Bilan et perspectives 2021-2022 – Les travailleuses et travailleurs méritent mieux

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Les syndiqué-es adoptent une banque de journées de grève

Les syndiqué-es adoptent une banque de journées de grève

Réunis en assemblée générale le mardi 24 janvier, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs…
Les grévistes du Cimetière Notre-Dame-des-Neiges interpellent l’archevêché de Montréal

Les grévistes du Cimetière Notre-Dame-des-Neiges interpellent l’archevêché de Montréal

Ce jeudi 26 janvier au matin, tout juste après avoir conclu un pacte de front commun…
Les chargés de cours de l’UQO intensifient leurs moyens de pression

Les chargés de cours de l’UQO intensifient leurs moyens de pression

Sans contrat de travail depuis bientôt 13 mois, les chargés de cours de l’UQO intensifient leurs…
Une entente de principe aux Jardins Charlesbourg

Une entente de principe aux Jardins Charlesbourg

Le 24 janvier, les travailleuses et les travailleurs de la résidence Les Jardins Charlesbourg à Québec…
La grève reprend chez Urgences-santé

La grève reprend chez Urgences-santé

Les répondantes et les répondants médicaux d’urgence (RMU) ainsi que le personnel administratif d’Urgences-santé sont de…
Vote de grève générale illimitée à l’unanimité chez Autobus Yves Séguin

Vote de grève générale illimitée à l’unanimité chez Autobus Yves Séguin

Le Syndicat du transport scolaire Autobus Yves Séguin & Fils–CSN a adopté un mandat de grève…

Mouvement CSN

2021-12-30_bilan-perspectives_CSN

Bilan et perspectives 2021-2022 – Les travailleuses et travailleurs méritent mieux

C’est ce matin que la présidente de la CSN, Caroline Senneville présentait aux médias le bilan de la dernière année de la grande centrale. Elle a également abordé les nombreux enjeux à venir au cours de 2022, et en a profité pour proposer des solutions au gouvernement du Québec.

Une année difficile
« L’année 2021 n’aura pas été tendre envers les travailleuses et travailleurs, affirme d’entrée de jeu Mme Senneville. Pertes d’emploi et de revenus, surcharge de travail, santé mentale affectée : ce ne sont que quelques-uns des enjeux que vivent nos membres. » Ceci, avec en trame de fond la rareté de la main-d’œuvre, qui accroît le fardeau sur les travailleurs déjà en place. « On n’a pas juste un déficit de travailleurs, on a un surplus de postes avec des mauvaises conditions. »

Le tout combiné avec un nombre record de conflit de travail. « Présentement, il y a 42 grèves générales illimitées à la CSN et 480 grèves discontinues. Au cours des prochains mois, le quart de nos syndicats manufacturiers seront en négo. Tout comme 25 syndicats de la culture et des communications. Sans compter les écoles et les centres d’hébergement privés, les casinos, des chauffeurs d’autobus et bien d’autres. Nos membres n’ont pas juste un ras-le-bol de leurs mauvaises conditions de travail : ils sont aussi extrêmement motivés à aller chercher ce qui leur revient », affirme François Enault, premier vice-président de la centrale, absent de la conférence de presse.

Des gains également
Des dizaines de milieux ont par ailleurs vu leurs conditions de travail s’améliorer grandement grâce à leur syndicat CSN et ce, autant au public qu’au privé. On n’a qu’à penser à la lutte historique des CPE, dont la CSN a été la locomotive.

L’année 2022 marquera d’ailleurs le début de nouvelles négociations pour ce secteur. « Les syndicats consulteront leurs membres en début d’année en vue de l’élaboration des cahiers de revendications, et le dépôt des demandes s’effectuera l’automne prochain », précise M. Enault.

Des solutions, mais peu d’écoute
Au cours de l’année 2022, la CSN continuera sa lutte pour obtenir l’augmentation du salaire minimum à 18 $ l’heure, pour l’obtention de la réforme de l’assurance-emploi promise par le fédéral et travaillera à ce que les salarié-es soient mieux protégés. « Lorsqu’on réécoute nos conférences de presse d’il y 15 ou 20 ans, on constate une chose : ça fait longtemps qu’on sonne l’alarme à propos de l’état des services publics, maintenant en lambeaux », ajoute Caroline Senneville.

La CSN est aussi extrêmement préoccupée par l’absence d’un plan musclé pour la lutte aux changements climatiques. « On a dépassé le stade où l’on opposait économie et écologie. Quand le réchauffement climatique menace des industries entières, leurs travailleurs et les milieux de vie, ça prend de toute urgence des investissements gouvernementaux pour stopper les impacts négatifs et offrir de la formation aux employés qui devront changer de carrière. C’est ce qu’on appelle la transition juste », renchérit Mme Senneville.

Dans le contexte actuel, il est étonnant que le dialogue ne soit pas au rendez-vous, alors que le parti au pouvoir gouverne par décret. « La pénurie de main-d’œuvre est l’occasion de changer la façon dont on traite les travailleurs et d’en prendre soin. Pour cela, un dialogue avec le gouvernement de François Legault sera nécessaire, attendu, et reçu très positivement par la centrale », conclut la présidente.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket