Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Adoption du projet de loi 1 : une occasion manquée de faire mieux pour les familles

Du même SUJET

CHSLD : le rapport de la coroner cible plusieurs recommandations proposées par la CSN

CHSLD : le rapport de la coroner cible plusieurs recommandations proposées par la CSN

La Confédération des syndicats nationaux demande au gouvernement de donner suite à plusieurs des recommandations soumises…
Les conductrices et conducteurs de véhicules scolaires exigent une hausse de leur salaire pour « sauver le transport scolaire »

Les conductrices et conducteurs de véhicules scolaires exigent une hausse de leur salaire pour « sauver le transport scolaire »

En cette période d’octroi des contrats de transport scolaire, la Confédération des syndicats nationaux (CSN) réclame…
Quand les frais de garde payent le matériel scolaire…

Quand les frais de garde payent le matériel scolaire…

La Semaine québécoise de la garde scolaire doit nous donner l’occasion, comme collectivité, de souligner la…
Rapport accablant de la vérificatrice générale pour le CISSS de la Gaspésie

Rapport accablant de la vérificatrice générale pour le CISSS de la Gaspésie

Dans son dernier rapport déposé ce matin, la Vérificatrice générale affirme que des lacunes graves ont…
Entente au Syndicat des travailleurs de Papiers C.C.T.

Entente au Syndicat des travailleurs de Papiers C.C.T.

La CSN est fière d’annoncer que les salarié-es du Syndicat des travailleurs de Papiers C.C.T. (CSN)…
La FSSS veut une mise en œuvre claire de la Politique d'hébergement et de soins et services de longue durée

La FSSS veut une mise en œuvre claire de la Politique d'hébergement et de soins et services de longue durée

En réaction à la politique d’hébergement et de soins et services de longue durée de la…

Centres de la petite enfance

Adoption du projet de loi 1 : une occasion manquée de faire mieux pour les familles

Bien qu’elle salue l’effort mis pour améliorer la situation, la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSSCSN) accueille avec déception l’adoption telle quelle du projet de loi 1. Dans un contexte de manque criant de places subventionnées et de travailleuses, la FSSSCSN pense que le ministre de la Famille aurait dû profiter du changement de loi pour doter le Québec d’un véritable réseau complet de services de garde éducatifs à contribution réduite.

Pour Lucie Longchamps, vice-présidente des secteurs privés à la FSSSCSN : « La conversion des garderies privées vers le réseau des CPE et des milieux familiaux régis n’est pas assez substantielle. On va rester avec un réseau à deux vitesses encore trop longtemps pour trop de parents et d’enfants. Pourquoi ne pas faire immédiatement ce qui devrait être fait pour un réseau de garde uniforme ? »

Pour la FSSSCSN, la question des personnes non reconnues en service de garde reste également un enjeu. Pour Chantal Racicot, représentante du secteur des Responsables des Services de garde en milieu familial de la FSSSCSN « Des changements législatifs et des projets de loi ça ne se change pas si souvent, ça aurait été le moment d’en faire plus pour le réseau des services de garde. Ce changement de loi était une occasion en or d’inclure plus rapidement au réseau et surtout de subventionner les responsables de services de garde non reconnues, quatre ans ce sera beaucoup trop long pour des milliers de parents et surtout d’enfants qui sont dans ces services sans réelle surveillance. »

Rappelons également que la notion du ratio-bâtisse dans les CPE n’a pas été retirée de ce projet de loi. C’est un grand enjeu pour la FSSSCSN à cause de la surréservation qu’elle engendre. Pour Stéphanie Vachon, représentante des CPE, la position du ministre sur la question du ratio-bâtisse est décourageante. « Le ministre vise la flexibilité, mais au quotidien dans les CPE, les éducatrices vivent avec de l’overbooking. Le ratio enfant-éducatrice déborde presque toute la journée, tous les jours! On ne peut pas continuer comme ça! »

« Le manque criant de places en service de garde, surtout dans les services de qualité à contribution réduite comme les CPE ou en milieu familial subventionné, enferme des milliers de femmes devant le non-choix de devoir rester à la maison. Nous nous attendons encore à ce que le ministre en fasse davantage! », de conclure Lucie Longchamps.

 

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket