ pour des points techniques qui n’étaient pas prévus au contrat initial.

Nouveau contrat de 700 millions de dollars

L’attente d’un contrat pour la construction d’un ravitailleur pour la Marine royale canadienne a été interminable pour les 800 syndiqué-es CSN du chantier de Lévis, le plus important au Canada. Après 16 mois, le contrat de transformation d’un porte-conteneurs de 20 000 tonnes en navire de ravitaillement, équipé d’un hôpital pour des missions humanitaires, a finalement été signé à la fin novembre par le nouveau gouvernement fédéral. Il était moins une pour plusieurs travailleurs et travailleuses.

« C’est une très bonne nouvelle pour nos membres, a réagi Raphaël Jobin, nouveau président du Syndicat des travailleurs du Chantier naval de Lauzon, affilié à la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM-CSN). Ça met fin à beaucoup d’inquiétude sur le chantier. On va enfin être assurés d’avoir du travail pour les 18 à 24 mois à venir. » Au printemps 2015, 234 employé-es avaient été mis à pied, faute de contrat. Environ 400 nouveaux emplois seront générés par ce nouveau contrat.

« Enfin !, s’est exclamée Ann Gingras, présidente du Conseil central de Québec Chaudière-Appalaches (CCQCA-CSN). C’est un juste retour des choses que l’octroi de ce contrat à la Davie, alors que les conservateurs ont donné en 2011 plus de 33 milliards de dollars de contrats de la Marine royale canadienne aux seuls chantiers de Vancouver et de Halifax. »

« Le chantier naval de Lévis, qui compte 190 années d’existence, peut aider à répondre aux multiples besoins de l’industrie maritime du Canada. Ce que l’on veut, c’est que le chantier ait voix au chapitre, tout comme les autres chantiers », renchérit Alain Lampron, président de la FIM-CSN.

Le contrat du ravitailleur suscite beaucoup d’espoir, notamment parce que le nouveau gouvernement fédéral de Justin Trudeau a promis des investissements majeurs dans la Marine royale canadienne. Dans leur programme, les libéraux ont décrit ainsi le règne de neuf années des conservateurs : « La Marine royale canadienne se classe sous le Bangladesh en matière de capacité et ne peut plus être considérée comme une marine hauturière. » Parmi les besoins identifiés, on y note des « brise-glaces, des navires de ravitaillement, des navires de patrouille extracôtiers de l’Arctique, des navires de combat de surface, et autres ressources dont la marine a besoin ».

La CSN applaudit la décision d’Ottawa de signer le contrat du ravitailleur Asterix

Les représentants des 800 travailleuses et travailleurs du Chantier naval de Lauzon et la CSN accueillent favorablement la décision d’Ottawa de signer le contrat de transformation du porte-conteneurs Asterix en ravitailleur pour la Marine royale canadienne, évalué à 700 millions de dollars. Cette annonce est survenue immédiatement après qu’une délégation de la CSN ait rencontré le nouveau ministre du Transport, M. Marc Garneau, cet après-midi.

« C’est une très bonne nouvelle pour les travailleurs que nous représentons, affirme Raphaël Jobin, président du Syndicat des travailleurs du Chantier naval de Lauzon inc. (CSN). Ça met fin à beaucoup d’inquiétude qui régnait sur le chantier. Nos travailleurs vont enfin être assurés d’avoir du travail pour les 18 à 24 mois à venir. D’ici là, on espère que d’autres contrats d’envergure viendront remplir le carnet de commandes du chantier. »

« On ne peut qu’applaudir à cette décision du nouveau gouvernement fédéral, ajoute Francine Lévesque, vice-présidente de la CSN. Pour la première fois depuis des années, le gouvernement s’est résolu à considérer le chantier de Lauzon parmi les autres chantiers pour l’octroi de contrats de la Marine royale canadienne. Le chantier de Lévis, nommé meilleur constructeur nord-américain selon la Lloyd’s List North American Maritime Awards 2015, a toutes les capacités et la main-d’œuvre requises et est prêt dès demain à livrer la marchandise dans les délais. »

« Enfin !, commente pour sa part Ann Gingras, présidente du Conseil central de Québec-Chaudière-Appalaches (CCQCA-CSN). C’est un juste retour des choses que l’octroi de ce contrat au chantier de Lauzon, alors que les conservateurs ont donné en 2011 plus de 33 milliards de dollars de contrats de la Marine royale canadienne aux seuls chantiers de Vancouver et de Halifax. Maintenant, ce que l’on souhaite pour l’avenir, c’est que le chantier de Lauzon ne soit plus jamais oublié et qu’on puisse le consolider en le traitant équitablement. »

La CSN estime qu’avec ce contrat, le chantier de Lauzon peut se qualifier pour l’obtention d’autres contrats de construction navale identifiées dans la plateforme libérale de la dernière campagne électorale. On peut y lire qu’après neuf années de règne conservateur, « la Marine royale canadienne se classe sous le Bangladesh en matière de capacités et ne peut plus être considérée comme une marine hauturière. » Parmi les besoins identifiés, on note des « brise-glaces, navires de ravitaillement, navires de patrouille extracôtiers de l’Arctique, navires de combat de surface, et autres ressources dont la marine a besoin ».

Pour Alain Lampron, président de la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM-CSN) : « Le chantier naval de Lévis, qui compte 190 années d’existence, peut aider à répondre aux multiples besoins de l’industrie maritime du Canada. Ce que l’on veut, c’est que le chantier ait droit au chapitre, tout comme les autres chantiers. »

À propos de la CSN

Le Syndicat des travailleurs du Chantier naval de Lauzon inc. représente 800 membres. Il est affilié à la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM-CSN), qui représente près de 30 000 syndiqué-es partout au Québec, de même qu’au Conseil central de Québec-Chaudière-Appalaches (CCQCA-CSN) qui compte sur une base régionale 45 000 membres provenant des secteurs public et privé. Pour sa part, la CSN rassemble plus de 325 000 membres présents dans tous les secteurs d’activité, privé et public.

Appel au nouveau gouvernement fédéral pour la signature du contrat du ravitailleur de la Marine royale canadienne

Les travailleuses et les travailleurs membres de deux syndicats du Chantier naval de Lauzon et la CSN s’inquiètent que le contrat de reconversion d’un porte-conteneurs en ravitailleur ne soit pas encore signé alors qu’il aurait dû l’être depuis juillet dernier. Ils invitent le nouveau premier ministre Justin Trudeau à concrétiser la réalisation de ce navire essentiel à la Marine royale canadienne, tout en lui réitérant l’importance de respecter ses engagements pour assurer le l’avenir de l’industrie maritime et en particulier celui du Chantier de Lauzon.

« Il est crucial que le contrat du ravitailleur MS Asterix soit signé rapidement, fait valoir Raphael Jobin, le nouveau président du Syndicat des travailleurs du Chantier naval de Lauzon inc. (CSN). Le navire est à quai depuis le 8 octobre. Nos travailleurs veulent entreprendre sa reconversion, ce qui leur assurerait des emplois de qualité pour les 18 mois à venir. Il faut que le gouvernement donne vite le coup d’envoi aux travaux en signant le contrat, sans quoi il y aura encore d’importantes mises à pied d’ici les prochaines semaines, en plus de faire peser une menace sur l’avenir du chantier qui est loin de crouler sous les contrats. » En pleine campagne électorale, les conservateurs de Stephen Harper avaient semé l’émoi chez les travailleurs du chantier en affirmant en septembre qu’ils avaient « du travail par-dessus la tête » grâce aux contrats attribués en 2011, alors que les 234 mises à pied survenues au printemps 2015 et la sous-utilisation des installations et des équipements prouvaient plutôt le contraire.

« En outre, ajoute Ann Gingras, présidente du Conseil central de Québec-Chaudière-Appalaches (CCQCA-CSN), jamais le chantier n’a été considéré quand les conservateurs ont octroyé 33 milliards de dollars de contrats à Vancouver et à Halifax. De ces contrats, la seule chose que le chantier a obtenu est une lettre d’intention signée par le gouvernement fédéral, le 31 juillet dernier, à l’effet de construire éventuellement un ravitailleur, le tout annoncé en grande pompe peu avant le déclenchement des élections ! Nous espérons que le nouveau gouvernement comprendra toute l’importance que revêt ce chantier pour les travailleuses et les travailleurs ainsi que pour l’économie de la région. »

Pour Jean Lortie, « Le nouveau gouvernement de Justin Trudeau s’est engagé à réviser l’investissement lié à l’acquisition d’avions CF-35 et à investir davantage dans l’industrie maritime. Il a donc une occasion en or de rétablir l’équité de traitement entre les différents chantiers canadiens et québécois. À la CSN, nous sommes disposés à travailler de concert avec le gouvernement pour l’aider à concrétiser ses promesses de soutenir l’industrie navale au Québec. »

Dans son programme officiel, le Parti libéral du Canada a identifié les besoins en matière de constructions navales au pays, dont la nécessité de se doter de « brise-glaces, navires de ravitaillement, navires de patrouille extracôtiers de l’Arctique, navires de combat de surface, et autres ressources dont la marine a besoin ». Pour Alain Lampron, président de la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM-CSN) : « Le Chantier de Lauzon est non seulement le plus grand au Canada, mais il a aussi la capacité technologique, la main-d’œuvre et l’expertise nécessaires pour répondre aux différents besoins maritimes. Le gouvernement fédéral doit enfin reconnaître que le chantier peut contribuer, comme les autres chantiers, au renforcement de l’industrie navale au Canada, comme il le fait depuis maintenant 190 ans ! »

Les travailleurs et les travailleuses ne veulent pas être les oubliés de la campagne électorale

Loin de crouler sous les contrats, le chantier naval Davie fonctionne plutôt à la moitié de ses capacités par faute de contrats fédéraux. Voilà pourquoi le Syndicat des travailleurs du chantier naval de Lauzon inc. (CSN) et la Confédération des syndicats nationaux (CSN) interpellent tous les partis politiques et leurs candidats pour qu’ils prennent des engagements clairs et sonnants pour assurer l’avenir du plus important chantier maritime en Amérique du Nord.

Jean Blanchette, président du syndicat, qui représente environ 800 membres, se dit très préoccupé par la situation au chantier : « On ne peut pas affirmer qu’on a du « travail par-dessus la tête », comme l’a dit Stephen Harper. Au contraire, les installations et la machinerie demeurent largement sous-utilisées. Au printemps, 234 travailleuses et travailleurs ont été mis à pied alors que les grands chantiers au Canada connaissent une croissance constante de leur main-d’œuvre. Et ce qui n’aide en rien, certains contrats tardent à être signés comme c’est le cas du ravitailleur promis de la Marine royale canadienne. Ce n’est rien pour rassurer nos travailleuses et nos travailleurs. Le chantier Davie doit être une priorité électorale. On ne veut plus être oubliés ! »

En 2011, le gouvernement fédéral a octroyé plus de 33 milliards de dollars à deux chantiers navals, dont 8 milliards au groupe Seaspan de Vancouver, et 25 milliards à Irving de Halifax. Or, jamais le chantier Davie n’a été considéré dans l’octroi des contrats fédéraux, malgré une recommandation très favorable de l’Association de la construction navale du Canada adressée personnellement au premier ministre Stephen Harper, en janvier 2009.

En outre, depuis son acquisition par le groupe Inocea en 2012, le chantier Davie a obtenu la mention de « Meilleur constructeur naval nord-américain » par Lloyd’s List North American Maritime Awards 2015, devant General Dynamics NASSCO, un important constructeur de navires militaires des États-Unis.

Ann Gingras, présidente du Conseil central de Québec-Chaudière-Appalaches (CCQCA-CSN), est catégorique : « Les travailleurs et les travailleuses ne veulent plus se contenter de se faire dire par qui que ce soit qu’ils ont obtenu leur part du gâteau comme l’a affirmé cette semaine Steven Blaney, candidat de Lévis, alors qu’il n’en est absolument rien. Maintenant, tous les partis politiques et les candidats régionaux doivent « se mouiller » et dire ce qu’ils entendent faire concrètement pour assurer la pérennité de cet important chantier qui compte 190 ans d’activités maritimes, une main-d’œuvre qualifiée, un savoir-faire indéniable et des équipements à la fine pointe de la technologie. » « Les différents candidats doivent comprendre que l’enjeu ici, c’est l’avenir même du chantier maritime de Lévis et celui de centaines de travailleuses et de travailleurs et de leurs familles, lance Michel Tétreault, vice-président et trésorier de la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM-CSN).

C’est sans compter que les activités de construction maritimes ont des impacts majeurs sur l’économie de la région. Tous les partis politiques ont le devoir de prendre clairement position pour son développement, et non de se contenter de dire que tout va bien et qu’il n’y a plus rien à faire. »

Il convient de rappeler certains appuis apportés au chantier Davie dans ses démarches pour obtenir des contrats fédéraux, à commencer par la Conférence des préfets des MRC de Chaudière-Appalaches, le 26 juin 2015. Auparavant, le conseil de la Ville de Lévis avait adopté une résolution similaire, le 15 juin. Enfin, une motion unanime de l’Assemblée nationale du Québec, votée le 30 septembre 2014, demandait au gouvernement fédéral de répondre positivement à une proposition du chantier concernant la construction du brise-glace Diefenbaker confié à l’entreprise Seaspan de Vancouver. Pour Jean Lortie, secrétaire général de la CSN : « Le gouvernement fédéral doit cesser d’ignorer le chantier Davie alors qu’il dispose des atouts nécessaires pour répondre aux nombreux besoins de l’industrie maritime. Le Canada a besoin d’une politique industrielle solide et le chantier Davie doit en faire partie et recevoir sa juste part des contrats fédéraux. »

Une annonce fédérale qui n’en est pas une !

Le Syndicat des travailleurs du chantier naval de Lauzon (CSN) se dit très déçu de voir qu’Ottawa s’enlise dans des discussions « préliminaires » et interminables avec les propriétaires du chantier sur un éventuel octroi de contrat de ravitailleurs militaires alors qu’il s’attendait à une véritable prise de décision. Le Syndicat entend donc poursuivre son plan d’action lancé en mai dernier pour interpeller et exiger du fédéral sa part des contrats navals accordés à Vancouver et à Halifax.

Jean Blanchette, l’actuel président du Syndicat des travailleurs du chantier naval de Lauzon (CSN), ne cache pas sa frustration : « On se serait attendu à ce que le gouvernement fédéral annonce clairement sa décision de construire des ravitailleurs après toutes les interventions et les pressions exercées par les travailleuses et les travailleurs et par la compagnie au fil des derniers mois. Or, l’annonce d’aujourd’hui n’est rien d’autre qu’une tentative de reporter à plus tard une décision qui va encore nous pénaliser puisque les 234 travailleurs mis à pied en mai dernier vont devoir attendre des mois avant d’être rappelés au travail. Voilà pourquoi nous allons poursuivre les pressions pour obtenir notre dû ! »

Le 5 juin dernier, une centaine de syndiqué-es du chantier Davie, membres de la CSN, s’étaient massés pendant plusieurs heures devant les bureaux du ministre fédéral Steven Blaney, à Lévis, pour dénoncer le laxisme du gouvernement fédéral dans l’octroi des contrats, de même que les récentes mises à pied. En outre, tant les autorités locales, régionales et provinciales ont, tour à tour, réclamé que le chantier Davie puisse obtenir sa part des contrats fédéraux.

Pour Ann Gingras, présidente du Conseil central de Québec Chaudière-Appalaches : « Ce qui choque dans cette décision, c’est de voir comment le gouvernement fédéral parle des deux côtés de la bouche. D’un côté, il affirme que les pourparlers avec Davie lui permettront de voir si le chantier peut fournir une solution provisoire dans un délai raisonnable et à un coût et un niveau acceptable, alors que dans le cas de la construction du brise-glace Diefenbaker par la firme Seaspan de Vancouver, c’est carrément le bar ouvert, le délai de livraison étant passé de 2017 à 2025 et les coûts de construction de $ 720 millions à 1,3 milliard de dollars ! Or, le chantier Davie a fait la démonstration qu’il pouvait être efficace et respectueux des coûts et des délais de production. En outre, le ministre Steven Blaney nous a fait croire depuis des mois qu’une décision sur l’octroi de contrat allait être prise rapidement alors qu’il n’en est rien ! »

Rappelons que le Chantier Davie, le plus important au Canada, a reçu en février dernier la prix « Meilleur constructeur naval nord-américain » par Lloyd’s List North American Maritime Awards 2015, devant la General Dynamics NASSCO, un important constructeur de navires militaires des États-Unis. C’est sans compter que le ministre Steven Blaney a lui-même reconnu au printemps 2014 et en avril dernier que le chantier avait acquis la capacité et l’expertise pour répondre aux besoins de construction navale du Canada.

À propos de la FIM-CSN

Le Syndicat des travailleurs du chantier naval de Lauzon (CSN) représente quelque 750 membres. Il est affilié à Fédération de l’industrie manufacturière de la CSN (FIM-CSN) qui compte plus de 30 000 membres au Québec, ainsi qu’au Conseil central de Québec Chaudière-Appalaches (CCQCA-CSN). Pour sa part, la CSN regroupe plus de 300 000 membres présents dans tous les secteurs d’activité tant privés que publics.

Des travailleurs manifestent pour exiger d’Ottawa des contrats de construction navale

Des dizaines de travailleuses et travailleurs du Chantier naval Davie manifestent depuis 11 heures ce matin devant les bureaux de Steven Blaney, député de Lévis-Bellechasse et Les Etchemins et ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile.

Ils réclament du fédéral qu’une décision favorable et sans délais soit prise concernant l’octroi de contrats de construction de deux ravitailleurs pour l’armée canadienne. D’autres actions de visibilité sont prévues dans les prochains jours pour exiger d’Ottawa qu’il traite équitablement ces travailleurs comparativement à ceux des chantiers d’Halifax et de Vancouver qui ont reçu, en 2011, plus de 30 milliards de dollars en contrats fédéraux. « Ça fait des mois que nous sonnons l’alarme concernant l’urgence d’assurer la pérennité du chantier Davie, lance Gaétan Sergerie, président du Syndicat des travailleurs du chantier naval de Lauzon inc. (CSN).

Déjà, environ 200 mises à pied ont eu lieu récemment et si rien n’est fait rapidement, d’autres vont s’ajouter, faute de contrats d’approvisionnement fédéraux. Le ministre Steven Blaney dit depuis des mois que la Davie a fait ses preuves. Alors, il doit être conséquent et agir pour que le gouvernement fédéral nous accorde les contrats de construction des ravitailleurs. C’est l’avenir du chantier qui est en jeu ! »

La réaction syndicale est d’autant plus légitime que le Chantier de Lévis, le plus important au Canada, a reçu en février dernier la mention « Meilleur constructeur naval nord-américain » par Lloyd’s List North American Maritime Awards 2015, devant la General Dynamics NASSCO, un important constructeur de navires militaires des États-Unis. Pour Gaétan Sergerie, « le gouvernement fédéral n’a strictement aucune raison pour refuser de considérer notre chantier dans l’attribution des contrats. Il doit rendre rapidement une décision à cet effet. »

Pour Michel Tétreault, représentant de la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM), affiliée à la CSN : « Le gouvernement fédéral, par l’entremise de son ministre Steven Blaney, a lui-même reconnu, au printemps 2014, que le chantier Davie avait la capacité et l’expertise nécessaires pour répondre aux besoins en matière de construction de navires de qualité au pays. Il nous l’a reconfirmé encore lors d’une rencontre privée tenue le 7 avril dernier à Lévis alors qu’il était question du développement de ce dossier névralgique pour les travailleurs, pour la région et pour le Québec. Le Chantier Davie Canada doit enfin être reconnu comme un acteur sérieux et crédible de l’industrie navale canadienne. »

Le syndicat estime que depuis le rachat et la relance du chantier Davie par le groupe Inocea, toutes les conditions gagnantes ont été mises en place pour assurer la bonne conduite des contrats, peu importe le type de navires. Quelque 750 travailleurs s’affairent à la production de cinq navires d’importance, dont trois bateaux de haute technologie voués à l’exploration pétrolière en haute mer et deux traversiers pour le compte du gouvernement du Québec.

Pour Ann Gingras, présidente du Conseil central de Québec Chaudière-Appalaches : « Ottawa doit cesser de dire que le dossier Davie est toujours à l’étude alors que des centaines de personnes sont sans emploi depuis maintenant trois semaines. Cela est d’autant plus choquant et injuste que les chantiers d’Halifax et de Vancouver, qui sont surchargés de contrats, ne réussissent même pas à respecter les échéanciers établis lors de l’octroi des contrats, ce qui entraîne des coûts supplémentaires importants pour les contribuables. » Le message livré par les travailleurs est sans équivoque, selon elle : « Ce que les travailleurs du chantier naval de Lévis sont venus dire aujourd’hui et qu’ils diront tout au long de la semaine prochaine et le temps qu’il faut, c’est qu’ils ont le droit, eux aussi, d’obtenir des contrats fédéraux. Ce n’est ni de la charité ni des cadeaux, mais un traitement équitable qui est exigé, l’injustice et la discrimination ayant assez perduré ! »

Pour Jean Lortie, secrétaire général du comité exécutif de la CSN : « Il est essentiel que la politique des quatre « E » s’applique dans le dossier du Chantier naval de Lévis. D’abord : – l’Équité dans l’octroi des contrats canadiens. – l’Efficacité parce qu’on est le meilleur chantier en Amérique du Nord. – l’Emploi parce que c’est important pour l’économie régionale. – le quatrième « E », si ça ne fonctionne pas ce sera les Élections au mois d’octobre ! »

À propos de la FIM-CSN

Le Syndicat des travailleurs du chantier naval de Lauzon (CSN) représente quelque 750 membres. Il est affilié à Fédération de l’industrie manufacturière de la CSN (FIM-CSN) qui compte plus de 30 000 membres au Québec, ainsi qu’au Conseil central de Québec Chaudière-Appalaches (CCQCA-CSN). Pour sa part, la CSN regroupe plus de 300 000 membres présents dans tous les secteurs d’activité tant privés que publics.

Le gouvernement fédéral doit consentir à un meilleur partage des contrats de construction navale

À l’approche du dépôt du budget fédéral prévu le 21 avril, le Syndicat des travailleurs du chantier naval de Lauzon (CSN), la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM-CSN) et le Conseil central de Québec-Chaudière-Appalaches demandent instamment au Premier ministre canadien, Stephen Harper, de considérer le chantier Davie Canada dans l’octroi des contrats maritimes.

Voilà l’essentiel du message contenu dans une lettre adressée par la Confédération des syndicats nationaux au Premier ministre. Pour Gaétan Sergerie, président du Syndicat des travailleurs du chantier Davie (CSN) : « Il ne doit plus faire aucun doute dans l’esprit du gouvernement fédéral que le Chantier Davie Canada a tout ce qu’il faut pour participer pleinement à la construction de navires de toutes catégories. Il dispose d’une main-d’œuvre qualifiée, de l’expertise nécessaire et des ressources technologiques. Notre chantier à Lévis est le plus important au Canada, mais également le plus apprécié en Amérique du Nord. Il a récemment reçu la mention « Meilleur constructeur naval nord-américain » par Lloyd’s List North American Maritime Awards 2015, devant la General Dynamics NASSCO, un important constructeur de navires militaires des États-Unis. Le gouvernement fédéral n’a donc aucune raison pour refuser de considérer notre chantier dans l’attribution des contrats. »

Bien que Chantier Davie Canada ait obtenu, en mars dernier, le contrat de prolongation de vie de neuf mois du navire NGCCC Earl Grey de la Garde côtière canadienne, la CSN considère que le gouvernement fédéral doit faire davantage pour assurer le maintien et la pérennité du constructeur naval de Lévis. En 2011, des contrats totalisant plus de 30 milliards de dollars ont été octroyés à d’autres chantiers au Canada sans que Chantier Davie soit considéré. Aujourd’hui, le chantier atteint un niveau relativement élevé de ses activités avec environ 1100 personnes y travaillant sur une base régulière, dont plus de 750 sont syndiqués à la CSN.

Le chantier réclame sa part des contrats fédéraux dont les impacts sur le développement et le maintien des emplois de qualité et sur l’économie de la région sont majeurs. Pour Alain Lampron, président de la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM), affiliée à la CSN : « Le gouvernement fédéral, par l’entremise de son ministre Steven Blaney, député de Lévis, a lui-même reconnu au printemps 2014 que le chantier Davie avait la capacité et l’expertise nécessaires pour répondre aux besoins en matière de construction de navires de qualité au pays. Il nous l’a reconfirmé encore lors d’une rencontre privée tenue le 7 avril dernier à Lévis alors qu’il était justement question du développement de cet important dossier pour la région et le Québec. Nous souhaitons ardemment que le gouvernement reconnaisse que Chantier Davie Canada est un acteur sérieux et très crédible de l’industrie navale canadienne. »

Pour Ann Gingras, présidente du Conseil central de Québec-Chaudière-Appalaches : « Le gouvernement fédéral a une occasion en or de changer son approche et de traiter de manière équitable le chantier Davie, comme il le fait avec d’autres constructeurs au Canada. On a un chantier à Lévis qui a les capacités, les infrastructures et toutes les expertises nécessaires et, faut-il le répéter, qui est prêt à passer immédiatement à l’action. » Cette démarche initiée par la CSN s’inscrit dans la politique mise de l’avant par la centrale pour assurer la relance de la construction navale au Québec. En mars 2014, sept propositions visant les gouvernements d’Ottawa et celui de Québec ont été rendues publiques avec l’objectif de permettre aux chantiers québécois, dont celui de la Davie, de jouer un rôle à la mesure de leur capacité, tout en développant des emplois de qualité.

À propos du syndicat et de la CSN

Le Syndicat des travailleurs du chantier naval de Lauzon (CSN) représente quelque 750 membres. Il est affilié à Fédération de l’industrie manufacturière de la CSN (FIM-CSN) qui compte plus de 30 000 membres au Québec, ainsi qu’au Conseil central de Québec-Chaudière-Appalaches (CCQCA-CSN) qui regroupe sur une base régionale plus de 45 000 syndiqué-es. Pour sa part, la CSN regroupe plus de 325 000 membres présents dans tous les secteurs d’activité tant privés que publics.

Il est temps que le Québec ait sa part des chantiers du fédéral

La CSN félicite Davie pour son prix de chantier naval nord-américain de l’année, mais souligne du même souffle que cet accomplissement aurait été impensable sans une collaboration soutenue avec les travailleuses, les travailleurs et le syndicat.

« Nos membres ont fait des concessions importantes en 2011 pour sauver l’entreprise. Ils ont travaillé fort l’an dernier pour terminer le Cecon Pride dans les délais. Il est temps que le Québec ait sa part des contrats du fédéral », affirme Gaétan Sergerie, président du Syndicat des travailleurs du chantier naval de Lauzon (CSN) qui représente plus de 700 travailleurs. Ce dernier se souvient que le ministre conservateur Steven Blaney affirmait alors que Davie devait faire ses preuves. « Je pense qu’avec ce prix Lloyd, nos preuves sont faites », ajoute le président, qui s’attend par ailleurs à une reconnaissance des efforts de ses membres lors du renouvellement de la convention collective l’an prochain.

Rappelons qu’en 2011, Ottawa avait accordé plus de 30 G$ de contrats de la Marine royale canadienne en privilégiant seulement les chantiers d’Halifax et de Vancouver. Or, des contrats du fédéral seront bientôt disponibles comme celui du brise-glace Diefenbaker ou celui des ravitailleurs de la marine canadienne. Il serait donc encore temps de redonner sa place au meilleur chantier d’Amérique du Nord qui est également le plus grand au Canada.

Stratégie maritime

« L’industrie maritime sera un incontournable dans la future Stratégie maritime du gouvernement Couillard. Il faut donc faire tous les efforts pour consolider et développer ce secteur », soutient Alain Lampron, président de la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM-CSN).

« La région de Québec est un endroit stratégique sur le Saint-Laurent et Chantier Davie doit demeurer une part importante de l’économie régionale et un moteur pour son industrie maritime », ajoute Ann Gingras, présidente du Conseil central de Québec Chaudières-Appalaches, qui rappelle que la CSN n’a jamais ménagé aucun effort au cours des dernières décennies pour établir ce chantier comme un pivot important de l’économie régionale.

À propos

Fondée en 1921, la CSN est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 325 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux. La Fédération de l’industrie manufacturière (FIM-CSN) rassemble plus de 30 000 travailleuses et travailleurs réunis au sein de 320 syndicats, partout au Québec. Le Conseil central de Québec Chaudière-Appalaches compte 250 syndicats sur son territoire pour un total de 44 000 membres.